31.10.2011

Le nouveau buzz tunisien

imprimer
envoyer
13506
13507
13508
13510
13512
13513
13515
13516
13536
13509
13511
13514
13517
13527
13518
13519
13520
13528
13521
13522
13523
13524
13525
13526
commenter (24)

Le nouveau buzz à la mode, la nouvelle obsession pavlovienne des médias francophones, c’est d’interroger (pour le déplorer) le large succès électoral des islamistes tunisiens. Les habituels universalistes autoproclamés, genre Caroline Fourest, en profitent pour donner des leçons de démocratie au nom de leur supériorité républicaine infuse. Sur son blog, la pasionaria de la laïcité à la française déplore l’attitude « ambiguë », limite munichoise [1], des principaux partis tunisiens dits laïques – ceux de Moncef Marzouki (le Congrès pour la République) et de Mustapha Ben Jaffar (Ettakatol) – qui ont refusé de faire de la lutte contre Ennahda leur priorité numéro 1 et envisagent calmement de gouverner avec ce parti. Pour Caroline Fourest, « dire qu’Ennahda est “modéré” parce qu’il existe des salafistes très excités, c’est un peu comme expliquer que le Front national de Marine Le Pen est de “gauche” parce qu’il existe des skinheads. Le FN et Ennahda sont bien plus redoutables pour la démocratie ». Et, dans la même veine, « refuser de faire bloc contre Ennahda et leurs idées, c’est un peu comme refuser de faire front contre le FN s’il faisait plus de 40% ».

Or cette victoire des islamistes était annoncée. Aurait-il fallu l’empêcher coûte que coûte comme en Algérie en 1991 ? À la veille du déclenchement du Printemps arabe (26.11.10), Caroline Fourest se posait la question dans les colonnes du Monde : « En théorie, deux tentations abstraites s’affrontent. Celle de la démocratie angélique et celle de la démocratie cynique. L’angélique croit pouvoir réduire l’alpha et l’oméga de la démocratie au fait d’organiser des élections libres. Sans se soucier du résultat. Peu importe que ces élections portent au pouvoir des tyrans, des fascistes… qui ne rendront pas les clés. C’était le danger lorsque le Front islamique du salut (FIS) menaçait de gagner les élections en Algérie. C’est celui que fait peser la victoire d’un mouvement comme les Frères musulmans en Egypte. Leur visage avenant, le fait qu’ils soient martyrisés par le régime égyptien ne doivent tromper personne. Pour eux, la démocratie n’est qu’un moyen… En vue d’achever une révolution culturelle intégriste à vocation expansionniste et totalitaire. » Bref, elle n’est pas convaincue que les processus démocratiques soient vraiment compatibles avec l’existence de puissants courants islamistes. Actons tout de même qu’elle ne s’est pas opposée ouvertement aux élections tunisiennes – difficile de contrer la soif de liberté des peuples arabes. Mais aujourd’hui, elle déplore que les partis laïques n’aient pas suivi ses conseils avisés en refusant de faire bloc contre le péril vert. Et que, pire, ils s’apprêtent désormais à pactiser avec le diable.

Or, ceux qui, dans la gauche tunisienne, ont choisi la posture qu’elle préconise au nom du « modernisme » ont été laminé dans les élections du 23 octobre. Pour la plupart des leaders progressistes tunisiens, il n’a jamais été question de s’aligner sur les obsessions des maîtres-penseurs d’outre-Méditerranée pour qui la question islamique est l’arbre qui cache la forêt des injustices et des inégalités. Les images de la « révolution du Jasmin » brassaient joyeusement femmes voilées et en cheveux, hommes avec ou sans barbe. On n’avait pas envie de casser ça.

Je ne sais pas quelles sont les intentions cachées des leaders d’Ennhada – ni celles des autres leaders, d’ailleurs. De toute façon, leur victoire n’est que relative puisque seul son extrême fractionnement a empêché la gauche dite laïque d’être électoralement majoritaire. Mais je sais qu’en Tunisie – comme ailleurs dans les pays arabes –, la popularité des islamistes est souvent grande dans les couches populaires qui sont les moins accessibles à la « pensée moderne », qui ne maîtrisent pas d’autre langue que la langue arabe, qui n’ont pas accès à Internet et qui vivent souvent la modernité comme une forme de mépris des valeurs traditionnelles qui les font tenir debout. La démarche politique de la gauche tunisienne, qui lui fait aujourd’hui refuser la logique de la guerre civile contre les islamistes telle qu’elle est préconisée dans certains cafés parisiens, est d’abord une volonté de ne pas casser le peuple tunisien entre une élite éduquée, détachée de la religion et qui aurait l’oreille du Quartier latin et une masse réputée immature et crédule qui serait la proie des islamistes. Je salue cette intelligence du moment historique qui contribue à mettre le clivage religieux à sa place. Dans un monde rongé par les inégalités sociales, cette place n’est vraiment pas la première.

