10.06.2009

L’Olivier, version 2

imprimer
envoyer
6901
6904
6908
6910
6915
6934
6939
6957
6967
6991
7001
7111
7274
7286
7377
7709
6937
6950
7290
6947
6949
7025
6989
7015
7023
7062
7280
7287
7304
7291
7316
7421
7329
7409
7592
7454
7625
7653
7913
7664
7677
7739
8663
commenter (43)

Sondages infirmés. Le MR, qui se posait en pivot de l’alternative, s’érode en Wallonie et à Bruxelles. Le CDH se maintient, le PS recule mais ne s’effondre pas et Écolo triomphe. L’extrême droite disparaît du paysage et si le centre de gravité se déplace bien en Wallonie et à Bruxelles, c’est vers la gauche.

Scénarios confirmés. Exit la Violette (MR-PS) récusée de part et d’autre. Le MR retombe de haut et joue sans conviction sa seule carte : convaincre Écolo et le CDH de le rejoindre dans une coalition « namuroise ». Reste l’Olivier (PS-Écolo-CDH).

Sur cet Olivier, le parti socialiste a tout misé en radicalisant son profil gauche. Mais cet Olivier ne ressemblera plus demain ce qu’il pouvait être hier, c’est-à-dire un tronc socialiste avec deux branches rapportées, la verte et l’orange. Entre ses trois composantes, les scores se sont resserrés et les socialistes, même s’ils restent en tête, devront avoir la modestie de leur défaite. Si un Olivier devait se mettre en place, les socialistes devraient sérieusement en rabattre au niveau des compétences, des zones d’influences et des budgets à gérer. Plus encore : ils devraient accepter une remise en ordre de l’administration wallonne que beaucoup soupçonnent – souvent à bon droit – d’être un relais du PS afin que son impartialité ne puisse être contestée.

JPEG - 208.1 ko
Des oliviers, sur fond rouge et vert

La modestie est donc de rigueur, et certains cris de victoire sont à la limite de l’indécence. La crainte d’un « bain de sang social » a pu mobiliser in extremis des électeurs hésitants. Mais la bonne tenue de certaines listes socialistes signifie aussi que des barons locaux qui incarnent le « vieux PS » restent en place. C’est assurément un paradoxe. Car au bout de dix ans, il faut bien convenir que le pari d’Elio Di Rupo de rénover son parti sans quitter le pouvoir a échoué. Les « affaires » se sont succédé jusqu’à la veille du scrutin. À part l’une ou l’autre exception, la confection des listes socialistes n’a pas rompu avec les vieilles habitudes : prime systématique aux sortants, habituels marchandages entre communes. La défaite du PS, qui n’est pas humiliante comme il aurait pu le craindre, semble ressouder le parti et renvoyer à plus tard quelques règlements de compte internes qui n’auraient pas été inutiles. On attend Elio Di Rupo pour porter malgré tout le fer où c’est nécessaire, comme il vient de le promettre une fois de plus. Ce sera maintenant ou jamais.

La campagne des écologistes fut à l’inverse de celle du PS. Échaudés par l’expérience, les Verts ont raboté tout ce qui dépassait afin de ne heurter aucun segment de l’électorat. Le flou le plus total a été maintenu jusqu’au bout sur une éventuelle coalition préférentielle, y compris à Bruxelles où, pourtant, on ne faisait naguère pas mystère de l’envie de prolonger l’Olivier sortant. Leitmotiv : c’est le programme qui comptera. Prudence compréhensible pour laisser le jeu ouvert, et pourtant langue de bois. Le programme d’une possible coalition peut toujours se déduire des programmes des partis qui la composent. Et là, il n’y a jamais eu photo. On ne repère qu’un seul point de convergence majeur entre bleus et verts : la critique impitoyable des méthodes socialistes de gouvernance, qui ferait du renvoi du PS dans l’opposition une mesure de salut public.

Nous ne sous-estimons pas cette question. Mais pas au point d’inverser les priorités. À l’heure d’une crise majeure du capitalisme combinée avec une crise environnementale sans précédent, l’action politique progressiste doit principalement s’attacher à mettre en œuvre le développement durable dans son acception complète, c’est-à-dire à « répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs, en portant une attention particulière aux besoins essentiels des plus démunis » [1]. Nous insistons sur ce dernier volet, car c’est bien là que le clivage gauche-droite, évacué par la porte, revient par la fenêtre. Il implique, notamment, une certaine conception des services publics et de la fiscalité. Seul un Olivier peut s’orienter dans ce sens, en phase avec l’important tissu associatif présent en Wallonie et à Bruxelles. Évidemment, au vu des circonstances, cet Olivier devra donner des garanties sérieuses de rupture avec les vieilles pratiques. C’est possible, surtout si le « casting » proposé par les socialistes donne un maximum de garantie en la matière.

