11.11.2008

Classe moyenne

imprimer
envoyer
324
commenter (1)

Vous aurez remarqué que, sous l’influence de l’effet-Obama et de la rhétorique qui a si bien fonctionné aux States, tout le monde, y compris à gauche, veille désormais à s’adresser à la « classe moyenne » (au singulier). L’analyse sociologique qui s’en dégage a le mérite de la simplicité. Il y a 5% de riches-qui-peuvent-payer (dont 1% de très-très-riches), 15% de pauvres qu’on doit pouvoir assister, et tout le reste c’est la « classe moyenne ». Conséquence : la « classe moyenne » est bien le cœur de cible de toute stratégie électorale. Vu son poids, quiconque aspire à gagner les élections est bien obligé de se tourner vers elle.

2008 : Barack Obama essayant de convaincre la classe moyenne personnifiée par Joe Wurzelbacher dit "Joe le Plombier".

Ce « centrisme sociologique » débouche presque automatiquement sur un « centrisme politique ». Car on trouve de tout dans la « classe moyenne » : des salariés et des indépendants, des qui n’ont qu’un carnet d’épargne et des qui ont des actions Fortis et cotisent à l’épargne-pension, des qui sont au-dessus du revenu médian et d’autres en-dessous, des locataires et des propriétaires, des usagers intensifs des services publics et des accros de la consommation privée, des personnes attachées aux solidarités urbaines et d’autres qui rêvent d’une villa à 4 façades comme dans les revues, avec une belle voiture devant. Bref, la « classe moyenne » est une auberge espagnole.

Le point commun de ceux qui la composent serait celui-ci : ils vivent de leur travail, ce qui n’est ni le cas des 5% de riches-qui-peuvent-payer (et surtout pas du 1% de très-très riches : spéculateurs de l’économie casino, titulaires des parachutes dorés, oligarques russes et cheikhs saoudiens…), ni celui des 15% de pauvres qui ne travaillent pas ou pas vraiment. C’est la « classe moyenne » qui crée la richesse. Le message d’Obama, pas très original dans ce registre, est qu’il ne faudrait sûrement pas décourager par une fiscalité abusive ceux qui travaillent et entreprennent.

Cette lecture est trop simple pour être honnête. Elle laisse entendre que la redistribution des richesses ne se ferait qu’au détriment des fameux 5%. Seuls ceux-là devraient subir des augmentations d’impôts qui pourraient financer les services publics déficients tout en diminuant les impôts de la « classe moyenne » (tandis que les « pauvres » n’en paient déjà pas). Mais c’est une illusion.

Car, dans une économie financière mondialisée, les 5% sont les seuls qui n’ont aucune difficulté à pratiquer l’évasion des capitaux à grande échelle. Seuls peuvent être imposés à loisir les revenus « captifs » de ceux qui ne circulent pas. Quand aux gros revenus financiers dont on a besoin qu’ils s’investissent chez nous plutôt qu’ailleurs, on ne les attirera qu’en leur promettant un traitement de faveur. Zones franches, centres de coordination, suppression des hautes tranches d’imposition, secret bancaire, tout est bon pour les séduire en leur garantissant qu’ils ne seront pas spoliés de leurs profits, selon le célèbre théorème de l’ancien chancelier social-démocrate allemand Helmut Schmidt dont la fausseté est désormais avérée [1]. Bref, la promesse d’Obama est intenable.

La « classe moyenne » est un bricolage sociologique et une construction idéologique de mauvais aloi, où la majeure partie de la population se retrouve amalgamée en fonction de son niveau de revenu et de sa conséquence, son niveau de consommation, en faisant l’impasse sur son mode de consommation et sans se préoccuper de son rôle concret dans la société. Or certains comportements de cette classe inexistante doivent être encouragés, d’autres découragés (y compris, bien sûr, fiscalement) en fonction d’objectifs généraux, comme par exemple la justice sociale ou le développement durable. La nécessaire redistribution des richesses doit aussi intégrer ces comportements. Tenir compte des intérêts ou des aspirations de la « classe moyenne » ? Ça ne veut rien dire.

Quant aux 5%, pourra-t-on y toucher sans une certaine forme de protectionnisme européen ? Mais c’est un autre débat.

•••

[1] « Les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après-demain. »

imprimer
envoyer
324
commenter (1)
  • Classe moyenne Posté par Marc, le 11 novembre 2008
    Merci, Henri, de continuer à interroger avec cette belle impertinence les évidences d/toxiques de "l’époque". Marc
    Lire la suite

Avertissement

Les commentaires sont modérés a priori. Les intervenants sont priés de communiquer leur véritable identité : on débat ici à visière découverte. Bien que la polémique, même dure, soit admise et même encouragée, l’administrateur du site ne validera pas les messages dans trois cas de figure :

1. En cas de défaut manifeste de courtoisie et de recours à l’injure en lieu et place d’argument.

2. Quand le message sort trop manifestement du cadre du sujet traité.

3. Quand l’intervenant intervient de façon répétitive en utilisant ce blog comme une tribune et non comme un lieu d’échange.


Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?