Accueil du site >Blog  >Le blog d’Henri Goldman  >Sur J Call et l’« Appel à la raison »
5.05.2010

Sur J Call et l’« Appel à la raison »

imprimer
envoyer
12981
12983
12984
12986
12987
12994
13001
13005
13010
13020
12988
13002
12995
12996
12997
12999
13003
13004
13007
13006
13008
13011
13012
13014
commenter (24)

Ce mardi (3 mai 2010) a été présenté au Parlement européen l’« Appel à la raison » lancé par un nouveau rassemblement de Juifs européens pacifistes intitulé J Call, en écho au lobby américain J Street « pour Israël et pour la paix » créé récemment pour contrer l’Aipac, le puissant lobby des inconditionnels de la politique israélienne auquel, jusqu’à présent, les dirigeants étatsuniens n’ont jamais rien pu refuser.

Que penser de ce texte, qui avait déjà été publié en carte blanche dans Le Soir du 20 avril ? Faut-il le signer et appeler à le faire ? Avant de répondre, examinons-le sous différentes facettes.


1/ Le lancement de ce texte, promu de façon fort professionnelle, est un petit événement, puisqu’à travers lui, une fraction non négligeable de la population qui se revendique juive rompt collectivement l’interdit qui veut qu’un Juif de la diaspora n’a pas à se mêler des choix posés par les Israéliens ; il est tenu de les soutenir quels qu’ils soient, comme un bon petit soldat. Il n’est pas étonnant que les institutions représentatives officielles du judaïsme aient immédiatement pris leurs distances vis-à-vis de cet Appel : voir par exemple le Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB), le Forum des organisations juives d’Anvers, ensemble avec le Consistoire israélite (qui en principe ne doit pourtant s’occuper que du temporel du culte) ; et, en France, le Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) par la voix de son président Richard Prasquier. Un contre-appel a d’ailleurs été lancé, intitulé « Raison garder », initié par quelques prototypes particulièrement réactionnaires de l’intelligentsia française comme la démographe Michèle Tribalat [1], Schmuel Trigano ou, surprise ?, Pierre-André Taguieff dont la dérive est décidément pathétique. [2]

Quelle que soit l’analyse qu’il convient de faire du texte lui-même, il faut saluer la dynamique qu’il a initiée, même si, pour ma part, j’ai de sérieux doutes sur sa postérité. Qu’une fraction importante des Juifs d’Europe signifie à l’État d’Israël que le temps de l’inconditionnalité est terminé, ce n’est pas un fait anodin et il faut le mettre au crédit de cette initiative. Ce simple constat devrait suffire à modérer les ardeurs de ceux qui, parmi mes amis, ne digèrent pas le texte de l’Appel, avec quelques bonnes raisons d’ailleurs, et ont tenu à le faire savoir. (Voir leur carte blanche dans Le Soir, 4 mai 2010. Lire aussi la critique de Pierre Stambul sur le site de l’Union juive française pour la paix.) Malencontreusement, le titre choisi par les auteurs de la carte blanche (« Pourquoi nous ne signons pas… ») est exactement le même que celui du texte de Richard Prasquier (« Pourquoi je ne signerai pas… »). À vue de nez, la critique « de gauche » viendra contrebalancer celle « de droite » et conforter l’idée que l’« Appel à la raison » est bien la voix de la sagesse et du juste milieu. C’est pourquoi, à mes yeux, il n’était pas vraiment indispensable de se précipiter dans une réaction compulsive de dénonciation.


