Accueil du site >Blog  >Le coup de griffe de Carabosse  >Radio, proxo, plein le do(do)
16.06.2013

Radio, proxo, plein le do(do)

imprimer
envoyer
commenter

C’est une fille, on l’appelait Gros anus.

Hahahaha, mais qu’est-ce que vous êtes drôle...

Attends, une autre.... C’est une femme, connue, hein, son époux l’a fait se déshabiller dans le jardin... vous savez comment il a fait ? Ben, il lui a dit, tu te déshabilles ou je ne nourris pas ton gosse...

Waf waf waf, c’est trop marrant !

... et c’est pas tout, après elle s’est fait sodomiser, qu’elle pouvait plus s’asseoir pendant trois jours...

Oh non, arrête, tu vas nous faire mourir... Bon, on arrive à la fin... On s’est bien amusés, hein, les gars... ?

Voilà, vous croyez peut-être que c’est là une scène prise sur le vif dans une cour de récré entre ados complexés ou lors d’une soirée un peu trop arrosée entre vieux copains ? Ben non. Ce sont quelques extraits de ce qu’on a pu entendre le lundi 10 juin entre 16 et 17h sur la Première de la RTBF, la radio de service public de la Communauté française de Belgique. Ou faut-il dire : de sévice public ?

C’était dans l’émission « On n’est pas rentré », qui avait invité Dominique Alderweireld, plus connu sous le surnom de « Dodo la Saumure », proxénète revendiqué. Aux protestations de quelques râleuses, probablement féministes sinon pire, l’animateur, Olivier Monssens répond : «  Chère Irène – ou Maïté, ou Ariane, ou Valérie - Dodo la Saumure est un personnage de l’actualité invité pour un livre paru chez un éditeur “sérieux” et qui parle essentiellement de sa vie passée dans le “milieu”. Il ne s’est évidemment en rien agi de prosélytisme ou de légitimation de quoi que ce soit. Et la prostitution, vaste débat dont ne se dégage aucune vérité (...) ne relève, telle que la pratique Dodo, nullement de la traite insupportable de filles de l’Est ou du Sud telle qu’on peut la voir par ailleurs. C’est un souteneur “à l’ancienne” dont je ne cautionne en rien les activités, qui a payé pour ses méfaits passés, et qui venait parler de sa vie. Avec humour et (auto)dérision, rien de plus ». Et l’animateur ajoute même : «  Je vais vous faire une confidence : je suis féministe ». Confidence, c’est le mot : dans "confidence" il y a une idée de secret, et il est certain qu’après cette émission, le « féminisme » d’Olivier Monssens sera plus secret que jamais !

Lire la suite ici

imprimer
envoyer
commenter

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?