Accueil du site >Blog  >Le blog d’Henri Goldman  >Débattre avec Caroline F.
10.02.2012

Débattre avec Caroline F.

imprimer
envoyer
13608
13609
13610
13612
13616
13618
13621
13648
13903
13611
13619
13613
13614
13615
13620
13617
13649
commenter (17)

Il n’y a pas de raccourci possible. Dans la bataille des idées, il faut prendre la mesure du champ de bataille. Surtout quand on est dans une position défensive. Reconquérir l’opinion publique demande de la patience et du travail. Certaines formes outrancières de dénonciation, quand elles ne s’appuient pas sur un travail de déconstruction préalable, ne réjouissent que les convaincus tout en s’aliénant les hésitants. Or, il s’agit de faire bouger les lignes, en emportant l’adhésion. Le chahut de l’ULB fut un merveilleux cadeau à Caroline Fourest qui en est sortie à son avantage [1]. Comme l’écrivait sur son mur Facebook Mohssin El Ghabri, un ancien président du Cercle des étudiants arabo-européens : "C’est non seulement une faute stupide et irresponsable mais c’est aussi une trahison des combats menés en faveur de la liberté d’expression lorsque celle-ci était menacée par les thuriféraires de Fourest". Il me semble que ce n’est pas trop demander à ceux et celles qui ambitionnent d’agir sur le réel d’anticiper les conséquences parfaitement prévisibles de leurs actes [2].

Mais je ne veux pas tirer sur une ambulance en accablant une personne en particulier. Ce chahut, pour lamentable qu’il fut, doit aussi être appréhendé comme un symptôme de la dérive d’une certaine pensée mainstream qui expulse les désaccords en dehors du champ des opinions légitimes. D’une façon devenue pavlovienne, cette "pensée" prend pour cible de prétendus "intégristes musulmans" [3]. En Belgique francophone, on semble de plus en plus fasciné par un "modèle français" structuré par une conception autoritaire de la laïcité refoulant les signes religieux (et, ne tournons pas autour du pot, ça ne concerne que le foulard islamique) en dehors de l’espace public. Or, ceux-celles qui s’opposent à ce point de vue ont de plus en plus de mal à se faire entendre. Ainsi, Caroline F., ambassadrice talentueuse de cette "pensée française", se voit dérouler tous les tapis rouges dans nos universités et dans nos médias, lesquels se comportent de plus en plus comme une province parisienne se sentant honorée de recevoir une star de la télé, chroniqueuse au Monde et à France-Culture [4].

Débattre avec elle ? Oui mais les occasions sont rares [5]. Ainsi configuré, le champ idéologique exclut de plus en plus la pensée alternative de la "laïcité inclusive" qui ne manque pourtant pas d’intellectuel-le-s français-es tout à fait fréquentables pour l’illustrer, comme Esther Benbassa, Dounia Bouzar, Christine Delphy, Cécile Laborde [6], Jean Baubérot… . Mais ceux et celles-là doivent se contenter de tribunes plus confidentielles. On ne les invite ni au JT, ni à la Une de nos quotidiens de référence.

Il n’y a rien de neuf quant à mes désaccords avec Caroline F. [7]. D’autres labourent ce terrain avec pertinence. Pour ma part, je préfère vous livrer un extrait de mon essai "Le rejet français de l’islam" qui trace le cadre du profond clivage qui s’est installé autour de la question lancinante du "foulard islamique" qui n’en finit pas de diviser les progressistes et les antiracistes et qui est le point de fixation de ce que certains nomment « islamophobie ». Ce clivage me sépare de Caroline F.

