Accueil du site >Blog  >La politique des faits  >La face sombre du "miracle" allemand
La politique des faits

On ne peut pas tout faire dire ni aux faits ni aux règles de la logique ! Ces deux évidences semblent souvent perdues dans les méandres du débat politique belge où le fact-checking et le travail d’analyse scientifique ne font que des apparitions timides et espacées.

L’objectif de ce blog est simple : débusquer les affirmations sans preuve, les constats erronés et les erreurs de raisonnement en tous genres afin de rappeler, à droite comme à gauche, l’implacable verdict des faits et la rigueur de la logique. Tout ceci ne faisant bien évidemment pas obstacle à d’occasionnels billets d’humeur...

Pour être informé des nouvelles publications, abonnez-vous au flux RSS ou suivez-nous sur Facebook.

Les contributions des auteurs de ce blog n’engagent que chacun d’eux individuellement.


pub
3.02.2014

La face sombre du "miracle" allemand

imprimer
envoyer
commenter

Pour compléter le post de Daniel Zamora sur une possible “germanisation” de notre système social, il m’a semblé utile d’illustrer en image le “miracle allemand” à l’aide d’un graphe saisissant. Issus d’un récent article de Card, Heining et Kline, ce graphe montre l’évolution de la distribution des salaires réels en Allemagne de 1996 à 2009 (période durant laquelle les divers éléments du nouveau modèle allemand ont été mis en œuvre).

Ce graphe met en exergue trois faits importants :

  1. Dans le bas de la distribution, les salaires des 10 et 20% des travailleurs les moins bien payés ont diminué et cette diminution est d’autant plus forte qu’on descend dans la distribution (le salaire des 10% les moins bien payés à diminué bien plus que celui de 20% les moins bien payés) ; cette diminution est énorme (près de 20% pour les plus bas salaires) ;
  2. Le salaire médian (celui qui est juste au milieu de la distribution) a stagné : pour plus de 50% des travailleurs allemands, le salaire réel n’a donc pas augmenté de 1996 à 2009 alors même que l’Allemagne était en croissance pour la plus grande partie de cette période [1] ;
  3. Durant la même période, les plus hauts salaires (ceux du top 20%) ont augmenté de près de 10%.

Le résultat en est une explosion des inégalités salariales en Allemagne durant cette période : une explosion similaire à celle observée durant les années 80 pour les USA. Par ailleurs, même si les auteurs ne fournissent pas d’estimation formelle permettant de dissocier les causes de cette évolution, ils avancent comme facteur explicatif potentiel les profondes réformes du marché du travail en Allemagne durant cette période.

Les auteurs soulignent en particulier la déconstruction progressive du système traditionnel de négociation collective en Allemagne : durant la période étudiée, un grand nombre d’entreprises ont, en effet, décidé soit d’abandonner le système de négociation sectoriel au profit de négociations au niveau de l’entreprise (chute de 20% des entreprises couvertes par les accords sectoriels), soit de faire usage de clauses d’exception leur permettant de ne pas suivre dans leur totalité les accords sectoriels (cela concernait déjà près de la moitié des grandes entreprises en 2000).

Cet article semble donc indiquer qu’on peut s’attendre à de fortes augmentations des inégalités salariales si de telles réformes venaient à être mise en œuvre en Belgique (ce qui est, faut-il le rappeler, dans les plans des organisations patronales).

Par Frédéric Panier, économiste

[1] Un bémol cependant : comme le taux d’emploi a augmenté de 2005 à 2009, cette mesure tendra à sous-estimer l’augmentation réelle des salaires pour les gens qui étaient déjà au travail. L’article de Card et alii ne fournit pas d’indication claire permettant de corriger ce biais ; cependant, cela ne change rien au fait que le salaire médian a augmenté nettement moins vite que les salaires plus élevés. En outre, il n’y a pas eu d’augmentation du taux d’emploi entre 1996 et 2005 (le taux d’emploi total à même légèrement diminué) et la situation était à peine différente.

imprimer
envoyer
commenter

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?