Accueil du site >Blog  >Le blog d’Henri Goldman  >Les Brigades rouges de l’islam*
14.11.2015

Les Brigades rouges de l’islam*

imprimer
envoyer
17583
17584
17586
17587
17588
17589
17593
17594
17596
17601
17602
17605
17606
17612
17614
17615
17616
17619
17624
17625
17627
17585
17590
17591
17608
17613
17592
17595
17598
17599
17607
17603
17604
17620
17609
17611
17618
17610
17617
17622
17623
17626
commenter (42)

Notre sidération face au carnage qui vient d’ensanglanter Paris risque de nous faire oublier qu’il a des antécédents dans l’histoire du monde. Au départ, il y a des sociétés profondément injustes et inégalitaires, dans leurs structures internes ou dans leur expansion coloniale. Des femmes et des hommes ne l’acceptent pas et entrent en résistance en s’appuyant sur des idéologies religieuses ou séculières, lesquelles donnent à leurs luttes un sens et une perspective. La plupart mènent ces batailles en respectant les principes moraux et les droits humains universels mais, souvent, des courants s’en détachent au nom d’une interprétation millénariste de leur idéologie et emprutent des voies criminelles.

Cet enchaînement ne vous rappelle rien ? Le mouvement socialiste a traversé toutes ces étapes, depuis la naissance de syndicats et de partis ouvriers de masse jusqu’à l’instauration de régimes « communistes » autoritaires. Attardons-nous un instant sur une séquence de ce processus. Dans les années 1970 et 1980, plusieurs pays d’Europe occidentale ont vu l’émergence de petits groupes « terroristes » recourant à « l’action directe », en ce compris des assassinats ciblés : la Fraction armée rouge (la « bande à Baader ») en Allemagne, les Brigades rouges et Prima Linea en Italie, mais aussi les Grapo en Espagne, Action directe en France, les Cellules communistes combattantes en Belgique [1]. Ces groupes avaient de nombreuses références communes avec les partis de gauche légalistes dans les pays où ils ont émergé. Tous avaient lu Marx mais n’en faisaient pas la même lecture. Ce qui s’est passé avec le Manifeste hier se reproduit désormais avec le Coran.

Ce parallélisme peut nous aider à prendre attitude aujourd’hui. Car si les Européens ont beaucoup de mal à comprendre le Coran qui relève d’un autre univers culturel, ils sont probablement plus à l’aise avec les textes fondateurs du socialisme. Pendant longtemps, ceux-ci ont été fétichisés comme des textes religieux, avec leurs prescrits et leurs versets, leurs orthodoxes et leurs révisionnistes à dénoncer, voire à abattre. D’où la question qui fut alors posée : le terrorisme des « communistes combattants » – ou celui des régimes dits communistes, du Cambodge à la Corée du Nord – est-il une perversion du socialisme ou est-il son aboutissement logique ?

L’histoire a tranché : cette question n’a aucun sens. Aucun texte, même d’essence divine, n’existe « en soi », indépendamment de la lecture qu’en font des êtres humains de chair et de sang. Des femmes et des hommes empreints de sagesse peuvent parfaitement avoir des références culturelles, un vocabulaire et des symboles en commun avec des détraqués pathologiques sans partager d’aucune manière leur vision du monde. C’est la même Bible qui a inspiré l’inquisition au XVe siècle et la théologie de la libération au XXe. Même si ceux qui s’en réclament n’en ont pas forcément conscience, le socialisme comme l’islam sont des langues à travers lesquelles de multiples projets, même radicalement opposés, peuvent se dire. Aujourd’hui, on ne perd plus son temps à se demander qui, de François Hollande ou d’Alexis Tsipras, est le vrai socialiste : on analyse ce qu’ils proposent, et au diable les étiquettes.

À l’heure où les musulmans d’Europe se préparent une nouvelle fois à devoir se justifier pour ce qu’ils n’ont pas fait [2] il est grand temps d’acter que tous ceux qui lisent le Coran n’y lisent pas la même chose. Ceux qu’on nomme « djihadistes » sont à l’islam ce que les Brigades rouges, les assassins « marxistes-léninistes » du Sentier lumineux péruvien ou les Khmers rouges génocidaires – et pourtant formés à Paris – étaient à la gauche démocratique. Ceux-là avaient rompu le cordon ombilical qui les rattachait à la grande tradition du socialisme de masse. Leur dérive sectaire les avait rendus insensible aux aspirations de celles et ceux dont ils s’étaient autoproclamés les porte-paroles. Au moment où il ne fait décidément pas bon de s’appeler Mohamed ou Fatima, de porter une barbe ou un foulard, est-il si difficile d’admettre que les musulmans d’aujourd’hui ne sont pas plus responsables des assassins qui parlent la langue de l’islam que les syndicalistes de naguère ne l’étaient d’autres assassins qui parlaient la langue du socialisme ?

