1.07.2010

Le néerlandais d’Elio

imprimer
envoyer
13025
13028
13029
13037
13048
13052
13026
13027
13030
13032
13031
13033
13034
13035
13036
13057
commenter (16)

Il paraît que les carottes sont cuites : l’informateur Bart De Wever est en train de préparer le terrain pour un formateur qui ne saurait être que l’autre vainqueur incontesté des élections, Elio Di Rupo. Pour le première fois depuis Edmond Leburton en 1973-74, un francophone sera Premier ministre. Alleluia ! Hosanna ! Et si, en plus, c’est De Bleeckere qui arbitre la finale de la Coupe du monde de football, notre joie sera complète…

Il paraît que les Flamands n’y voient plus aucun inconvénient. Et que la connaissance très limitée du néerlandais du bourgmestre de Mons ne serait plus un obstacle. Pour autant que ce soit vrai – j’en doute et m’en explique plus loin – c’est un obstacle pour moi. Qu’on me permette ici de tirer dans mon propre goal.

Je suis un fervent supporter de la circonscription fédérale. Comme le répète régulièrement Jacky Morael, c’est parmi les personnalités qui auront fait campagne dans cette circonscription et qui se seront donc adressées à leurs concitoyens dans les deux langues que se recruteront les futurs premiers ministres. L’exercice auquel ils se seront contraints, à savoir séduire aussi bien les Flamands que les francophones, les aura préparé à incarner la Belgique fédérale tout entière, et pas seulement une de ses moitiés. Évidemment, pour ce faire, ils auront su démontrer leur capacité à s’adresser aux Flamands en néerlandais, aux francophones en français.

C’est exactement là que réside le piège. Jamais quelqu’un comme le président du PS, qui est incapable d’une parole spontanée en néerlandais et dont le registre se limite à quelques expressions formatées apprises par cœur, ne sera vécu comme leur Premier ministre par une population flamande qui considère – à juste titre selon moi – que toute personne qui ambitionne de diriger un gouvernement belge doit faire la preuve d’une bonne maîtrise du néerlandais et du français courants. Par contre, Di Rupo Premier ministre, ce serait parfait dans un scénario où le niveau fédéral serait vidé de sa substance. L’impossibilité pour les Flamands de se reconnaître dans un Premier ministre dont le bilinguisme n’arrive pas à la cheville de celui de De Wever les aidera à se désinvestir encore un peu plus de l’échelon fédéral. À la première difficulté politique, cette carence sera retournée contre lui. Les Flamands diraient alors : ce n’est pas notre Premier ministre, donc ce n’est pas non plus notre État. Bref, la promotion du président du PS pourrait être un atout-maître dans un scénario de dislocation plus poussée de la Belgique.

Donc, si ce scénario n’est pas souhaité, il ne faut pas qu’il y aille. On n’a pas le choix ? Mais n’est-ce pas dans l’Internationale qu’il est dit : Il n’est pas de sauveur suprême… ? Car il y a des alternatives. En voici deux.

Solution 1. On envoie Rudy Demotte. Expérience fédérale, bilinguisme reconnu. Au gouvernement de la Région wallonne, on fait monter d’un cran Jean-Claude Marcourt qui a eu le chic de ne pas mélanger les casquettes en s’abstenant de faire de la figuration lors des élections législatives, ce qui le grandit à mes yeux.

Solution 2. On promeut un socialiste flamand, Johan Vande Lanotte ou Frank Vandenbroucke. Étant à la fois flamands et socialistes, ils disposeraient d’une légitimité des deux côtés de la frontière linguistique. Et sur l’essentiel, les socialistes francophones partagent leurs idées (en tout cas au moins autant que Moureaux et Picqué au PS de Bruxelles, que Daerden et Demeyer au PS de Liège).

Jean-Marie Dedecker, dont le populisme a toujours eu la saveur du parler-vrai, pense qu’Elio Di Rupo est tellement vaniteux qu’il ne saura pas résister à cette opportunité. Je parie plutôt sur son intelligence. Elio, alsjeblieft, ne me démens pas.


