Accueil du site >Blog  >Le blog de Jacques Liesenborghs  >Boston : 3 / Dacca : 900 (et plus...)
1.05.2013

Boston : 3 / Dacca : 900 (et plus...)

imprimer
envoyer
15491
commenter (1)

Encore les médias ! Pourtant la moisson d’avril ressemble aux précédentes : surenchère, emballements, silences complices, faits divers en pagaille, infos-spectacle en veux-tu en voilà.

Mais quand même. Quand un incident tragique fait trois morts au terme du marathon de Boston en fête, c’est toute la planète médiatique qui déploie son armada de reporters. Emissions spéciales, images vues et revues dix fois et plus, célébrations religieuses, enquêtes tous azimuts, Obama encore Obama… Nous sommes « informés » (?) heure par heure, jours après jours. Tous les spécialistes du terrorisme international sont sollicités. Chacun « retient son souffle » ou prend peur… ou en a ras-le-bol. Marre de ce matraquage imposé par des rédactions qui ne prennent plus de recul et ne savent pas résister à la déferlante d’images et de commentaires venus du « grand allié » américain. Et qui surtout redoutent d’en faire moins que la concurrence. Trois morts et deux dangereux « jeunes fous » de Dieu.

Plus de 900 morts et un millier de blessés graves au moins : le bilan tragique de l’effondrement d’un immeuble-usine qui abritait des entreprises de confection à Dacca (Bangladesh). L’information a été relayée, disons sobrement. A-t-elle fait la Une ? Une fois ou deux peut-être. Avec un édito par ci et surtout des « articles » mettant bout à bout quelques dépêches d’agence. Du vrai journalisme, quoi !

Ici, pas de « terrorisme » ? Mais si bien sûr : le pire des terrorismes, celui qui exploite au fil des semaines, des mois et des années une main d’œuvre servile pour des salaires de misère. Un terrorisme dont nous sommes complices puisque, dans cette « usine », travaillaient des esclaves modernes pour des sous-traitants de marques textiles bien connues des acheteurs des grandes surfaces de chez nous. De « grandes » marques qui n’hésitent pas à se parer des labels éthiques au goût du jour. Mais aussi des consommateurs qui ne se posent pas trop de questions quand ils achètent à des prix « défiant toute concurrence », mais surtout violant les lois de la dignité humaine. Le monde comme il va très mal. Un sujet qui ne fait pas vendre !

Indignez-vous, exhortait l’ami Hessel. Oui, mais davantage encore, engageons-nous plus activement dans la lutte contre une mondialisation assassine. En commençant tout simplement par faire de l’éducation aux médias en famille, à l’école, au café, dans le train.

imprimer
envoyer
15491
commenter (1)
  • Boston : 3 / Dacca : 385 Posté par Marie-Pierre Jadin, le 6 mai 2013
    Education aux médias, oui, mais aussi, mais surtout ai-je envie de dire, éducation aux achats : a-t-on le droit d’acheter compulsivement des trucs pas chers, sans se demander (...)
    Lire la suite

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?