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Il y a vingt ou trente ans, des foulards islamiques, on en voyait dans nos rues. Mais pas beaucoup. Ils étaient de deux sortes. Celui des femmes immigrées, algériennes ou marocaines, importées directement de leurs campagnes, à qui on pouvait bien laisser le temps de s’acclimater aux us et coutumes de la société française. Et celui des touristes en provenance des États les plus rétrogrades du monde arabe et dont l’exhibition indiquait bien la distance abyssale qui séparait ces sociétés moyenâgeuses de la nôtre. À cette époque, au sein de nos sociétés en voie de sécularisation accélérée, tout le monde était bien persuadé que l’émancipation – et singulièrement celle des femmes – impliquait la sortie de la religion. Pour confirmer ce diagnostic, parmi les jeunes femmes qui s’affirmeront dans le « mouvement beur » des années 80, aucune ne porte le foulard. Elles donnèrent corps à la figure de la « beurette émancipée » ayant rompu avec la culture traditionnelle de son milieu d’origine et qui se retrouva parfois exhibée comme un trophée par de mâles antiracistes « de souche » de la « génération Mitterrand » dont l’ouverture d’esprit se manifestait entre autres par l’exotisme de leurs conquêtes féminines.

Puis tout s’est embrouillé. Quand l’heure de gloire de SOS Racisme et de la petite main de « Touche pas à mon pote » fut passée, on vit surgir une nouvelle catégorie de jeunes femmes musulmanes : parfaitement acculturées, brillantes à l’école et à l’université, indépendantes des hommes de leur famille et autonomes sur le plan économique, pas plus disposées que les autres Françaises à tout sacrifier à une fonction de mère reproductrice – bref, porteuses de tous les marqueurs classiques de l’émancipation féminine –… et affichant leur religion par le port d’un foulard généralement très élégant. Surprise et incompréhension, surtout à gauche où l’on avait fini par intégrer, après des décennies d’ignorance de la question, la libération des femmes au cœur de son logiciel. De l’extrême droite à l’extrême gauche, la réaction de rejet fut violente dans la société française dont le postulat universaliste semblait du coup battu en brèche. Ce rejet fut l’occasion d’un incroyable retour du refoulé colonial où la peur panique de l’altérité se révéla comme la face sombre de l’assimilationnisme à la française. En son nom, des personnes qui passaient pour des anticolonialistes indiscutables se transformèrent en « intégristes laïcistes » renouant avec la bonne conscience du colonisateur de naguère qui prétendait apporter d’autorité la civilisation à des peuples arriérés. Le foulard fut ainsi le révélateur d’un malaise identitaire qui ne demandait qu’à s’exprimer…

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Voilà, en guise de mise en bouche. Ce n’est qu’un début, continuons le débat [8].

•••

[1] Et les dividendes arrivent déjà : l’eurodéputée Véronique Dekeyser l’invite à faire sa conférence au Parlement européen.

[2] À titre d’info, on pourra lire ici une argumentation serrée en défense du "chahut".

[3] Lire l’incroyable opinion de Marc Uyttendaele dans la Libre Belgique ou les propos de Bernard Wesphael au Soir parlant, à propos des événements de l’ULB, d’une "minorité islamiste" dont le "but n’est pas de s’intégrer, mais d’imposer sa loi"… alors que son principal protagoniste est un athée déclaré ayant eu jusqu’à présent un parcours professionnel à rendre jaloux tous les fils de bonne famille.

[4] Cette pensée est aussi à l’œuvre quand Caroline F. disserte sur Marine Le Pen, puisqu’elle la critique au nom du même logiciel de la "laïcité autoritaire" dont Marine Le Pen s’est habilement emparé.

[5] Voir ce billet sur mon blog.

[6] Qui sera à l’ULB le 2 mars à l’invitation du groupe "Tayush".

[7] Voir note 5.

