30.09.2014

La burqa métaphorique

imprimer
envoyer
17129
commenter (1)

Les musulmans doivent-ils d’excuser pour Daesh ? Sûrement pas. Doivent-ils le dénoncer ? Oui, pourquoi pas ? Comme tout le monde, et peut-être un peu plus s’ils estiment devoir « sauver l’honneur » de la religion qui leur est chère et qui est salie par la récupération qu’en font quelques criminels. Ils peuvent aussi le faire à la demande de leurs amis, de ceux avec qui ils partagent l’aspiration à une société plus égalitaire et respectueuse de la diversité culturelle.

Et d’ailleurs ils le font, comme par exemple (un parmi d’autres) avec cette opinion publiée le 16 juin 2012 dans La Libre Belgique et justement intitulée « Pas en notre nom ». Ils le font d’ailleurs régulièrement depuis plus de dix ans, ce qui n’empêche pas qu’une rhétorique obsessionnelle n’arrête pas, depuis le 11 septembre 2001, de déplorer « le silence des musulmans ». Cette rhétorique est bien entretenue par les « une » des newsmagazines qui s’étalent à la devanture des kiosques. Ceux-là ont bien capté que, désormais, (la peur de) l’islam faisait vendre plus de papier que les ragots people. Message subliminal : méfiez-vous, le danger djihadiste est partout.

Cette couverture de M Belgique (19-25/09/2014) n’est que le dernier avatar de ce pilonnage idéologique. La « une » revient sur « le silence des musulmans » avant d’évoquer « le magot de l’islam ». Pour signifier les musulmans de manière imparable : l’inévitable burqa, tellement photogénique, métaphore obsessionnelle de l’islam, ex aequo avec le « djihad »… Pensez-vous que ce matraquage pourrait laisser indifférent les Belges de confession musulmane qui lisent comme tout le monde ces magazines et qui sentent la suspicion peser sur eux rien qu’à l’énoncé de leur patronyme ?

Pour comprendre leur état d’esprit, voici deux commentaires glanés sur la toile.

Ismaël Saidi : « Pourquoi les musulmans ne s’insurgent pas devant les événements en Syrie et ne se désolidarisent pas de Daesh (EI) ? Je vais te répondre. Moi, musulman, je me réveille le matin comme toi, je prépare le petit déjeuner de mes enfants, comme toi, je les emmène à l’école, comme toi, je vais au travail, comme toi, je perds ma vie à la gagner, comme toi, je rentre du travail et vais chercher mes enfants, comme toi, je leur prépare leur goûter et leur dîner, comme toi, je fais avec eux leurs devoirs comme toi, je les emmène au solfège, au sport, au dessin, comme toi, je leur donne le repas du soir, comme toi, je les borde et leur raconte une histoire, comme toi, je nettoie les crasses qu’ils ont laissées dans la cuisine, comme toi, puis, fatigué, je m’affale sur le divan à 21:30, comme toi, là, je regarde ce qui se passe sur terre et je m’insurge et je condamne, comme toi, mais la seule personne qui est là pour m’entendre après ma journée de dur labeur....c’est mon chat, peut-être comme toi, et lui, il s’en fout de mon indignation, il me regarde comme si j’étais un con, ronronne et se casse en levant la queue. Et là, je m’endors sur le divan.

Donc, je ne sais pas ce que tu attends de nous, je ne sais pas quoi faire pour prouver que nous sommes ni plus, ni moins que les autres citoyens. Est-ce que l’on doit s’insurger dans la rue ou peut-être qu’il y a un bureau spécial où on peut aller s’insurger pour garder une trace qu’on ira apposer sur nos portes. Je peux par contre te fournir une lettre d’excuses type, que tu pourras imprimer à l’envi dès qu’un événement (décapitation, meurtre, viol, agression, incendie) arrivera où je te présenterai mes excuses par avance et je m’insurgerai, j’y laisserai des petits points et tu inscriras l’événement pour lequel je présente mes excuses. Mais laisse-moi te dire une dernière chose : si tu ne vois pas de musulmans s’insurger autour de toi, c’est parce qu’ils te ressemblent tellement que tu ne les vois plus. Et tu vois, toi, je ne t’ai pas vu t’insurger non plus… »

Alexy Mesrour : « Bien sûr que je suis choqué lorsque je vois et entend les exactions commises par un soi-disant “État islamique”, bien qu’il n’ait rien d’un État et qu’il soit aux antipodes de l’éthique islamique. Je suis bien évidement horrifié en apprenant ce qu’ils font, le coran dit bien que lorsqu’une personne tue un autre être humain, c’est comme s’il avait tué toute l’humanité ! Mais je suis comme beaucoup, fort surpris lorsqu’il est sans cesse demandé aux Belges de confession musulmane de prendre position. Les Belges de confession musulmane sont des Belges comme les autres et il n’est pas normal de les assimiler à des cinglés qui feraient n’importe quoi à l’autre bout du monde. Personne ne demande aux Bouddhistes de ce pays de s’excuser pour les crimes commis en Birmanie à l’encontre des Rohyngas. Personne ne demande aux athées de ce pays de s’excuser pour les persécutions à l’égard des croyants commises par l’ex-Urss et la Chine aujourd’hui. Personne ne demande aux Juifs de ce pays de s’excuser pour les crimes commis en Israël. Personne ne demande aux chrétiens de ce pays de s’excuser pour les massacres commis en Afrique au nom de Dieu. Et c’est bien normal, ils n’ont rien à voir avec cette situation ! Que celui qui souhaite s’indigner le fasse et stop… à cette suspicion maladive ! De plus, toutes les instances représentatives des musulmans ont pris position depuis bien longtemps contre ce type d’exactions. Sans oublier que, comme tous les Belges, le seul organe réellement habilité à nous représenter, à savoir l’État belge, a prit position. Il part d’ailleurs en guerre en Irak en ce moment. Je trouve ça bien de s’indigner lorsqu’une injustice se produit dans le monde, peu importe par qui elle est commise, car la barbarie n’a ni couleur, ni origine. Mais lorsqu’on assigne une responsabilité collective à un groupe, qu’on confond des individus oh ! combien différents pour en faire un groupe homogène et stéréotypé, nous sommes dans le fantasme. Cette situation est très dangereuse !

Si l’ensemble de la société ne voit en ces Belges de confession musulmane, que et uniquement que des musulmans qui devraient demander pardon pour les exactions de leur coreligionnaires du bout du monde. Comment pourraient-ils se définir autrement ? Bien souvent c’est le regard de l’autre qui enferme. Gardons l’œil ouvert et le bon ! »

Il n’y a rien à ajouter.

imprimer
envoyer
17129
commenter (1)
  • La burqa métaphorique Posté par De Smet Noëlle, le 30 septembre 2014
    Merci Henry d’avoir diffusé ces deux textes si parlants.
    Lire la suite

Avertissement

Les commentaires sont modérés a priori. Les intervenants sont priés de communiquer leur véritable identité : on débat ici à visière découverte. Bien que la polémique, même dure, soit admise et même encouragée, l’administrateur du site ne validera pas les messages dans trois cas de figure :

1. En cas de défaut manifeste de courtoisie et de recours à l’injure en lieu et place d’argument.

2. Quand le message sort trop manifestement du cadre du sujet traité.

3. Quand l’intervenant intervient de façon répétitive en utilisant ce blog comme une tribune et non comme un lieu d’échange.


Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?