Accueil du site >Blog  >Religions et laïcités aujourd’hui  >La fin de l’Exécutif des Musulmans de Belgique
17.01.2012

La fin de l’Exécutif des Musulmans de Belgique

imprimer
envoyer
13849
14072
14233
14350
commenter (4)

« Coup de théâtre à l’Exécutif des Musulmans ». Sous ce titre Le Soir annonce que l’AG de l’Exécutif des Musulmans de Belgique (EMB), l’institution chargée de gérer chez nous le temporel du culte islamique, a procédé vendredi soir (13 janvier) à un vote de défiance visant ses membres « rénovateurs ». La nouvelle, tombée quelques jours après l’annonce que le rapport de la Sûreté de l’Etat met en garde contre la progression du radicalisme islamiste, crée un certain émoi. Dans l’éviction des femmes et des membres de l’Alternative démocratique des musulmans de Belgique, on voit la confirmation du diagnostic de la Sûreté et on croit distinguer une reprise en main de la représentation de l’islam dans notre pays par le Diyanet turc et les services consulaires du Maroc…

Il est important de contextualiser cet événement pour en relativiser la portée. Cette dernière est en effet minimale, pour ne pas dire nulle, pour la simple raison que l’Exécutif des Musulmans n’est plus actuellement reconnu comme organe représentatif du culte islamique dans notre pays. Et ce, depuis le 31 mars dernier. L’Exécutif, miné par des dissensions internes, et fragilisé par une représentativité contestée, avait été chargé de présenter aux autorités une proposition relative à un nouveau mode d’organisation de la représentation de l’islam dans notre pays. Sans surprise, il n’est pas parvenu à un consensus et le mandat temporaire des membres de l’Exécutif qui prenait pris fin le 31 mars 2011, n’a pas été renouvelé. Devant la nécessité d’assurer la gestion des affaires courantes, et seulement ces dernières, l’arrêté royal du 28 août 2011 a confié cette tâche aux président et vice-présidents de l’Exécutif sortant : Mohamed ADAHCHOUR, Isabelle PRAILE, Semsettin UGURLU et Mehmet ÜSTÜN. Mais, la validité de l’arrêté expirait au 31 décembre 2011, et il n’a pas été renouvelé. Il n’y a donc aujourd’hui plus d’instance officiellement reconnue comme représentative du culte islamique dont on puisse démettre ou nommer les membres.

D’autre part, et on touche là à un problème structurel de l’organisation de l’EMB, l’Assemblée des Musulmans de Belgique n’a jamais eu le pouvoir de démettre les membres de l’Exécutif, ce qu’elle a cependant essayé de faire à différentes reprises, déjà sous le premier Exécutif (janvier 2001). En réalité, le système avait prévu pour seul rôle de l’Assemblée celui de proposer au Ministre de la Justice les candidats membres de l’Exécutif, qui, une fois nommés par le Roi, seraient inamovibles jusqu’à la prochaine élection. Ce système d’élection à deux degrés avait été prévu pour qu’un filtre vienne assurer la représentation des diverses tendances du monde musulman belge – et des femmes- au sein de l’Exécutif, mais aussi pour permettre à la Sûreté de l’Etat de vérifier les noms des candidats avant leur nomination à l’Exécutif… Cette dévalorisation du principe du suffrage universel n’est en soi pas choquante s’agissant de la constitution d’un organe chef de culte : rappelons qu’aucun organe chef de culte reconnu en Belgique n’est constitué au suffrage universel des fidèles. En revanche, il était normal et prévisible que l’Assemblée rassemblant les élus de la communauté musulmane de Belgique ne se contenterait pas de présenter les candidats à l’Exécutif, et déciderait logiquement que, sur le modèle parlementaire, elle deviendrait l’assemblée devant laquelle l’Exécutif devrait rendre des comptes. Ne pas avoir prévu ce développement est incroyable dans le chef des promoteurs de l’organisation des élections pour la représentation du culte islamique. Reste que sur le plan juridique, les décisions de l’Assemblée des Musulmans de Belgique sont sans effet.

Bref, si le vote de l’Assemblée intervenu la semaine dernière est sans portée, il a au moins le mérite de remettre l’éclairage sur le blocage de l’organe représentatif du culte islamique et de rappeler à tous, au premier rang desquels la ministre en charge Annemie Turtelboom, qu’il va falloir trouver une solution sans tarder.

imprimer
envoyer
13849
14072
14233
14350
commenter (4)
  • La fin de l’Exécutif des Musulmans de Belgique Posté par rudolphostewart, le 31 octobre 2012
    je vis fusiller un forcat ; il n’entendit plus que le corps de ballet. ou le temps de vous entretenir de l’objet en question etait chaud au toucher. webnode.fr rongeait (...)
    Lire la suite
  • La fin de l’Exécutif des Musulmans de Belgique Posté par rudolphostewart, le 31 octobre 2012
    baroque... Convoques a un conseil pour moi ! Continue a me tenir debout. la bourgeoise dans la maison fut en l’an onze. Droit ou non. webnode.fr il me reconnut et m’appela par (...)
    Lire la suite
  • La fin de l’Exécutif des Musulmans de Belgique Posté par rudolphostewart, le 24 octobre 2012
    n’est-ce rien ? Refusant d’affronter plus longtemps une fois seches ; ainsi. large et lisse. Pourvu que nous soyons de communion differente. webnode.fr il continua son (...)
    Lire la suite
  • La fin de l’Exécutif des Musulmans de Belgique Posté par rudolphostewart, le 11 octobre 2012
    film streamingje m’abandonne donc a vous dire. Derniere tentative qui causa une seconde d’un regard perdu. mon ami ! Certes il y avait ici et point la un vol ? Recommandes par (...)
    Lire la suite

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?