2/ Quelle est la fonction exacte de cet appel du point de vue de ses promoteurs ? Et qui sont-ils ? Dans le premier noyau des personnalités mises en avant, on trouve vraiment à boire et à manger. Ainsi, les inévitables intellectuels médiatiques Bernard-Henri Lévy et Alain Finkielkraut ont été les meilleurs avocats de l’État hébreu toutes les fois où celui-ci conduisait des entreprises criminelles, du Liban en 2006 à Gaza en 2008-2009. Je n’oublie pas non plus qu’Elie Barnavi, dont j’admire l’intelligence et la vaste culture, fut l’ambassadeur de Sharon à Paris et qu’il alimenta la cabale honteuse contre le journaliste Charles Enderlin. Enfin, j’ai du mal à suivre le Centre communautaire laïc juif, présenté comme l’initiateur de l’appel, qui venait à peine de sponsoriser l’élection du nouveau président du CCOJB, lequel affirmait vouloir réconcilier 95% de la communauté juive, alors que l’ « Appel à la raison » a pour effet immédiat de la diviser – ce qui est d’ailleurs une excellente chose, l’unanimisme obligatoire étant rarement un signe de bonne santé démocratique. (Voir sur mon blog à ce sujet.) [3]

Mais, dans l’autre sens, j’ai apprécié à la tribune du Parlement européen les propos de l’historien Zeev Sternhell, assumant une posture de gauche, voire (en réplique à Barnavi) « gauchiste », les gauchistes étant pour lui ceux qui ont eu raison avant les autres, ceux de Daniel Cohn-Bendit critiquant, après Sternhell, le concept d’État juif contraire à l’idéal démocratique, ceux d’Avi Primor, dont la maîtrise de la langue française est un vrai régal, affirmant ne pas craindre de déplaire à l’opinion israélienne et qui fit applaudir le nom de Simone Süsskind.

Celle-ci fut une signataire tardive de l’appel, à l’initiative duquel elle ne fut pas associée malgré ses « états de service ». Sans doute son positionnement est-il trop clair face à certains chèvrechoutistes retors qui cherchent surtout à travers l’appel à se dédouaner d’une assimilation gênante pour leur image de marque avec l’actuel gouvernement israélien. Celui-ci compte, rappelons-le tout de même, quelques personnalités d’extrême droite et d’autres religieuses fanatiques qui font mauvais effet dans un carnet d’adresses. Mais quand c’étaient des « laïques » de gauche ou de droite qui dirigeaient la politique de colonisation, certaines actuelles figures de proue de J Call n’étaient pas dérangées.

Lors de sa prise de parole – c’est lui qui concluait –, BHL (j’allais écrire BHV…), après s’être revendiqué du « rêve sioniste » vis-à-vis duquel Cohn-Bendit avait pris ses distances dans la minute d’avant, vanta la grande diversité des signataires. Sauf une, ajouta-t-il, qui venait juste d’apposer sa signature et dont il se serait bien passé. Mon petit doigt me dit qu’il s’agit d’Esther Benbassa, qui expliquait le jour même sur le site de Rue 89 pourquoi elle signait l’« Appel à la raison », malgré toutes ses réserves face à un texte dont elle estime « la frilosité manifeste », mais qui constitue « un petit pas en avant ».


4/ Même si je partage la plupart des critiques formulées sur le site de l’UJFP et dans Le Soir du 4 mai (et je n’y reviens donc pas), je suis sensible à la dynamique possible d’un tel appel. Les mobiles de ses promoteurs me semblent assez confus et largement contradictoires. Pour certains, il s’agit de défendre plus habilement face à l’opinion européenne les intérêts de la puissance israélienne dominante que son actuel gouvernement rend indéfendables par ses outrances. Ceux-là continueront à s’opposer comme ils l’ont toujours fait à toutes les tentatives de contraindre Israël à respecter le droit international (qu’il s’agisse de mesures de boycott même sélectif ou de pressions sur les autorités européennes pour que cet État cesse d’être considéré comme un partenaire privilégié quoi qu’il fasse). Pour d’autres, il s’agit de donner une légitimité juive à une véritable politique de pression sur Israël, ce qui est bien nécessaire pour libérer l’Europe de sa culpabilité. Je comprends ceux de mes amis qui ont signé l’Appel en espérant peser dans ce sens et je leur souhaite bon courage. Mais le souvenir de quelques initiatives passées, qui sont retombées comme un soufflé, me laisse peu d’espoir.


