Mais qu’en aurait pensé Spartacus ?

Billets d’humeur et regards critiques sur l’actualité socio-économique : chômage, pauvreté, emploi, inégalités, domination, sécurité sociale, travail précaire, démocratie économique et sociale... Le tout sur fond d’impasse écologique et de crise démocratique. Par Luca Ciccia.


pub
27.08.2011

Tous virés !

imprimer
envoyer
13491
13492
13494
13496
commenter (4)

Guiseppe Di Verdé, dit Pépé, a été viré. Ce délégué syndical travaille pour Auto 5 depuis si longtemps que l’enseigne appartenait encore au groupe GIB… Il fait partie de ceux qui ont permis que les dernières aventures de GB ne tournent pas au carnage social. Il a aussi largement contribué à de nombreuses actions syndicales dans le secteur du commerce, sur le site de Waterloo. Pépé fait partie de ces militants qui ont su gagner le respect de leurs collègues, des militants du secteur du commerce et de leurs patrons, par leurs actions !

Si le combat que mène la CNE pour la réintégration de son militant venait à échouer, c’est nous tous qui serions perdants ! Car soutenir Pépé, c’est défendre un symbole. Soutenir Pépé, c’est défendre un délégué qui, par ses actions dans son entreprise, fait partie des ces centaines de militants qui construisent la Belgique sociale que nous connaissons.

Mon premier métier de syndicaliste consistait à développer la présence syndicale dans les maisons de repos. Dans la plupart des grosses entreprises le fait syndical est durablement ancré et, sinon accepté, toléré. Inversement, le fait même d’afficher son affiliation syndicale est synonyme de risque important pour le salarié de nombreuses pme, comme le sont les maisons de repos commerciales. Risque de pressions qui peuvent déboucher sur des tâches plus ingrates, des horaires plus flexibles (imaginez ce que peut être la vie d’une maman qui n’apprends que le dimanche qu’elle travaille le mercredi après-midi, le dimanche suivant qu’elle travaille le vendredi soit, etc.), des congés refusés, une carrière stoppée, et même le licenciement pur et simple. C’est illégal ! Oui, mais la loi est une chose, son application en est une autre…

Il n’est pas rare de devoir confirmer à de nombreuses femmes (comme souvent dans les secteurs précaires) qui, constatant avec leur syndicat leurs très mauvaises conditions de travail, préfèrent s’en retourner chez elles, sans entrevoir aucune action. Elles constatent être abusées par leurs patrons, mais savent risquer le licenciement.

Parfois, certains ont le courage d’affronter leurs peurs, pour eux-mêmes, pour leurs collègues. Une fois qu’ils ont passé le cap et se présentent au suffrage de leurs collègues au moment des élections sociales, la protection contre le licenciement est généralement suffisamment forte que pour éviter la pire des représailles, même si d’autres peuvent se produire…

La protection contre le licenciement est en réalité une protection financière. Si une entreprise veut se payer la tête d’un candidat, ou d’un élu, il lui suffira d’y mettre le prix. Pour ce qui concerne Pépé, il se trouve qu’il arrive en fin de mandat, sa protection est donc moins chère. Il est des drôles de coïncidences…

Défendre Pépé, c’est défendre des valeurs, celles de la démocratie. Comme disait Sangnier, on ne peut avoir la république dans la société tant que l’on a la monarchie dans l’entreprise. Réintégrer Pépé, c’est permettre les conditions de la démocratie sociale. Nous sommes dans une époque qui semble en avoir un besoin vital…

Pour soutenir Pépé, rendez-vous sur le site de la cne et, d’ici à sa réintégration, évitez les Auto 5…

imprimer
envoyer
13491
13492
13494
13496
commenter (4)
  • épilogue Posté par Luca Ciccia, le 7 septembre 2011
    au final, tous virés mais avec de l’argent, et sans la faute grave... voir ce lien
    Lire la suite
  • auto 5 : une étoile naine de la galaxie Mulliez Posté par Luca Ciccia, le 5 septembre 2011
    voyez ce lien qui dévoile le capitalisme familial français derrière auto 5
    Lire la suite
  • Tous virés ! Posté par Luca Ciccia, le 31 août 2011
    bonjour Irène ; en effet, je n’ai pas pris la peine d’aller dans le détail de l’accusation, j’aurais probablement du le faire. Merci de ta vigilance. La version donnée par la CNE (...)
    Lire la suite
  • Quid de l’accusation ? Posté par Irène Kaufer, le 29 août 2011
    Cher Luca, Tu sais que je partage tes analyses à la fois sur la nécessité d’une bonne délégation syndicale, et sur les difficultés liées à l’exercice de ce mandat. Mais ton texte me (...)
    Lire la suite

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?