Donc un Olivier, mais en version 2. Pour Écolo, il s’agira de confirmer sa profession de foi qu’il est bien « ancré dans les valeurs de la gauche ». Pour le PS, il s’agira de faire preuve de modestie, en respectant loyalement les nouveaux rapports de force issus de l’élection. L’Olivier n’est pas la garantie de lendemains qui chantent, surtout en régime de crise. Mais à tous égards, c’est la meilleure formule disponible pour la Wallonie et Bruxelles, deux régions qui, un peu isolées dans le concert européen qui évolue en sens inverse de façon inquiétante, persistent à se refuser à la droite et aux populistes.

Henri Goldman et Hugues Le Paige, codirecteurs de la revue Politique

(Ce texte est simultanément publié sur le blog-notes de Hugues Le Paige et en forum – page 16 – dans Le Soir de ce mercredi 10 juin.)


[1] J’ai ajouté les guillemets et l’italique, suite à une judicieuse remarque d’Irène Kaufer dans ce blog. Cette formulation n’est pas de nous, mais de Gro Harlem Brundtland, ancienne premier ministre social-démocrate de Norvège, qui formalisa en 1987 dans un rapport célèbre le concept de développement durable.

imprimer
envoyer
6901
6904
6908
6910
6915
6934
6939
6957
6967
6991
7001
7111
7274
7286
7377
7709
6937
6950
7290
6947
6949
7025
6989
7015
7023
7062
7280
7287
7304
7291
7316
7421
7329
7409
7592
7454
7625
7653
7913
7664
7677
7739
8663
commenter (43)
  • L’Olivier, version 2 Posté par Marc Sinnaeve, le 12 juin 2009
    Merci, Claude Demelenne, pour cette mise au point que je partage entièrement (une fois n’est pas coutume...). Issu et toujours habitant d’un de ces fameux "bastions rouges" du (...)
    Lire la suite
    • Remettons le débat sur ses rails. Posté par Henri Goldman, le 12 juin 2009
    • L’Olivier, version 2 Posté par Jean Lemaître, le 16 juin 2009
  • Un certain "clientélisme", c’est aussi de la bonne gouvernance Posté par Claude Demelenne, le 11 juin 2009
    Beaucoup de réflexions intéressantes, comme souvent, sur ce blog. Je voudrais aborder un thème peu consensuel : le "clientélisme" du PS. Je me méfie de certaines analyses hâtives (...)
    Lire la suite
    • Un certain "clientélisme" n’est pas un gage de réussite Posté par Henri Goldman, le 11 juin 2009
      • Un certain "clientélisme" n’est pas un gage de réussite Posté par Pierre Verhas, le 11 juin 2009
    • Cela n’a rien n’a à voir, et pourtant… Posté par Henri Goldman, le 12 juin 2009
      • Socialisme, islamisme, laïcité... Posté par Claude Demelenne, le 12 juin 2009
        • Socialisme, islamisme, laïcité... Posté par Daniel Vanhove, le 13 juin 2009
      • Cela n’a rien n’a à voir, et pourtant… Posté par Marc Jacquemain, le 12 juin 2009
        • Le discours sur la gouvernance, degré zéro de la politique Posté par Claude Demelenne, le 12 juin 2009
          • Le discours sur la gouvernance, degré zéro de la politique Posté par Marc Jacquemain, le 12 juin 2009
  • L’extrême-droite n’a pas disparu Posté par Luc Delval, le 11 juin 2009
    Sur un point de détail (quoique...) : je trouve assez optimiste de dire que "l’extrême-droite disparaît du paysage". Du paysage parlementaire, sans doute, mais pas du paysage (...)
    Lire la suite
    • L’extrême droite n’a pas disparu ? Tout de même un peu… Posté par Henri Goldman, le 11 juin 2009
      • D’ailleurs, en a-t-on encore vraiment besoin ? Posté par Luc Delval, le 11 juin 2009
  • Abbé-pierrisme Posté par Irène Kaufer, le 11 juin 2009
    Cher Hugues, cher Henri, d’accord pour l’olivier, malgré un bilan mitigé en matière sociale... Mais, moi qui suis très sensible aux mots, un passage de votre texte me fait sursauter (...)
    Lire la suite
    • Abbé-pierrisme ? Non, Brundtlandisme (oups…) Posté par Henri Goldman, le 11 juin 2009
      • Abbé-pierrisme ? Non, Brundtlandisme (oups…) Posté par Irène Kaufer, le 11 juin 2009
        • Abbé-pierrisme ? Non, Brundtlandisme (oups…) Posté par Henri Goldman, le 11 juin 2009
  • L’Olivier, version 2 Posté par José Fontaine, le 10 juin 2009
    Il me semble qu’il faudrait se poser la question de savoir si ceux qui peuvent se réclamer de l’éthique ne sont pas seulement des gens "bien" et si souvent ceux qui faillissent ou (...)
    Lire la suite
  • L’Olivier, version 2 Posté par Dimitri Pandore, le 10 juin 2009
