16.09.2012

Le mariage blanc de Sonia

imprimer
envoyer
commenter

Dans quelques jours, le 21 septembre 2012, Sonia, ma mère, aurait eu 100 ans. L’épisode de sa vie qui suit s’est déroulé il y a exactement 70 ans. Mais son écho est malheureusement toujours actuel.

•••

Sonia, ce n’était pas son vrai prénom. Juive polonaise arrivée en Belgique en 1938 avec un permis de travail, elle s’était donné un nom de guerre qui lui restera toute sa vie. En me plongeant dans ses papiers après sa mort, j’ai retrouvé cet extrait du registre des mariages de la commune de Saint-Gilles : « L’an 1942, 25 août, se sont unis par les liens du mariage Grégoire Louis Paÿe, journalier, né à Bruxelles, le 10 décembre 1872, y domicilié rue de la Roue 57, d’une part ; et Szajndla Wassersztrum, ouvrière corsetière, née à Lukow, Pologne, le 21 septembre 1912, y domiciliée, résidant à Saint-Gilles-lez-Bruxelles, rue de la Victoire 38, d’autre part. »

Permis de travail de Sonia, 1938

•••

Une fois le mariage conclu, Sonia ne revit plus jamais son vieil époux, de 40 ans son aîné. Celui-ci reçut, pour sa peine, un petit pécule et un bon repas. Ce mariage était, comme on dit, « blanc ». Il n’était pas conclu pour être consommé, mais pour son effet administratif dérivé : par mariage, Sonia obtenait automatiquement la nationalité belge. Ce qui lui a peut-être sauvé la vie. Car trois semaines auparavant, le 4 août 1942, avait commencé en Belgique la déportation en masse des Juifs. Entre cette date et le 31 octobre, 17.000 hommes et femmes, enfants et vieillards furent convoyés vers Auschwitz pour un voyage sans retour. Mais pendant plus d’un an, cette traque n’allait viser que les Juifs étrangers. Les Juifs belges ne perdirent leur semblant d’immunité qu’en septembre 1943. Alors, Sonia plongea totalement dans la clandestinité jusqu’à son arrestation et sa déportation en mars 1944. Détenue à Auschwitz-Birkenau jusqu’en janvier 1945, elle y passa dix mois horribles.

La nationalité belge de Sonia lui avait donc donné un an de séjour légal en plus pendant lequel, en faisant preuve de prudence, elle avait pu se prémunir du risque d’être appréhendée au cours d’une rafle ou sur dénonciation comme le furent quelques milliers de Juifs étrangers pendant la même période. Sans le subterfuge du mariage blanc, elle aurait peut-être été déportée un an plus tôt. Elle n’en serait alors jamais revenue.

•••

En 1942, Sonia avait pu compter sur l’aide d’employés communaux pas trop zélés. Soixante ans plus tard, ce mariage n’aurait jamais pu être célébré, tant la manœuvre était cousue de fil blanc. Et si par extraordinaire il avait été conclu, l’impossibilité de constater la cohabitation par la suite aurait entraîné son annulation, avec pour conséquence la perte d’un droit de séjour acquis « frauduleusement ». Quant au complaisant monsieur Paÿe, coupable d’avoir modestement tarifé un geste de solidarité, il aurait risqué pour ce crime les foudres du Code pénal au titre du « trafic des êtres humains ».

Car aujourd’hui, une suspicion généralisée frappe toutes les demandes d’installation en Belgique, qu’elles procèdent du regroupement familial ou de l’asile. Non sans quelque raison puisque de nombreux migrants détournent ces procédures qui sont pratiquement les seules portes d’entrée légales pour qui veut s’établir ici. En 1942, Sonia n’avait pas agi autrement. Rétrospectivement, qui pourrait l’en blâmer ?

•••

Avec l’histoire de Sonia, avec aussi celle de Yisroël (Israël), dit Charles, mon père, arrivé en Belgique sans papiers en 1927, régularisé par la suite et qui n’aurait jamais obtenu l’asile aujourd’hui, je ne suis pas prêt d’oublier ceci : toute aventure migratoire permet deux lectures, selon qu’on se place du point de vue du migrant ou de la société d’accueil, qu’on privilégie le droit des personnes à vivre dans la dignité et la sécurité ou le droit des États à maîtriser leurs frontières et leurs ressources. Ces deux lectures, également légitimes, s’opposent régulièrement. Comment les concilier ? Bien sûr, toute hospitalité a ses limites. Mais aucune limite ne saurait endiguer le besoin impérieux qui pousse chaque année des milliers de personnes à quitter leur terre natale à n’importe quel prix. Ce besoin s’exprimera quoi qu’on fasse, dans la légalité ou hors d’elle. Une politique migratoire humaine et équilibrée n’est précisément que la quête permanente du meilleur compromis possible entre ces deux légitimités. L’équilibre serait définitivement brisé si on suivait ceux qui voudraient privilégier aujourd’hui une approche uniquement policière, au prétexte de protéger « notre » sécurité » et « notre » bien-être. Campés sur leur grand mérite d’être nés du bon côté, ceux-là sont parfaitement capables de refouler sans états d’âme toutes les Sonia de la terre. Si, en 1942, celle dont je vous parle s’était trouvée en face d’eux à la Maison communale de Saint-Gilles, je n’aurais sans doute pas été là aujourd’hui pour raconter son histoire.

•••

Cet histoire a été racontée dans mon livre Deux ou trois choses de Sonia et du monde, Territoires de la mémoire, 2010.

Si vous souhaitez être informé-e des nouveautés de ce blog, signalez-le en cliquant ici. Visitez aussi le site de « Tayush, groupe de réflexion pour un pluralisme actif ».

•••

imprimer
envoyer
commenter

Avertissement

Les commentaires sont modérés a priori. Les intervenants sont priés de communiquer leur véritable identité : on débat ici à visière découverte. Bien que la polémique, même dure, soit admise et même encouragée, l’administrateur du site ne validera pas les messages dans trois cas de figure :

1. En cas de défaut manifeste de courtoisie et de recours à l’injure en lieu et place d’argument.

2. Quand le message sort trop manifestement du cadre du sujet traité.

3. Quand l’intervenant intervient de façon répétitive en utilisant ce blog comme une tribune et non comme un lieu d’échange.


Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?