5/ Je les comprends, mais je ne les suivrai pas. Pour des raisons qu’on jugera peut-être futiles mais qui sont pour moi capitales, car elle définissent le « lieu d’où je parle ». Je pense être tout à fait à l’aise avec la composante juive de mon identité. Mais je ne peux me reconnaître dans la formule liminaire de l’Appel : « le lien à l’État d’Israël fait partie de notre identité. L’avenir et la sécurité de cet État auquel nous sommes indéfectiblement attachés nous préoccupent. » Et ma première motivation quand j’interviens à propos du conflit israélo-palestinien, ce n’est sûrement pas de « Sauver Israël » comme l’exprime Jean Daniel sur NouvelObs.com. Il y décrit cet appel comme « un cri d’alarme accompagné d’une déclaration d’amour et de fidélité ». Pour ce qui me concerne, ni amour ni fidélité (ni le contraire). Tout juif que je sois, je n’ai nul besoin d’Israël, en positif ou en négatif, pour exister, même si j’assure de ma sympathie ceux et celles qui veulent absolument « sauver Israël » de lui-même (et il y a du travail). Je reconnais ce lien affectif qui relie la plupart des Juifs de la diaspora à Israël (lien qui n’a pas grand chose à voir avec la « raison » invoquée par l’appel), de même que celui, plus récent, par lequel la jeunesse arabo-musulmane s’identifie à la cause palestinienne. Mais ce n’est définitivement pas mon truc.


[1] Qui est une des nouvelles références intellectuelles du Charles Martel belge autoproclamé dont je ne cite plus le nom.

[2] L’ont également signé, du côté belge, l’ancien président du CCOJB Lazard Perez, l’actuel secrétaire général du CCOJB Dan Levy (de l’Union des étudiants juifs), Monique Langbord-Faynsztein, conseillère communale MR à Forest et chroniqueuse à Contact J, et Marcel Zalc, coprésident de l’APR (Association pour la restitution).

[3] Quant à la présence à la tribune de Jacques Brotchi, sénateur (juif) du MR et soutien indéfectible de tous les gouvernements israéliens jusque dans leurs pires folies – et qui n’a pas signé l’appel –, elle en dit long sur la confusion stratégique de J Call, hésitant entre une ligne claire qui fatalement lui aliénera des soutiens et la volonté de ne se couper de personne dans les cercles du pouvoir. Quelques jours auparavant, le MR d’Ixelles, dirigé par la députée Viviane Teitelbaum, avait voté contre une motion demandant à la banque Dexia, dont les communes sont actionnaires, d’avoir un comportement plus éthique dans ses investissements à Jérusalem.

