10.10.2013

Caricature d’Europe

imprimer
envoyer
16537
16539
16540
16541
16538
commenter (5)

L’événement commence aujourd’hui et durera 3 jours. Sous la houlette du Nouvel Observateur et avec le concours du Soir et du Standaard, les « Journées de Bruxelles » nous invitent à « réinventer l’Europe ». Car il y a le feu au lac. Comme l’expliquait ce matin Laurent Joffrin, le rédacteur en chef du Nouvel’Obs, à Matin-Première, l’Europe n’a plus vraiment la cote et le populisme menace.

TIFF - 675.3 ko

Pour nous guider dans cette opération bien nécessaire, on nous a concocté un programme alléchant (cliquer sur l’affichette pour l’agrandir) : 100 intervenants (j’en ai compté 71), 30 débats (j’en ai compté 17). On aurait pu espérer un souffle nouveau, des intervenant-e-s décapant-e-s, bref de pouvoir rencontrer des personnes qui incarneraient une alternative à cette Europe si décevante. Il y en a bien quelques-unes, en cherchant bien (Clémentine Autain, Pierre Larrouturou, Thomas Piketty, Tom Lanoye, voire Paul De Grauwe). Mais la photo de groupe est vraiment désespérante.

On détaille. Sur 71 intervenants, il n’y a que 7 femmes. Sur 17 panels, 12 sont rigoureusement unisexe. Une seule personne issue de l’immigration (Fadila Laanan) sur 71. Pour une syndicaliste (Anne Demelenne), une brochette de grands patrons du privé (Gérard Mestrallet, de GDF-Suez, Christophe de Margerie, de Total, Stéphane Richard, d’Orange, Etienne Davignon, de Suez-Tractebel, Jean-Pierre Clamadieu, de Solvay). Le panel sur la citoyenneté européenne sera composé de sept hommes, à l’exclusion de ces sous-citoyens que sont les résidents étrangers issus de pays tiers qui sont tout de même 18 millions en Europe. Le débat intitulé « Adieu croissance, adieu prospérité » rassemblera Pascal Lamy (OMC), Yves Leterme et Evangelos Venizelos (ministre grec des affaires étrangères, Pasok, qui a avalé toutes les couleuvres de l’austérité imposée). Le débat intitulé « L’Europe fait-elle fuir ses industriels » mettra en présence trois grands patrons (masculins) et Karel De Gucht, histoire sans doute d’avoir une parole critique vis-à-vis des trois premiers. Enfin, aucune des 17 table-rondes ne sera consacré aux questions environnementales (Copenhague est bien loin…), ni à la question migratoire, qui est pourtant un des tous gros impensés (ou plutôt malpensés) de l’Europe.

Bref, on va réinventer l’Europe avec exactement les mêmes qui l’ont conduit dans le mur, en continuant à faire confiance à cette même nomenklatura des importants qui n’a rien vu venir mais qui semble décidément indéboulonnable. Et c’est ainsi que vous espérez faire pièce au populisme ?

imprimer
envoyer
16537
16539
16540
16541
16538
commenter (5)
  • Caricature d’Europe Posté par clovis, le 11 octobre 2013
    Très bonne initiative dont ton analyse - comme très souvent - en montre les limites. Bravo et merci.
    Lire la suite
  • Caricature d’Europe Posté par felipe van keirsbilck, le 10 octobre 2013
    Caricature ... ? OU plutôt : image fidèle de c’est qu’est l’Europe - ou pour parler plus précisément : de ce qu’est l’UE : un pouvoir politique au service du business et de la liberté (...)
    Lire la suite
  • Que d’audace ! Posté par Luc Delval, le 10 octobre 2013
    Il n’y a rien qui ait "mal tourné" dans la "construction européenne". Rarement, au contraire, une entreprise de cette dimension aura aussi parfaitement suivi la trajectoire qui (...)
    Lire la suite
  • Caricature d’Europe Posté par Paul Löwenthal, le 10 octobre 2013
    Quand on choisit des têtes d’affiche, on choisit presque nécessairement le passé "confirmé", compétent dans ce qui est. Cela n’en fait pas nécessairement du politiquement correct, (...)
    Lire la suite

Avertissement

Les commentaires sont modérés a priori. Les intervenants sont priés de communiquer leur véritable identité : on débat ici à visière découverte. Bien que la polémique, même dure, soit admise et même encouragée, l’administrateur du site ne validera pas les messages dans trois cas de figure :

1. En cas de défaut manifeste de courtoisie et de recours à l’injure en lieu et place d’argument.

2. Quand le message sort trop manifestement du cadre du sujet traité.

3. Quand l’intervenant intervient de façon répétitive en utilisant ce blog comme une tribune et non comme un lieu d’échange.


Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?