Accueil du site >Blog  >Le blog d’Henri Goldman  >Libye : jusqu’ici, tout va bien…
18.03.2011

Libye : jusqu’ici, tout va bien…

imprimer
envoyer
13315
13316
13317
13318
13321
13322
13324
13328
13319
13320
13323
13326
13329
13325
13327
13330
13332
13334
commenter (18)

Vendredi, 19h48. Jusqu’ici, tout va bien. La nuit dernière, le Conseil de sécurité de l’ONU a voté l’intervention. Kadhafi… se rallie à la résolution. Ses troupes se sont arrêtées devant Benghazi et il propose une trève. Le calme avant la tempête ? On retient son souffle. Mais jusqu’ici, tout va bien… Je me dis que le pire n’est jamais sûr.

Car depuis que le compte à rebours a commencé, une alternative infernale se dessine. Soit on accepte le massacre des opposants, soit on accepte que l’Europe et les États-Unis fassent la police humanitaire. Et il faut décider vite, car chaque minute compte. Autour de moi, les camps se clivent. Les partisans de l’intervention estiment tout questionnement indécent devant l’urgence de sauver des vies de la folie meurtrière d’un fou. Les adversaires de l’intervention pensent, au regard de l’expérience historique, que les morts sauvés à Benghazi se paieront d’un nombre bien supérieur de morts dans l’enlisement guerrier où les puissances intervenantes se verront inexorablement entraînées. On s’envoie des parallèles historiques à la tête, l’Espagne de 1936 et la Bosnie, le Kosovo et l’Irak. Le paroxysme émotionnel est à son comble et rend sourd, pour un temps, à l’échange d’arguments qui ne sont de toute façon pas à la hauteur de l’urgence.

Vendredi, 19h48. Le sort en est jeté et tout ce que nous dirons n’y changera plus rien. Pendant ces journées de tergiversation, je me suis mis à l’écoute de mes amis arabes, ceux d’ici et ceux du Maroc. Car c’est chez eux que le dilemme est le plus déchirant. Sans hésitation, ils rêvent de se débarrasser de Kadhafi, non pas spécialement parce que ce serait un fou dangereux  [1], mais parce qu’il leur fait honte, étant devenu ces dernières années l’exécutant des basses œuvres des puissances européennes et des États-Unis qui du coup fermaient les yeux devant son népotisme dictatorial. Aujourd’hui, sentant le vent tourner, ces puissances se résolvent à le congédier pour préserver l’essentiel. Cela ne les rend pas pour autant plus sympathiques devant l’opinion arabe. La Grande-Bretagne et les États-Unis, fers de lance avec la France du vote onusien, ne sont toujours pas lavés devant cette opinion du fiasco irakien. Et, en général, comment faire confiance à des États qui mobilisent le droit international quand ça leur chante ? Les peuples arabes n’oublient pas que, depuis des décennies, le principal déni au droit international est l’œuvre de l’État d’Israël qui occupe la terre palestinienne, la colonise et y procède au nettoyage ethnique, avec en point d’orgue l’opération Plomb durci sur Gaza (2008-2009, 1400 morts). Cela n’a pourtant jamais mis en péril la place d’Israël dans le concert des nations civilisées, comme si Sharon et ses successeurs ne dépassaient pas largement Kadhafi au hit parade des criminels de guerre. Et c’est à ces États, flanqués des grandes démocraties que sont les EAU (Émirats arabes unis) et le Qatar comme caution locale, qu’il faudrait confier la survie des révoltés de Benghazi et la supervision d’une transition démocratique ? Quelle humiliation.

Il n’y a pas de bonne solution. Mes amis me disent : pour sauver l’espoir d’un avenir possible, on ne fera pas la fine bouche. Qu’ils lâchent donc leurs bombes pour mettre les forces de Kadhafi hors d’état de nuire et puis qu’ils se tirent. Et surtout que pas un seul militaire européen ou américain ne mette un pied sur le sol de l’Afrique. Quand les protagonistes libyens se retrouveront à armes égales, ils règleront leurs affaires tous seuls.

Dans cette affaire, l’Europe a beaucoup à se faire pardonner. Au lieu d’osciller en permanence entre la défense cynique de ses intérêts commerciaux et stratégiques et un prurit d’interventionnisme humanitaire à la carte, qu’elle commence par introduire un minimum d’éthique et de cohérence dans la conduite de ses relations économiques et diplomatiques. Qu’elle soutienne politiquement les oppositions démocratiques. Ce serait déjà beaucoup et ça préviendrait pas mal de drames.

