8.11.2015

Amoz Oz et BDS

imprimer
envoyer
17575
17576
17578
17579
commenter (4)

Amoz Oz est probablement l’écrivain israélien le plus réputé, tant pour la qualité de son œuvre littéraire que pour sa stature morale : il est la plus belle incarnation de la posture malheureuse des « sionistes de gauche », dont il est une icône, qui auraient bien voulu le beurre – la création d’un État juif au cœur du Proche-Orient arabe – mais qui refusent obstinément l’argent du beurre – une occupation qui n’en finit plus, la colonisation, la mise en coupe réglée de tout un peuple soumis à l’apartheid sur sa propre terre ainsi que la déchéance éthique d’une société – la sienne – qui se voulait la plus morale du monde au nom de sa propre histoire.

On comprend que la politique conduite par Netanyahou et son gouvernement le débecte. Celui-ci veut clairement le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière, qui est américaine et européenne. Fidèle à son maître à penser Vladimir Jabotinsky, Netanyahou n’a jamais cru qu’une paix de compromis avec les Palestiniens était possible : « Il n’y a jamais eu un habitant indigène nulle part et en nul lieu qui ait jamais accepté la colonisation de son pays par d’autres. […] Chaque peuple indigène résistera à des colonisateurs étrangers tant qu’il gardera un espoir de se débarrasser du danger de la colonisation étrangère. C’est ce que font les Arabes de Palestine, et ce qu’ils persisteront à faire tant qu’il restera une étincelle d’espoir en leur capacité d’empêcher la transformation de la « Palestine » en « Terre d’Israël ». (Le mur de fer. Nous et les Arabes, 1923). Entre Oz et Netanyahou, je sais qui est le plus cynique et le plus criminel. Mais le plus lucide ? La question est posée, mais ce n’est pas le sujet de ce billet.

Toujours est-il qu’Amos Oz ne supporte pas l’image que son pays donne de lui et qu’il souhaite le faire clairement savoir en posant un geste fort : « Vu l’extrémisme grandissant au sein de la politique actuelle du gouvernement dans divers secteurs, j’ai informé mes hôtes [1] que je préférais ne pas être invité à des événements organisés en mon honneur dans des ambassades israéliennes à l’étranger » [2].

Pourtant, Oz se déclare fermement opposé à la campagne BDS (Boycott-désinvestissement-sanctions) : « Ma décision est dirigée contre le gouvernement et non contre mon pays ». Mais en refusant de se compromettre avec les ambassadeurs d’Israël, à qui s’en prend-t-il ?

Cet engagement d’Amos Oz est une nouvelle occasion de préciser le sens du boycott académique et artistique. Il ne s’agit pas de boycotter des artistes israéliens individuels ou des universitaires israéliens individuels, surtout si ces personnes se sont publiquement distanciées des crimes de l’occupation et de la colonisation. Ce qu’il s’agit de boycotter, ce sont des institutions qui servent la politique à la base de ces crimes, ce qui est le cas de toutes les institutions de l’État d’Israël ainsi que des universités qui sont toutes profondément imbriquées dans l’économie de guerre.

Selon ce critère, le boycott de toute manifestation patronnée par l’Ambassade d’Israël est une nécessité, si inoffensive soit cette manifestation. En prenant la décision de ne plus se compromettre avec les ambassadeurs de son pays, Amos Oz n’agit pas autrement.

•••

[1] Les éditeurs de ses livres à l’étranger qui l’invitent régulièrement.

[2] http://www.rtl.be/info/monde/intern...

imprimer
envoyer
17575
17576
17578
17579
commenter (4)
  • Amoz Oz et BDS Posté par Pascale Vielle, le 9 novembre 2015
    1) " Il ne s’agit pas de boycotter des artistes israéliens individuels ou des universitaires israéliens individuels". C’est l’argument le plus souvent opposé à ceux qui doutent de (...)
    Lire la suite
    • Amoz Oz et BDS Posté par Henri Goldman, le 9 novembre 2015
      • Amoz Oz et BDS Posté par Pascale Vielle, le 10 novembre 2015
        • Amoz Oz et BDS Posté par Henri Goldman, le 11 novembre 2015

Avertissement

Les commentaires sont modérés a priori. Les intervenants sont priés de communiquer leur véritable identité : on débat ici à visière découverte. Bien que la polémique, même dure, soit admise et même encouragée, l’administrateur du site ne validera pas les messages dans trois cas de figure :

1. En cas de défaut manifeste de courtoisie et de recours à l’injure en lieu et place d’argument.

2. Quand le message sort trop manifestement du cadre du sujet traité.

3. Quand l’intervenant intervient de façon répétitive en utilisant ce blog comme une tribune et non comme un lieu d’échange.


Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?