[8] Pour les personnes intéressées : je présenterai l’ouvrage lundi à 12:00 à l’ULB, salle K.3.401, à l’invitation du Cercle des étudiants arabo-européens.

imprimer
envoyer
13608
13609
13610
13612
13616
13618
13621
13648
13903
13611
13619
13613
13614
13615
13620
13617
13649
commenter (17)
  • Débattre avec Caroline F. Posté par rudolphostewart, le 11 octobre 2012
    film streamingles assiettes de porcelaine leur porteraient un coup. Vains calculs : la probite de son guide. leur crie de stopper. Plonge dans ce doux affaissement de la (...)
    Lire la suite
  • Caroline Fourest, les fours crématoires et la Syrie Posté par Guy Leboutte, le 3 mars 2012
    Celle que le Monde diplomatique appelle porte-parole de l’islamophobie « de gauche », continue de répandre sa verve confusionniste et obsédée. Alain Greish y consacre un article sur (...)
    Lire la suite
    • Annulation d’un débat des Etudiants en médecine... Posté par Guy Leboutte, le 3 mars 2012
  • Débattre avec Caroline F. Posté par françois, le 13 février 2012
    Le commentaire sur le théâtre de l’opprimé me semble très juste. Ce type d’action se doit d’être préparé avec rigueur et à bon escient sous peine d’échapper à tout contrôle et d’ouvrir (...)
    Lire la suite
  • Débattre avec Caroline F. Posté par françois, le 11 février 2012
    Les "chahuteurs" de mardi dernier ont emprunté leur slogan au titre d’un article de Serge Halimi dans le monde diplomatique d’avril 2011. L’article très intéressant ne justifie en (...)
    Lire la suite
  • Henri G. et Caroline F. Posté par Bernard De Backer, le 11 février 2012
    Je ne comprends pas pourquoi Caroline Fourest est systématiquement privée ou amputée d’une partie de son patronyme dans les deux derniers billets d’Henri Goldman à son sujet. (...)
    Lire la suite
    • Henri G. et Caroline F. Posté par Henri Goldman, le 11 février 2012
  • Pour une fois, pas d’accord ! Posté par Michel Teller, le 11 février 2012
    Eh bien moi, Henri, je suis presque toujours d’accord avec tes sages chroniques, mais pas cette fois… Peu m’importe qu’il s’agisse de Caroline Fourest, de Jean Ziegler, de (...)
    Lire la suite
    • Pas d’accord ? Posté par Henri Goldman, le 11 février 2012
      • Pas d’accord ? Posté par Michel Teller, le 11 février 2012
        • Pas d’accord ? Posté par Henri Goldman, le 11 février 2012
          • Pas d’accord ? Posté par Michel Teller, le 12 février 2012
  • Débattre avec Caroline F. Posté par patdx, le 10 février 2012
    C. Fourest s’inscrit dans une perspective républicaine et laïque... sa position ne relève ni du racisme, ni d’une phobie à l’égard à une religion ou à une communauté particulière. Ses (...)
    Lire la suite
    • Débattre avec Caroline F. Posté par Luc Delval, le 11 février 2012
  • Et le livre de Boniface ? Posté par Guy Leboutte, le 10 février 2012
    Je n’entends personne citer le livre de Pascal Boniface, tout de même bien argumenté et assez convaincant... Les intellectuels faussaires - le triomphe médiatique des experts en (...)
    Lire la suite
  • Débattre avec Caroline F. Posté par Cedric Tolley, le 10 février 2012
    Henri, merci. Enfin un commentaire qui respire.
    Lire la suite
    • Débattre avec Caroline F. Posté par Nathan Meurrens, le 10 février 2012

Avertissement

Les commentaires sont modérés a priori. Les intervenants sont priés de communiquer leur véritable identité : on débat ici à visière découverte. Bien que la polémique, même dure, soit admise et même encouragée, l’administrateur du site ne validera pas les messages dans trois cas de figure :

1. En cas de défaut manifeste de courtoisie et de recours à l’injure en lieu et place d’argument.

2. Quand le message sort trop manifestement du cadre du sujet traité.

3. Quand l’intervenant intervient de façon répétitive en utilisant ce blog comme une tribune et non comme un lieu d’échange.


Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?