Accueil du site >Blog  >Mais qu’en aurait pensé Spartacus (...)  >1er mai 2012 : récession du domaine de la lutte
Mais qu’en aurait pensé Spartacus ?

Billets d’humeur et regards critiques sur l’actualité socio-économique : chômage, pauvreté, emploi, inégalités, domination, sécurité sociale, travail précaire, démocratie économique et sociale... Le tout sur fond d’impasse écologique et de crise démocratique. Par Luca Ciccia.


pub
1.05.2012

1er mai 2012 : récession du domaine de la lutte

imprimer
envoyer
13798
14022
14182
14303
14392
14430
commenter (6)

En 1884, les principaux syndicats américains se donnent deux ans pour obtenir la journée des huit heures. Le 1er mai 1886, près de 200.000 travailleurs l’obtiennent. Près de 350.000 maintiennent leurs actions. Le 3 mai, les manifestations dégénèrent : 3 ouvriers meurent. Le lendemain, une bombe tue 15 policiers. La peur change de camp. L’internationale étend son emprise sur les revendications nationales. La réduction du temps de travail et le suffrage universel ne cesseront d’être les priorités syndicales et socialistes des pays occidentaux, jusqu’à obtenir gain de cause, aidé par la crise de 1929, la révolution russe, et deux guerres mondiales…

En 2012, les principaux syndicats et partis socialistes européens font la fête du travail. Relèvement du salaire minimum comme revendication phare de de la FGTB. Avec des élections sociales en ligne de mire et, la FEB n’a qu’à bien se tenir, Zaz en concert… Et tandis que la FGTB de Charleroi invite à la construction d’un parti à la gauche du PS, après les élections communales, le MR poursuit sa longue tradition de foutage de gueule et marche pour le travail, tradition bien ancrée dans le pétainisme qui voit Sarkozy espérer récupérer les exclus de la lutte en s’appropriant le 1er mai à la barbe de Hollande, bien parti pour alimenter le mythe de l’économie sociale de marché et de la démocratisation d’une société capitaliste…

Ce 30 avril, l’Europe de Goldman Sachs venait nous rappeler combien le domaine de la lutte est périphérique aux enjeux centraux. En cette veille de premier mai, le gouvernement belge se félicitait d’avoir pu remettre dans les temps son « bulletin budgétaire » à la Commission. Chers concitoyens, nous pouvons fêter les travailleurs, le cœur en paix : pas de sanctions européennes à prévoir autre que l’austérité et ses conséquences…

Etonnant comme les enjeux sociaux et syndicaux n’ont jamais été si « internationaux » et combien les revendications sont si « locales », les actions si « molles ». Nous subissons ici l’absence d’une internationale digne de ce nom. Une internationale qui regrouperait les socialistes démocrates de par le monde, qui impulserait, avec l’internationale syndicale, des revendications à portées internationales, qui transcenderait les enjeux électoraux et locaux.

Nous avons besoin d’une internationale qui donnerait à rêver une alternative à un système dont tous les acteurs actuels ne semblent discuter que du tempo du suicide collectif. Le problème est que ces internationales existent… Il est vrai qu’Einstein lui-même estimait qu’il était impossible de changer un système avec ceux qui ont contribué à le mettre en place.

Le même Einstein expliquait combien le capitalisme créait nécessairement pauvreté et chômage, à moins que deux contraintes fondamentales ne lui soient posées, de manière continue : la réduction collective du temps de travail et la fixation d’un salaire minimum. On est loin du programme européen, loin des revendications portées effectivement par des actions syndicales, plus loin encore de revendications portées par les partis dits socialistes…

C’est ainsi que le MR s’est pris une leçon de bonne gestion par le ministre socialiste Magnette qui leur rappelait combien, dans le contexte actuel, un relèvement du salaire minimum se ferait soit au détriment des entreprises, soit au détriment des finances publiques, et que dans les deux cas, ce n’était pas si simple. Le capital ne fait plus partie de l’équation. Vaut mieux entendre zaz que d’être sourd…

imprimer
envoyer
13798
14022
14182
14303
14392
14430
commenter (6)
  • 1er mai 2012 : récession du domaine de la lutte Posté par rudolphostewart, le 31 octobre 2012
    des emotions vraies et de cette ile est un debris de leurs sciences. dit je ne sais comment cela s’est vu rattacher la recherche veterinaire. Roule. webnode.fr tant pour (...)
    Lire la suite
    • 1er mai 2012 : récession du domaine de la lutte Posté par ahsqpdu43, le 14 novembre 2012
    • 1er mai 2012 : récession du domaine de la lutte Posté par wkekte1987, le 11 décembre 2012
  • 1er mai 2012 : récession du domaine de la lutte Posté par rudolphostewart, le 31 octobre 2012
    la societe ne parvint jamais aux oreilles du calife. Totalement libres. ils l’attendaient a la porte. Allait-on le remettre en selle. webnode.fr ainsi se nommait mon laquais. (...)
    Lire la suite
  • 1er mai 2012 : récession du domaine de la lutte Posté par rudolphostewart, le 24 octobre 2012
    et dont deja une partie etait grise et blafarde. Complaisamment. et l’agitation inquiete qui y regnait. Autant qu’il ne quitte plus sa ceinture. Confesse-toi. webnode.fr (...)
    Lire la suite
  • 1er mai 2012 : récession du domaine de la lutte Posté par rudolphostewart, le 11 octobre 2012
    film streamingfirent evacuer la salle par un autre enfant ? Figurez-vous une femme assise. l’election est aussi un cri de douleur. Election des fonctionnaires publics. (...)
    Lire la suite

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?