imprimer
envoyer
12981
12983
12984
12986
12987
12994
13001
13005
13010
13020
12988
13002
12995
12996
12997
12999
13003
13004
13007
13006
13008
13011
13012
13014
commenter (24)
  • Alors ! On se réveille ? Posté par Pierre Verhas, le 20 juin 2010
    Je trouve qu’il y a eu pas mal d’actualités à commenter depuis un mois. Certaines d’entre elles posent des questions fondamentales qui pourraient utilement alimenter le débat : la (...)
    Lire la suite
  • Sur J Call et l’« Appel à la raison » Posté par Farid LAKEL, le 10 juin 2010
    Juste en passant une actualité Belge qui me stupéfait mais je connais mal le cadre juridique du royaume. la police d’Uccle a prêté son appareillage d’amplification sonore, et un (...)
    Lire la suite
    • Aplatventrisme Posté par Henri Goldman, le 11 juin 2010
      • Aplatventrisme Posté par Farid LAKEL, le 11 juin 2010
        • Aplatventrisme Posté par Henri Goldman, le 11 juin 2010
  • Sur J Call et l’« Appel à la raison » Posté par Nathalie Patris, le 12 mai 2010
    Pour info, venant de la "Paix maintenant", la conférence de JCall à Bruxelles en entier http://monsieurjo.com/2010/05/11/co...
    Lire la suite
    • En différé Posté par Henri Goldman, le 13 mai 2010
      • En différé Posté par Nathalie Patris, le 14 mai 2010
  • Sur J Call et l’« Appel à la raison » Posté par Bob Sweijd, le 10 mai 2010
    Une réplique très intéressante, trouvé sur le net : Je vous parlerai de ce qui pourrait devenir un véritable cataclysme, au sein du peuple juif : l’appel à la raison organisé par (...)
    Lire la suite
    • Sur J Call et l’« Appel à la raison » Posté par Nathalie Patris, le 10 mai 2010
    • Sur J Call et l’« Appel à la raison » Posté par Pierre Verhas, le 12 mai 2010
    • De quel lieu parle-t-on ? Posté par Henri Goldman, le 13 mai 2010
  • Sur J Call et l’« Appel à la raison » Posté par Pierre Verhas, le 7 mai 2010
    Tout cela prouve qu’Israël est devenu un Etat "normal" qui s’inscrit dans ce qu’on appelle "le concert des nations". Cet appel, tout ambigü qu’il soit, demande en définitive à (...)
    Lire la suite
    • Sur J Call et l’« Appel à la raison » Posté par Bob Sweijd, le 10 mai 2010
      • Sur J Call et l’« Appel à la raison » Posté par Pierre Verhas, le 10 mai 2010
        • Sur J Call et l’« Appel à la raison » Posté par Bob Sweijd, le 10 mai 2010
          • STOP Posté par Henri Goldman, le 10 mai 2010
  • Bravo et chapeau bas Posté par Guy Leboutte, le 6 mai 2010
    Ceci n’est pas de la flagornerie... Bravo pour les arguments de raison, chapeau bas pour ceux du coeur.
    Lire la suite
  • Sur J Call et l’« Appel à la raison » Posté par Bob Sweijd, le 6 mai 2010
    Qu’on m’explique : que se passera-t-il si les Palestiniens veulent à tout prix que les réfugiés et leurs descendants retournent sur leur terre ancestrale et que le monde exige que (...)
    Lire la suite
    • Hypothèse vraiment farfelue Posté par Henri Goldman, le 6 mai 2010
      • Hypothèse vraiment farfelue Posté par Nathalie Patris, le 10 mai 2010
  • Sur J Call et l’« Appel à la raison » Posté par Michel Staszewski, le 5 mai 2010
    Juste une précision : je suis un des co-auteurs de la réaction à l’"Appel à la raison" paru dans Le Soir" du 4 mai. C’est la rédaction du Soir qui a choisi comme titre "Pourquoi nous (...)
    Lire la suite
  • Sur J Call et l’« Appel à la raison » Posté par Marc Jacquemain, le 5 mai 2010
    Comme Henri, je suis très sensible à la "rupture de consensus" inhabituel que ce texte induit. J’y suis d’autant plus sensible que, précisément, s’y associent des personnalités très (...)
    Lire la suite
  • Sur J Call et l’« Appel à la raison » Posté par Cedric Tolley, le 5 mai 2010
    Et bien, ce n’est pas une coutume mais presque, j’adhère à ton point de vue, cher Henri. Cet appel a des aspects bienvenus, mais il flaire des odeurs contradictoires... Il a (...)
    Lire la suite

Avertissement

Les commentaires sont modérés a priori. Les intervenants sont priés de communiquer leur véritable identité : on débat ici à visière découverte. Bien que la polémique, même dure, soit admise et même encouragée, l’administrateur du site ne validera pas les messages dans trois cas de figure :

1. En cas de défaut manifeste de courtoisie et de recours à l’injure en lieu et place d’argument.

2. Quand le message sort trop manifestement du cadre du sujet traité.

3. Quand l’intervenant intervient de façon répétitive en utilisant ce blog comme une tribune et non comme un lieu d’échange.


Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?