•••

* Autocritique et making off de ce billet

15.11.2015

Ce titre est injuste ! Pour coller au plus près de mon propos, j’aurais plutôt dû titrer "Les Khmers rouges de l’islam". Beaucoup de mes correspondant-e-s ont durement critiqué (en postant un commentaire ou par un canal plus direct) la comparaison que je semblais faire entre, d’une part, la Fraction Armée Rouge allemande ou les Brigades rouges italiennes, d’autre part les exécuteurs de la boucherie parisienne.

Mon propos n’était pas celui-là : je voulais montrer qu’une idéologie respectable pouvait enfanter des pratiques détestables en conservant toutes ses références. Le Manifeste de Marx et Engels, la Bible ou le Coran ont pu inspirer les plus nobles engagements et les crimes les plus abjects. Dans certain cas (les dérives du marxisme), on fait aisément le tri, dans d’autres (les dérives de l’islam), on amalgame.

Ce parallèle n’a pas fonctionné et je me suis fait sonner les cloches pour la raison principale suivante : même s’il y a eu des victimes collatérales, les attentats commis par les "communistes combattants" étaient toujours ciblés, alors que Paris vient de connaître un carnage aveugle. Cette différence aurait dû me dispenser de recourir à ce procédé.

Pour comprendre cette erreur d’appréciation, voici le making off ce billet. Dans une première version, il avait été écrit après les attentats de janvier. Ces attentats avaient eu des objectifs ciblés, ce qui m’avait suggéré le parallèle dans les modes d’action. Pour je ne sais plus quelle raison, je ne l’avais pas alors publié, ce qui m’a permis de le recycler cette fois-ci, avec de menues rectifications.

Mais j’ai été trop vite, histoire d’être rapidement sur la balle. Désolé et merci pour ceux-celles qui ne m’ont pas ménagé et pour nos échanges. Je laisse en l’état le titre et le passage contestés, pour conserver la trace de cette discussion, que seul Internet aura pu rendre possible.

•••

[1] Précisons que les groupes cités n’ont jamais commis des actes d’une échelle comparable au 11 septembre 2001, ni même aux attentats de Casablanca en 2003, de Madrid en 2004, de Londres en 2005 ou de Paris. La nature des cibles est aussi différente. Mais c’est surtout la dérive idéologique que je voulais pointer. La comparaison que je risque pour des raisons pédagogiques a, comme toute comparaison, ses limites.

[2] En comparaison avec les heures qui ont suivi les attentats de janvier, on sent une grande attention des commentateurs à ne pas amalgamer l’ensemble des musulmans aux assassins. Ce qui n’empêche pas que des propos fielleux commencent à se répandre. Ainsi, dans l’émission spéciale de "Face à l’info" (RTBF, 14/11) – à partir de 2979 –, le chercheur de l’ULB Samir Amghar, interrogé sur la radicalisation des musulmans à Bruxelles, déclare de manière alambiquée que si cette radicalisation est difficile à quantifier, on peut néanmoins affirmer qu’une « grande partie » des musulmans bruxellois ne se reconnaissent pas dans les valeurs de la démocratie, tout en restant très respectueux de l’autorité. C’est ce propos, pas du tout étayé, qui m’a poussé à publier ce billet.

