8.01.2015

Attentat contre la Pensée Libre

imprimer
envoyer
17271
commenter (1)

L’émotion est grande au lendemain de la tuerie à Charlie-Hebdo. Douze personnes assassinées froidement, sans autre motif que leur travail au sein d’un hebdomadaire satirique.

Partout s’élèvent des condamnations contre cet attentat à la liberté d’expression. Je pense qu’il faut souligner que ce n’est pas de n’importe quelle liberté d’expression qu’il est question. Les assassins n’ont pas visé ceux qui, par leurs propos islamophobes, rabaissent les musulmans d’Europe et leur dénient leur droit à être des citoyens égaux ; et pas non plus les responsables d’une politique étrangère injuste au Moyen-Orient.

Non, ils ont tué ceux qui avaient osé caricaturer leur prophète…

C’est un attentat contre le droit de se moquer de la religion. C’est un attentat contre l’anticléricalisme et contre la Pensée Libre.

Alors oui, nous sommes atterrés par ce massacre, que nous soyons athées, chrétiens, juifs ou musulmans ou croyants d’une autre religion. Mais, ceux qui refusent le droit au blasphème, qui manifestent quand un journal publie des caricatures du prophète ou quand un théâtre programme une pièce iconoclaste sur le Christ devraient aujourd’hui réfléchir. N’encouragent-ils pas les assassins ? Le temps est venu de dire avec force : seule la vie humaine est sacrée. Qu’importe si vous piétinez nos idoles ou brûlez nos livres, tant que vous ne touchez pas à nos enfants !

Bien sûr, je ne méconnais pas une autre réalité contextuelle. Celle de la discrimination rencontrée par les citoyens musulmans, celle d’un redéploiement du racisme, celle d’une politique étrangère occidentale catastrophique au Moyen-Orient depuis des décennies. Toutes choses qui ne constituent en rien, évidemment, le début d’une excuse à ce lâche attentat qui, je le répète, était religieusement motivé. Mais cette autre réalité implique que notre modèle de société occidentale, et la sécularisation poussée qu’il propose, n’exerce plus grand attrait auprès des populations musulmanes. Et elle explique aussi le capital sympathie dont les crapules peuvent parfois jouir. Si cet attentat débouche sur une recrudescence de l’islamophobie, nous entrerons dans un engrenage de violence.

Une fois l’émotion dépassée, il faudra travailler ensemble à la prévention de la répétition d’une telle tragédie. Les mesures de sécurité n’y suffiront évidemment pas. Et nous serons impuissants à combattre le terrorisme si nous ne le faisons pas sur un double front : celui du fondamentalisme religieux et celui de l’injustice.

imprimer
envoyer
17271
commenter (1)
  • Attentat contre la Pensée Libre Posté par misser, le 8 janvier 2015
    Je suis musulman et fan inconditionnel du Grand Duduche et des obscénités de Wolinski. Je suis atterré par cet événement et la mort de ces personnes. Et je vous avoue que je crains (...)
    Lire la suite

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?