Accueil du site >Blog  >Le blog d’Henri Goldman  >Cahuzac, pauvre socialiste riche
3.04.2013

Cahuzac, pauvre socialiste riche

imprimer
envoyer
15058
commenter (1)

François Hollande, qui n’a vraiment pas de chance ces jours-ci, a réagi virilement aux aveux de son ex-ministre du Budget qui en croquait largement à l’insu de son plein gré. Désormais, annonce-t-il, les élus condamnés pour fraude fiscale ou corruption seront interdits de tout mandat public.

C’est une réponse, ça ? Pourquoi se limiter à une seule catégorie d’escrocs ? C’est plus grave de frauder le fisc que de battre sa femme, de violer sa nièce ou d’assassiner un Arabe ? Tant qu’à faire, pourquoi ne pas déchoir de tous ses droits civils et politiques toute personne condamnée en justice ? Ça ferait beaucoup de parias. On croyait pourtant que, dans un État de droit, une fois sa peine purgée, un condamné se voyait offrir une seconde chance. Évidemment, aucun parti n’est obligé d’aligner des repris de justice dans ses candidats.

Le Parti socialiste devrait surtout s’interroger sur le mécanisme qui a permis à ce personnage de faire carrière sous le label du premier parti de la gauche française. Bien sûr, ses opérations discrètes n’étaient pas connues de ses « camarades » et, sans une incroyable maladresse et l’obstination d’un média indépendant, on n’en saurait toujours rien. Faut-il pour autant tomber des nues ? La frontière entre le licite et l’interdit a toujours été allègrement franchie par ceux qui font fortune et qui, pour y arriver, ont généralement besoin de se croire au-dessus des lois.

Jérôme Cahuzac a mené de front une carrière politique classique et une carrière professionnelle plus atypique pour un socialiste. Chirurgien de formation, il se spécialisera dans la chirurgie esthétique et créera une clinique privée portant son nom spécialisée dans les implants capillaires. Wikipedia renseigne qu’il « reconnaît avoir gagné beaucoup d’argent en officiant comme “conseiller purement technique” de la plupart des laboratoires pharmaceutiques ». La même source signale qu’il est amateur de cigares et qu’il collectionne les montres de luxe. Enfin, nous apprenons qu’en 2007, il est condamné « pour avoir employé au noir dans sa clinique une femme de ménage philippine en situation clandestine en France de juillet 2003 à novembre 2004 ». Bref, le parfait portrait d’un homme de droite affairiste qui agit et réagit comme la plupart des membres de la classe sociale dont il fait partie.

Tout ceci était parfaitement connu de ceux qui se récrient aujourd’hui. OK, pour le compte en Suisse et à Singapour, vous ne saviez pas. Mais pour tout le reste ? Avoir surexploité une personne sans papier qui n’était probablement pas payée au tarif syndical, ce n’est pas suffisant pour justifier une interdiction de tout mandat public ? Ou, au minimum, pour que le PS n’en fasse pas une star dans son casting ? On ne s’étonnera pas que Cahuzac fut jusqu’au bout un supporter de DSK, cet autre socialiste dont le mode de vie prolétarien s’épanouissait au su de tous ses « camarades » entre son riad à Marrakech et son appartement place des Vosges (à côté de celui de Jack Lang).

On ne va pas jouer ici au Grand Inquisiteur. La frugalité du mode de vie et la probité ne sont sûrement pas des garanties suffisantes pour offrir à la gauche des responsables avisés. Une certaine aisance sociale n’est pas forcément incompatible avec le sens de l’intérêt général et de l’équité sociale. Mais au moins une chose est sûre : tant qu’une certaine gauche continuera à recruter des cadres dans les rangs de la classe sociale qu’elle est supposée combattre et tant que certains de ses dirigeants aspireront à fréquenter ses salons et ses lieux de villégiature comme signe ultime de reconnaissance, on comprend que sa boussole ait du mal à garder le cap.

imprimer
envoyer
15058
commenter (1)
  • Pour arrêter de rêver les yeux ouverts Posté par Guy Leboutte, le 4 avril 2013
    Cessons de jouer les surpris, les naïfs ou les rêveurs, et notons ceci dans les constats de base, tant de l’époque et de la démocratie représentative que du socialisme de (...)
    Lire la suite

Avertissement

Les commentaires sont modérés a priori. Les intervenants sont priés de communiquer leur véritable identité : on débat ici à visière découverte. Bien que la polémique, même dure, soit admise et même encouragée, l’administrateur du site ne validera pas les messages dans trois cas de figure :

1. En cas de défaut manifeste de courtoisie et de recours à l’injure en lieu et place d’argument.

2. Quand le message sort trop manifestement du cadre du sujet traité.

3. Quand l’intervenant intervient de façon répétitive en utilisant ce blog comme une tribune et non comme un lieu d’échange.


Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?