imprimer
envoyer
17583
17584
17586
17587
17588
17589
17593
17594
17596
17601
17602
17605
17606
17612
17614
17615
17616
17619
17624
17625
17627
17585
17590
17591
17608
17613
17592
17595
17598
17599
17607
17603
17604
17620
17609
17611
17618
17610
17617
17622
17623
17626
commenter (42)
  • Les Brigades rouges de l’islam* Posté par Bernard De Backer, le 23 novembre 2015
    Je suis un peu surpris en relisant ce texte : "Ceux qu’on nomme "djihadistes" sont à l’islam ce que les Brigades rouges, les assassins "marxistes-léninistes" du Sentier lumineux (...)
    Lire la suite
  • Les Brigades rouges de l’islam* Posté par David Leclercq, le 18 novembre 2015
    Ou pour rester au temps présent : "Les "djihadistes" sont à l’islam ce que le baath syrien est à la gauche démocratique."
    Lire la suite
  • Khmers rouges génocidaires Posté par Anonyme, le 18 novembre 2015
    Je suis un peu surpris qu’Henri Goldman utilise le terme "génocidaire" pour qualifier les Khmers rouges, ceci étant encore plus mis en évidence dans la version publiée par la (...)
    Lire la suite
    • Khmers rouges génocidaires Posté par Henri Goldman, le 18 novembre 2015
  • Ce n’est pas très nouveau Posté par Bernard De Backer, le 16 novembre 2015
    La comparaison que vient de faire Henri Goldman n’est pas très nouvelle, même si elle est pertinente et ne nécessite pas un astérisque. Les attentats de Paris sont en effet bien (...)
    Lire la suite
  • Les Brigades rouges de l’islam* Posté par Omar Bergallou, le 16 novembre 2015
    Mon dieu Henri, qu’as-tu osé faire ! Un parallèle entre les pratiques de daesh et nos anciennes utopies représentées par des groupuscules de groupe armés qui eux, contrairement (...)
    Lire la suite
  • Les Brigades rouges de l’islam* Posté par Michel T, le 16 novembre 2015
    Ça fait quand même froid dans le dos de lire ici, dans certains commentaires, que les crimes de l’extrême-gauche seraient moins graves parce qu’ils visaient des victimes ciblées et (...)
    Lire la suite
    • Les Brigades rouges de l’islam* Posté par Henri Goldman, le 16 novembre 2015
  • Les Brigades rouges de l’islam* Posté par JF Bastin, le 15 novembre 2015
    C’est bien de rectifier et préciser, Henri, il est vrai que ton blog colle mieux aux attentats de janvier qu’à ceux-ci. Mais ton propos a le mérite d’affronter, encore, la question (...)
    Lire la suite
  • Les Brigades rouges de l’islam* Posté par francesquaw, le 15 novembre 2015
    Ce qui est précieux, c’est que le débat soit possible, sans virer à l’insulte comme c’est souvent le cas sur Facebook. Car le débat sur ton blog pousse chacun à aller plus loin dans (...)
    Lire la suite
  • Les Brigades rouges de l’islam Posté par robert, le 15 novembre 2015
    Je suis consterné que tu puisses comparer les Brigades rouges italiennes et les attentats actuels de Daech. Les attentats des Brigade rouges ont toujours visé des cibles "non (...)
    Lire la suite
    • Les Brigades rouges de l’islam Posté par Henri Goldman, le 15 novembre 2015
    • Les Brigades rouges de l’islam Posté par Anonyme, le 15 novembre 2015
    • Les Brigades rouges de l’islam Posté par THEO LINDER, le 16 novembre 2015
  • Les Brigades rouges de l’islam Posté par leo tubbax, le 15 novembre 2015
    Je ne vais pas répondre à la provocation de comparer le terrorisme rouge à Daesh. Tout le monde comprend qu’il s’agit d’un terrorisme noir. Le danger qui se pointe est de considérer (...)
    Lire la suite
  • Les Brigades rouges de l’islam Posté par Jean-Louis Fauchet, le 15 novembre 2015
    Je suis quelque peu étonné que personne, à ma connaissance, n’ait eu l’idée de comparer le terrorisme islamique avec les bombardements de terreur (et avoués comme tels !) (...)
    Lire la suite
    • Les Brigades rouges de l’islam Posté par Henri Goldman, le 15 novembre 2015
  • Les Brigades rouges de l’islam Posté par Daniel Peymans, le 15 novembre 2015
    En réalité,derrière la juste dénonciation des interprétations dogmatiques et de certaines pratiques qui en découlent, ce texte stigmatise la violence révolutionnaire comme réponse (...)
    Lire la suite
    • Les Brigades rouges de l’islam Posté par Henri Goldman, le 15 novembre 2015