•••

[1] Ecoutez ici sa dernière chronique sur France Inter.

imprimer
envoyer
13506
13507
13508
13510
13512
13513
13515
13516
13536
13509
13511
13514
13517
13527
13518
13519
13520
13528
13521
13522
13523
13524
13525
13526
commenter (24)
  • Le nouveau buzz tunisien Posté par Tahar, le 10 novembre 2011
    Bonjour, Le problème ne réside pas tant dans l’attitude de soeur Caroline Fourest -et de bien d’autres- que dans celle de certains de mes concitoyens Tunisiens qui carburent sans (...)
    Lire la suite
  • Le nouveau buzz tunisien Posté par Denis Desbonnet, le 1er novembre 2011
    Bravo,Henri ! Rien à (re)dire à ton excellente chronique. On voit là encore (une fois - si j’ose dire, car en Belgique, on a aussi nos Charles Martel du pauvre) l’arrogance (...)
    Lire la suite
    • Le nouveau buzz tunisien Posté par Michel Teller, le 1er novembre 2011
      • Le risque n’est pas nul… Posté par Henri Goldman, le 1er novembre 2011
        • Charlie Hebdo… Posté par Pierre Verhas, le 1er novembre 2011
          • Charlie Hebdo… Posté par Laurent Szyster, le 2 novembre 2011
            • Charlie Hebdo… Posté par Bernard De Backer, le 2 novembre 2011
              • Charlie Hebdo… Posté par Henri Goldman, le 2 novembre 2011
                • Charlie Hebdo… Posté par Pierre Verhas, le 2 novembre 2011
                • Charlie Hebdo… Posté par Bernard De Backer, le 2 novembre 2011
                  • Charlie Hebdo… Posté par Pierre Verhas, le 2 novembre 2011
                  • Charlie Hebdo… Posté par Maria Lagana, le 2 novembre 2011
          • Charlie Hebdo… Posté par jacques weerts, le 3 novembre 2011
    • Le nouveau buzz tunisien Posté par jacques weerts, le 3 novembre 2011
  • Le nouveau buzz tunisien Posté par Maria Lagana, le 1er novembre 2011
    Nous nous inquiétons du choix des Tunisiens parce que nous avons en tête nos schémas occidentaux mais de quel droit contesterions-nous leur libre choix ? Nous nous comportons (...)
    Lire la suite
  • Le nouveau buzz tunisien Posté par JF Bastin, le 31 octobre 2011
    Les 40% d’Ennahda ne sont pas surprenants, ni ne font honte aux électeurs tunisiens. La révolution continue et la politique continue. Aux 60% d’autres élus de faire vivre cette (...)
    Lire la suite
  • Non à une nouvelle croisade Posté par Pierre Verhas, le 31 octobre 2011
    Je félicite Henri pour son "papier". Revoyons le déroulement des faits : la Tunisie connaissait une crise économique et une dictature devenues insupportables. L’immolation (...)
    Lire la suite
  • Quid de la démocratie chrétienne Posté par Eric Corijn, le 31 octobre 2011
    N’oublions pas que jusque longtemps après la guerre le CVP à obtenu des majorités absolues en Flandre et que jusque maintenant une bonne partie des services publics en Belgique (...)
    Lire la suite
  • Admirables certitudes... Posté par Caroline Sägesser, le 31 octobre 2011
    J’envie (sic) tant Henri que Laurent d’être aussi certains de leur fait... Moi, je doute en permanence sur cette question. Car, refuser le résultat d’élections qui donnent la (...)
    Lire la suite
    • Admirables certitudes... Posté par Henri Goldman, le 31 octobre 2011
  • Le nouveau buzz tunisien Posté par jacques weerts, le 31 octobre 2011
    Bravo, encore une fois, à Henri pour avoir mis ainsi les "pendules à l’heure". Si selon CF les électeurs sont "coupables" d’avoir porté au pouvoir un parti qu’elle n’aime pas, la (...)
    Lire la suite
  • Le nouveau buzz tunisien Posté par Laurent Szyster, le 31 octobre 2011
    Les même qui s’indignaient du vote suisse contre les minarets - défaite de la raison - célèbrent aujourd’hui le génie démocratique qui a mis En Nahda en tête de la constituante (...)
    Lire la suite
    • Le nouveau buzz tunisien Posté par Henri Goldman, le 31 octobre 2011
      • Le nouveau buzz tunisien Posté par Laurent Szyster, le 31 octobre 2011

Avertissement

Les commentaires sont modérés a priori. Les intervenants sont priés de communiquer leur véritable identité : on débat ici à visière découverte. Bien que la polémique, même dure, soit admise et même encouragée, l’administrateur du site ne validera pas les messages dans trois cas de figure :

1. En cas de défaut manifeste de courtoisie et de recours à l’injure en lieu et place d’argument.

2. Quand le message sort trop manifestement du cadre du sujet traité.

3. Quand l’intervenant intervient de façon répétitive en utilisant ce blog comme une tribune et non comme un lieu d’échange.


Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?