    Bonjour à tous et toutes. Je m’oblige à utiliser un pseudo vu ma (toute relative) notoriété ! Gauche, droite et donc centre ! Tout cela est un peu vain lorsque l’on voit tout le (...)
    Lire la suite
    • L’Olivier, version 2 Posté par Belle Zébuth, le 10 juin 2009
  • L’Olivier, version 2 Posté par red, le 10 juin 2009
    Quelle est la traduction politique du concept "individus émancipés"...un décret,une loi qui organise l’émancipation individuelle ??? Je crains que ce concept ne renvoie à une (...)
    Lire la suite
  • L’Olivier, version 2 Posté par Philippe Lamberts, le 10 juin 2009
    A Marc Jacquemain : comme si les valeurs de solidarité et de justice sociale n’étaient pas inscrites au coeur même du projet de société porté par l’écologie politique. Celui-ci ne se (...)
    Lire la suite
    • L’Olivier, version 2 Posté par Marc Jacquemain, le 10 juin 2009
      • L’Olivier, version 2 Posté par Philippe Lamberts, le 10 juin 2009
  • L’Olivier, version 2 Posté par Marc Jacquemain, le 10 juin 2009
    En réponse aux différentes interventions, quelques réflexions que j’avais écrites il y a deux ans après la défaite (sanglante, celle-là) du PS aux législatives. Pour ceux qui ne me (...)
    Lire la suite
  • L’Olivier, version 2 Posté par Sidd Artha, le 10 juin 2009
    Oui, ECOLO a un peu la langue de bois, mais que dire quand on est interrogé sans arrêt par presse/radio/télé alors qu’il n’y a manifestement rien à dire, car tout doit être d’abord (...)
    Lire la suite
    • L’Olivier, version 2 Posté par Henri Goldman, le 10 juin 2009
      • L’Olivier, version 2 Posté par Jay Z, le 10 juin 2009
        • L’Olivier, version 2 Posté par Henri Goldman, le 10 juin 2009
          • L’Olivier, version 2 Posté par Joël, le 11 juin 2009
            • Pire aveugle… Tout de suite les grands mots Posté par Henri Goldman, le 11 juin 2009
  • L’Olivier, version 2 Posté par albert martens, le 10 juin 2009
    Je partage cette analyse que je trouve pertinente, mais je reste néanmoins avec une question : quelle est la position que les partis vont adopter par rapport à la production et (...)
    Lire la suite
  • L’Olivier, version 2 Posté par Stany Grudzielski, le 10 juin 2009
    Je pense comme Philippe qu’Ecolo et PS ne se distinguent pas seulement par leurs pratiques déontologiques et de gouvernance, mais aussi par leur projet de société, même si je (...)
    Lire la suite
    • L’Olivier, version 2 Posté par Henri Goldman, le 10 juin 2009
  • L’Olivier, version 2 Posté par Olivier (Liège), le 10 juin 2009
    je suis perplexe, comme tout un chacun. Toutefois, je ne crois pas à l’Olivier Version 2. Nollet vs Van Cau, Westphael Vs Daerden, Cheron vs Happart, Cheron vs (...)
    Lire la suite
    • L’Olivier, version 2 Posté par Henri Goldman, le 10 juin 2009
    • L’Olivier, version 2 Posté par Luc Delval, le 11 juin 2009
  • L’Olivier, version 2 Posté par Ariane Bratz, le 10 juin 2009
    Magnifiques photos qui disent tout... Comme je me plais à dire depuis dimanche, on prend les mêmes, on continue ... un peu plus vert, logiquement... Ariane (...)
    Lire la suite
  • L’Olivier, version 2 Posté par André, le 10 juin 2009
    Je partage l’analyse mais la modestie doit être de mise dans tous les partis, y compris chez Ecolo. La vraie légitimité n’est pas la hausse ou la baisse de tels ou tels partis. (...)
    Lire la suite
  • L’Olivier, version 2 Posté par Philippe Lamberts, le 10 juin 2009
    Henri, Hugues, assez d’accord avec votre analyse, à deux restrictions près. La première est quant à l’attitude d’Ecolo en campagne. A vous lire, la seule chose qui eût compté dans (...)
    Lire la suite
    • L’Olivier, version 2 Posté par Henri Goldman, le 10 juin 2009

Avertissement

Les commentaires sont modérés a priori. Les intervenants sont priés de communiquer leur véritable identité : on débat ici à visière découverte. Bien que la polémique, même dure, soit admise et même encouragée, l’administrateur du site ne validera pas les messages dans trois cas de figure :

1. En cas de défaut manifeste de courtoisie et de recours à l’injure en lieu et place d’argument.

2. Quand le message sort trop manifestement du cadre du sujet traité.

3. Quand l’intervenant intervient de façon répétitive en utilisant ce blog comme une tribune et non comme un lieu d’échange.


Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?