Post-scriptum 1 (3/7/2010)

En lisant la presse du jour, il semble qu’on considère comme une évidence qu’Elio Di Rupo sera formateur et donc Premier ministre. Et si on découplait les deux ? Le président du PS constituerait le gouvernement mais ne le présiderait pas. Ce qui lui permettrait de conforter son rôle de tout premier plan sans tomber dans le piège.

Post-scriptum 2 qui n’a rien à voir

Une petite vidéo de vacances ? Voici une interview donnée en août 2009 au vidéaste André Goldberg autour d’un mot : Politique. Enregistré dans mon salon. Ça dure 23 minutes.

imprimer
envoyer
13025
13028
13029
13037
13048
13052
13026
13027
13030
13032
13031
13033
13034
13035
13036
13057
commenter (16)
  • Le néerlandais d’Elio Posté par Etienne Plas, le 29 juillet 2010
    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec l’interprétation selon laquelle ’les Flamands’ (si tant est qu’on puisse généraliser) ne se sentiront pas concernés par un gouvernement fédéral (...)
    Lire la suite
    • Le néerlandais d’Elio Posté par Angela Lestizza, le 3 septembre 2010
  • Le néerlandais d’Elio Posté par Christine Caille, le 17 juillet 2010
    A propos du néerlandais d’Elio, voir le reportage de la RTBF diffusé par la VRT http://www.deredactie.be/cm/vrtnieu... A propos des revendications culturelles flamandes, (...)
    Lire la suite
  • Le chaud et le froid Posté par micheline jacobs centurione, le 8 juillet 2010
    Depuis 2007,nos politiciens nous donnent par l’intermédiaire des médias un image peu courageuse et pourtant je suis sûre que parmi ces personnes il y a des gens biens ,des gens (...)
    Lire la suite
  • Le néerlandais d’Elio Posté par Angela Lestizza, le 2 juillet 2010
    Chers amis, désolée de vous le dire, mais rien n’arrêtera la "dislocation de la Belgique". Cela prendra encore un peu de temps, et les mutations institutionnelles nombreuses- (...)
    Lire la suite
    • Du sang flamand… ! Posté par Henri Goldman, le 2 juillet 2010
      • Du sang flamand… ! Posté par Angela Lestizza, le 2 juillet 2010
        • Du sang flamand… ! Posté par Pierre Verhas, le 2 juillet 2010
          • Du sang flamand… ! Posté par José Fontaine, le 3 juillet 2010
            • Du sang flamand… ! Posté par Pierre Verhas, le 3 juillet 2010
  • Le néerlandais d’Elio Posté par Pierre Verhas, le 2 juillet 2010
    Bon. On le sait. Elio ne maîtrise pas le néerlandais. Il est d’ailleurs imperméable aux langues. Il n’est pas le seul, mais pour ceux-là dont je fais partie, c’est un point faible (...)
    Lire la suite
    • Le néerlandais d’Elio Posté par Angela Lestizza, le 2 juillet 2010
      • Le néerlandais d’Elio Posté par Pierre Verhas, le 2 juillet 2010
  • Le néerlandais d’Elio Posté par Antoinette Brouyaux, le 2 juillet 2010
    Henri, je suis totalement de ton avis, sauf pour le dernier point : pourquoi toujours proposer des hommes ? C’est pourquoi j’avais suggéré Onckelinx comme 1er mais on m’a (...)
    Lire la suite
    • Le néerlandais d’Elio Posté par Henri Goldman, le 2 juillet 2010
      • Le néerlandais d’Elio Posté par Luc Delval, le 2 juillet 2010

Avertissement

Les commentaires sont modérés a priori. Les intervenants sont priés de communiquer leur véritable identité : on débat ici à visière découverte. Bien que la polémique, même dure, soit admise et même encouragée, l’administrateur du site ne validera pas les messages dans trois cas de figure :

1. En cas de défaut manifeste de courtoisie et de recours à l’injure en lieu et place d’argument.

2. Quand le message sort trop manifestement du cadre du sujet traité.

3. Quand l’intervenant intervient de façon répétitive en utilisant ce blog comme une tribune et non comme un lieu d’échange.


Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?