Vendredi, 19h48. Le pire n’est jamais sûr. Je rêve ?

•••

[1] Croit-on qu’un fou aurait pu diriger un État pendant plus de quarante ans et lui assurer au fil de ces années une prospérité relative sur base de la rente pétrolière ? Kadhafi est un autocrate excentrique ni pire ni meilleur que la vingtaine de satrapes post-coloniaux qui règnent encore sur leur peuple comme sur leur propriété personnelle, le plus souvent avec la bénédiction du « monde libre ».

imprimer
envoyer
13315
13316
13317
13318
13321
13322
13324
13328
13319
13320
13323
13326
13329
13325
13327
13330
13332
13334
commenter (18)
  • Humanitaire Posté par Luc Delval, le 20 mars 2011
    A propos des intenses préoccupations humanitaires supposées dicter la conduite des gouvernements occidentaux (et de quelques autres qui leur fournissent avec complaisance un (...)
    Lire la suite
  • Libye : jusqu’ici, tout va bien… Posté par Laurent Szyster, le 20 mars 2011
    Personnellement j’aurais voulu voir l’Union Européenne prendre prétexte de la libération des infirmières bulgare et du médecin palestinien pour faire la peau à Kadhafi il y a bien (...)
    Lire la suite
    • Faire la peau de Kadhafi… Posté par Henri Goldman, le 20 mars 2011
      • Faire la peau de Kadhafi… Posté par Laurent Szyster, le 20 mars 2011
  • Libye : jusqu’ici, tout va bien… Posté par Antoinette Brouyaux, le 19 mars 2011
    Je salue "l’échange d’arguments qui ne sont de toute façon pas à la hauteur de l’urgence" parce que devant de tels enjeux, de tels dilemnes, à part l’humilité, rien ne me semble (...)
    Lire la suite
  • Avis minuscule Posté par Cedric Tolley, le 19 mars 2011
    “ECOLO avait relayé les appels en faveur d’une intervention militaire ciblée, balisée, efficace, limitée dans le temps et négociée avec la nouvelle République libyenne, ainsi qu’une (...)
    Lire la suite
    • Avis minuscule Posté par alec de Vries, le 20 mars 2011
      • Avis minuscule Posté par Cedric Tolley, le 20 mars 2011
  • Humanitaire Posté par Luc Delval, le 18 mars 2011
    Humanitaire. Quelle blague ! Humanitaire. Mieux entendre ça que d’être sourd. D’ailleurs, il suffit de voir à quel point les préoccupations "humanitaires" taraudent les consciences (...)
    Lire la suite
    • Humanitaire Posté par Pierre Verhas, le 19 mars 2011
      • Humanitaire Posté par Luc Delval, le 20 mars 2011
        • Humanitaire Posté par Pierre Verhas, le 20 mars 2011
          • Humanitaire Posté par Luc Delval, le 21 mars 2011
  • Libye : jusqu’ici, tout va bien… Posté par Pascal Fenaux, le 18 mars 2011
    Henri, Dès lors qu’on estime ne pas devoir rester les bras croisés, tout débat est légitime. C’est pour cela que je réagis à ton blog de ce 18 mars. Dans un pays laminé par 40 ans (...)
    Lire la suite
    • Libye : jusqu’ici, tout va bien… Posté par Henri Goldman, le 18 mars 2011
  • Exporter la démocratie Posté par Franco Carminati, le 18 mars 2011
    Et puis surtout arrêtons d’exporter la démocratie. Notre propre stock diminue d’année en année !
    Lire la suite
  • Conjuguer le verbe dégager... Posté par Pierre Verhas, le 18 mars 2011
    Intervention "occidentale". Franchement, je n’aime pas. Mais il n’y a pas d’autre solution. Et pourtant... La valse hésitation diplomatique sur les révoltes arabes qui ont (...)
    Lire la suite

Avertissement

Les commentaires sont modérés a priori. Les intervenants sont priés de communiquer leur véritable identité : on débat ici à visière découverte. Bien que la polémique, même dure, soit admise et même encouragée, l’administrateur du site ne validera pas les messages dans trois cas de figure :

1. En cas de défaut manifeste de courtoisie et de recours à l’injure en lieu et place d’argument.

2. Quand le message sort trop manifestement du cadre du sujet traité.

3. Quand l’intervenant intervient de façon répétitive en utilisant ce blog comme une tribune et non comme un lieu d’échange.


Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?