      • Les Brigades rouges de l’islam Posté par THEO LINDER, le 17 novembre 2015
        • Les Brigades rouges de l’islam Posté par Henri Goldman, le 17 novembre 2015
          • Les Brigades rouges de l’islam Posté par THEO LINDER, le 17 novembre 2015
  • Les Brigades rouges de l’islam Posté par Fabienne Brion, le 15 novembre 2015
    Cher Henri, A propos de l’analyse de S. Amghar : le problème n’est pas qu’une « ‘grande partie’ des musulmans bruxellois ne ’se’ reconnaissent pas dans nos valeurs démocratiques », (...)
    Lire la suite
    • Les Brigades rouges de l’islam Posté par Henri Goldman, le 15 novembre 2015
      • Les Brigades rouges de l’islam Posté par Fabienne Brion, le 15 novembre 2015
  • Les Brigades rouges de l’islam Posté par Raymond Saublains, le 15 novembre 2015
    Bravo Henri, C’est clair ! Par ces temps on entend rabâcher "Nos Valeurs" "Notre Démocratie".Ces mots utilisés par les gens du pouvoir ne doivent pas avoir le même sens pour (...)
    Lire la suite
  • brigades noires Posté par Francesquaw, le 15 novembre 2015
    J’ai beaucoup d’intérêt pour tes analyses, mais là, les yeux m’en tombent. Il existe suffisamment de livres, articles sur ce qui anime les terroristes islamistes pour savoir qu’il (...)
    Lire la suite
    • brigades noires Posté par Henri Goldman, le 15 novembre 2015
  • Les Brigades rouges de l’islam Posté par Franco Carminati, le 15 novembre 2015
    Merci pour cette contribution qui a déjà le grand mérite de prendre de la distance par rapport à la logghorée dominante, à peine supportable. Je voudrais cependant réagir à la (...)
    Lire la suite
    • Les Brigades rouges de l’islam Posté par Henri Goldman, le 15 novembre 2015
  • Les Brigades rouges de l’islam Posté par jean Vogel, le 15 novembre 2015
    Tu oublies de mentionner qu’il ne faut considérer le nazisme que comme une "dérive idéologique" du mouvement de libération nationale allemand et la secte Aum Shinrikyō comme une (...)
    Lire la suite
  • Les Brigades rouges de l’islam Posté par Stany Grudzielski, le 15 novembre 2015
    A mon avis il serait plus pertinent de faire un parallèle avec le terrorisme d’extrême droite (gare de Bologne) qu’avec celui d’extrême gauche qui ciblait des représentants précis (...)
    Lire la suite
    • Les Brigades rouges de l’islam Posté par Henri Goldman, le 15 novembre 2015
    • Les Brigades rouges de l’islam Posté par Pierre M. Boriliens, le 15 novembre 2015
      • Les Brigades rouges de l’islam Posté par Henri Goldman, le 15 novembre 2015
    • Les Brigades rouges de l’islam Posté par Didier Brissa, le 15 novembre 2015
  • Les Brigades rouges de l’islam Posté par Michel Staszewski, le 15 novembre 2015
    Bravo Henri. Cette mise au point historique me paraît tout à fait salutaire. Juste une remarque : dans le deuxième § j’aurais mis des guillemets au mot "communistes", dans (...)
    Lire la suite
  • Les Brigades rouges de l’islam Posté par Omar Bergallou, le 15 novembre 2015
    Certes, comparaison n’est pas nécessairement raison, sauf à faire preuve de pédagogie. Ta démonstration sur les dévoiements des "écritures" est bien inspirée, surtout en ces (...)
    Lire la suite
  • Les Brigades rouges de l’islam Posté par Didier Brissa, le 15 novembre 2015
    Cher Henri, là où ta comparaison n’a vraiment aucun sens, c’est que les groupes que tu mentionnes par rapport au "terrorisme" européen ciblaient soit des institutions étatiques, (...)
    Lire la suite
    • Les Brigades rouges de l’islam Posté par Henri Goldman, le 15 novembre 2015

Avertissement

Les commentaires sont modérés a priori. Les intervenants sont priés de communiquer leur véritable identité : on débat ici à visière découverte. Bien que la polémique, même dure, soit admise et même encouragée, l’administrateur du site ne validera pas les messages dans trois cas de figure :

1. En cas de défaut manifeste de courtoisie et de recours à l’injure en lieu et place d’argument.

2. Quand le message sort trop manifestement du cadre du sujet traité.

3. Quand l’intervenant intervient de façon répétitive en utilisant ce blog comme une tribune et non comme un lieu d’échange.


Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?