Accueil du site >Blog  >Le blog d’Henri Goldman  >"Sous la pression de l’opinion"
2.04.2010

"Sous la pression de l’opinion"

imprimer
envoyer
12937
12938
12939
12940
12941
12942
12960
12943
12944
12947
12953
12949
12952
12950
12951
12957
12959
12954
12955
12958
12956
commenter (21)

C’était annoncé (voir sur ce blog), et ils l’ont fait : le 31 mars, à l’unanimité, la commission de l’Intérieur de la Chambre a voté l’interdiction du voile intégral en rue. On a bien entendu que certains avaient des états d’âme. Mais personne n’aurait pu assumer le soupçon d’avoir des faiblesses vis-à-vis de la « burqa ». Toute réserve eut été « inaudible ». Et plutôt que d’être inaudible, mieux vaut être franchement sourd.

1. La veille, à la requête du Premier ministre François Fillon, le Conseil d’État français a rendu son avis qui indique sans la moindre ambiguité « qu’une interdiction générale et absolue du port du voile intégral en tant que tel ne pourrait trouver aucun fondement juridique incontestable. ». Mais les parlementaires belges préfèrent l’ignorer [1].

2. À l’occasion du 8 mars, journée internationale des femmes, Thomas Hammarberg, Commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe, avait publié un avis circonstancié qui affirme notamment que « les partisans de l’interdiction générale de la burqa et du niqab n’ont pas réussi à démontrer que ces vêtements portaient atteinte d’une manière ou d’une autre à la démocratie et à la sécurité, à l’ordre ou à la morale publics. » (Lire le texte complet sur le site du Conseil de l’Europe.) Mais aux parlementaires belges, ça ne fait ni chaud ni froid.

3. De hautes autorités morales appartenant historiquement à la laïcité sont aussi montées au créneau. Lisez le point de vue remarquablement argumenté de la Ligue (française) des droits de l’Homme ou celui de la Ligue de l’enseignement dont le président affirmait devant la mission parlementaire française : « Comment lutter contre cette coutume qui relève plus d’une dérive sectaire que de l’affirmation d’une identité religieuse ? La solution ne se trouve pas dans une loi spécifique qui serait une loi d’exorcisme inutile, inefficace, voire impossible à appliquer. Les textes existants, garantissant l’ordre public, imposant le fait d’être identifiable sur les photos de cartes d’identité, de passeport, dans les lieux tels que les aéroports, pour récupérer ses enfants à l’école… sont nécessaires et doivent être appliqués. » Mais pourquoi les parlementaires belges devraient-ils s’intéresser à ce que disent des Français ? La « laïcité à la française », oui, mais seulement quand ça nous arrange [2].

D’où la question : pourquoi tant de hâte à faire voter un texte qui – j’en prends le pari avec qui veut – sera cassé ? Certains parlementaires l’ont avoué (Le Soir, 1er avril 2010) : ils ont agi « sous la pression de l’opinion ».

Si c’était vrai, ce ne serait pas glorieux. Les politiques doivent pouvoir résister aux pulsions irrationnelles qui émanent de la rue. Mais, en plus, c’est faux. L’« opinion » s’en tape, de la « burqa ». Je trouve même qu’elle reste remarquablement zen alors qu’une certaine laïcité qui a complètement perdu le sens des priorités s’est lancée dans une croisade monomaniaque. Tout est mis en œuvre pour conditionner l’« opinion » dont on feint par la suite de relayer les inquiétudes. Et comme pour BHV, la machine finit par tourner toute seule. On reste abasourdi face à un tel délire qui finit par contaminer les plus modérés.

Les plus anciens se souviennent de l’hystérie anticommuniste des années de guerre froide. Au même titre que l’Iran d’Ahmadinejad aujourd’hui, l’URSS de Staline était un malheur pour son propre peuple et un repoussoir commode pour les autres. Les communistes d’ici, réels ou supposés, rouge vif ou juste un peu roses, devaient raser les murs, se défendre des accusations les plus délirantes ou abjurer. Ça ne vous évoque rien ?

•••

Post-scriptum (3/2/2010). J’avais omis de signaler qu’une proposition de circulaire impeccablement rédigée a été proposée en temps utiles par le collectif « neutralite.be » sur le même sujet. La preuve qu’on peut, même dans des délais courts, fournir un travail juridique correct sans cochonner sa copie.

