Accueil du site >Blog  >Mais qu’en aurait pensé Spartacus (...)  >La banque centrale européenne a déménagé à New York
Mais qu’en aurait pensé Spartacus ?

Billets d’humeur et regards critiques sur l’actualité socio-économique : chômage, pauvreté, emploi, inégalités, domination, sécurité sociale, travail précaire, démocratie économique et sociale... Le tout sur fond d’impasse écologique et de crise démocratique. Par Luca Ciccia.


pub
31.10.2011

La banque centrale européenne a déménagé à New York

imprimer
envoyer
commenter

Lundi 31 octobre 2011, veille de la fête des morts, restera pour l’histoire le jour où la Banque centrale européenne passa sous la main de la Goldman Sachs et ses truands de Wall Street.

Ce jour Mario Draghi remplace officiellement Jean-Claude Trichet. Lui qui était en responsabilité à la Goldman Sachs quand elle aidait la Grèce à trafiquer ses comptes pour entrer dans la zone euro remplace donc celui qui faillit être condamné dans l’affaire du Crédit Lyonnais, et qui coûta dans les 100 milliards de FF aux contribuables français...

La Banque centrale européenne donne le cadre à la politique économique. Pourtant, elle est totalement indépendante des gouvernements de la zone euro et a ses objectifs propres : servir les truands de la haute finance.

Avec Draghi à sa tête, la BCE continuera ses prêts illimités à taux d’intérêt quasi nul (1,5%) aux banques. Elle continuera à interdire de faire de même pour les États, priés de mener l’austérité pour payer... les banques, et priés d’emprunter auprès des seules banques à des taux fixés par le marché, plus de 4% pour la Belgique !

Avec lui à la tête de la BCE, toujours pas de politique inflationniste qui permettrait aux États de gérer leurs budgets mais qui feraient perdre de l’argent aux actionnaires...

Pourquoi lui ? Tous les gouvernements ne disent-ils pas combien ils veulent réformer le système et réduire autant que possible l’austérité ? Ils mentent !

Pour mieux comprendre le mensonge et leur impuissance, il faut se tourner vers les ministres des finances. Draghi a en effet été nommé à l’unanimité par tous les ministres des finances de la zone euro. Partout "les finances" ont pris le contrôle, y compris à la Commission. Tout le reste n’est que comédie politique...

Les truands de Wall Street peuvent boire le champagne à notre santé ! Goldman Sachs joua le rôle de pyromane dans la crise actuelle, mais aussi dans la crise russe de 98, dans la crise alimentaire, et dans bien d’autres. Ils ont gagné des milliards lors de la crise des subprimes (elles furent rares à prévoir la crise, ils l’ont prévu, pour l’avoir provoqué), et leur rentabilité annuelle moyenne sur fonds propres est de, accrochez-vous, 29% (2000 à 2008) ! L’argent ne vient pas de nulle part...

Pour en savoir plus, voyez Inside job, film-documentaire qui démontre combien le pouvoir politique n’est en définitive qu’une marionnette à la solde des truands de Wall Street. La nomination de Draghi n’est finalement que l’illustration de ce qu’ils n’ont même plus besoin de se cacher des démocraties. Elles ont cédé ! Drôle de hasard, nous pourrons fêter sa disparition dès demain...

Post scriptum (01/11) : le premier ministre grec a annoncé hier la tenue d’un référendum. Les bourses plongent. Le peuple souverain va pouvoir remercier l’Europe pour sa gentille proposition d’aide conditionnée à sa perte de souveraineté et enfin reconquérir sa démocratie. Y aura-t-il des lendemains qui chantent encore ? L’histoire jugera lequel de ces deux évènements fut le plus important.

imprimer
envoyer
commenter

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?