•••

[1] Contrairement au PS français qui s’oppose désormais à une loi de circonstance.

[2] Voir, par exemple, le débat entre Eric Raoult et Tariq Ramadan où le rapporteur UMP de la mission parlementaire renonce à défendre un loi générale d’interdiction.

imprimer
envoyer
12937
12938
12939
12940
12941
12942
12960
12943
12944
12947
12953
12949
12952
12950
12951
12957
12959
12954
12955
12958
12956
commenter (21)
  • Au Québec aussi... Posté par Irène Kaufer, le 4 avril 2010
    Pour info, même débat au Québec actuellement : l’avis d’une avocate publié par le quotidien le devoir : http://www.ledevoir.com/politique/q... Tout en étant aussi peu convaincue de (...)
    Lire la suite
  • "Sous la pression de l’opinion" Posté par Nathalie Patris, le 3 avril 2010
    Hier, j’ai assisté à une conférence très intéressante par le Centre pour l’Egalité des chances. Nous en avons évidemment parlé mais plutôt en fin de soirée. Ils sont évidemment très (...)
    Lire la suite
    • "Sous la pression de l’opinion" Posté par Marcel LEURIN, le 5 avril 2010
      • "Sous la pression de l’opinion" Posté par nadia geerts, le 5 avril 2010
        • "Sous la pression de l’opinion" Posté par Michel Donceel, le 6 avril 2010
          • "Sous la pression de l’opinion" Posté par nadia geerts, le 6 avril 2010
            • "Sous la pression de l’opinion" Posté par Michel Donceel, le 6 avril 2010
              • "Sous la pression de l’opinion" Posté par nadia geerts, le 6 avril 2010
                • "Sous la pression de l’opinion" Posté par Michel Donceel, le 7 avril 2010
          • "Sous la pression de l’opinion" Posté par Alec de Vries, le 6 avril 2010
            • "Sous la pression de l’opinion" Posté par Michel Donceel, le 7 avril 2010
        • "Sous la pression de l’opinion" Posté par Marcel LEURIN, le 6 avril 2010
          • Pourquoi faire appel au législateur ? Posté par Pierre Verhas, le 6 avril 2010
            • Pourquoi faire appel au législateur ? Posté par Marcel LEURIN, le 7 avril 2010
          • "Sous la pression de l’opinion" Posté par nadia geerts, le 6 avril 2010
            • Si je peux me permettre... Posté par Pierre Verhas, le 6 avril 2010
  • Sous la pression de quoi ? Posté par Pierre Verhas, le 2 avril 2010
    Cela fait plus de trente ans que je suis "observateur" de la vie parlementaire, d’abord professionnellement, ensuite par intérêt. Jamais je n’ai vu une proposition de loi - (...)
    Lire la suite
  • "Sous la pression de l’opinion" Posté par Nathalie Patris, le 2 avril 2010
    L’interdit en matière de religion ? Je doute de l’efficacité ! Meilleur exemple pour moi : la Russie ! Les communistes ont tout fait pour interdire la religion, ils ont abattu des (...)
    Lire la suite
  • "Sous la pression de l’opinion" Posté par Cedric Tolley, le 2 avril 2010
    Voilà qu’on commence à prendre des mesures légales à propos de la tenue vestimentaire des gens dans la rue... Remarque, à l’époque ou les hyppies voulaient pouvoir se balader à poil, (...)
    Lire la suite
  • “Sous la pression de l’opinion" Posté par Marc Jacquemain, le 2 avril 2010
    Avis o combien éclairé, mais aussi combien minoritaire. Avec un peu de recul, on ne peut que constater ironiquement la faculté que les politiques et les médias ont "d’inventer" (...)
    Lire la suite
    • “Sous la pression de l’opinion" Posté par Philippe Schwarzenberger, le 8 avril 2010

Avertissement

Les commentaires sont modérés a priori. Les intervenants sont priés de communiquer leur véritable identité : on débat ici à visière découverte. Bien que la polémique, même dure, soit admise et même encouragée, l’administrateur du site ne validera pas les messages dans trois cas de figure :

1. En cas de défaut manifeste de courtoisie et de recours à l’injure en lieu et place d’argument.

2. Quand le message sort trop manifestement du cadre du sujet traité.

3. Quand l’intervenant intervient de façon répétitive en utilisant ce blog comme une tribune et non comme un lieu d’échange.


Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?