27.01.2014

Un racisme sans races ?

imprimer
envoyer
16716
16717
commenter (2)

Le racisme existe, on ne le sait que trop. Mais il y a un paradoxe : peut-il exister un racisme sans races ? Car plus personne ne le conteste aujourd’hui : il n’y a pas de races humaines, ou plutôt il n’y en a qu’une. C’en est au point que le candidat François Hollande, manifestement obsédé par la political correctness, avait proposé de supprimer le mot “race” de l’article 1er de la constitution française : La France […] assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Comme si, en supprimant un mot, on résolvait un problème.

Alors, s’il ne vise pas des “races” puisqu’elles n’existent pas, quelle est la nature de ces groupes visés par le racisme contemporain, par l’antisémitisme, l’islamophobie, la négrophobie, la romaphobie… ? Les Juifs sont-ils visés comme religion ou comme “peuple” ? Les musulmans, adeptes d’une religion, peuvent-ils être concernés par le racisme, alors qu’il y des convertis “blancs” parmi eux ? On s’y perd.

Pour s’y retrouver, on doit renoncer à la conception essentialiste de la “race” qui a émergé dans un XIXe siècle pétri de scientisme. La “race” n’existe pas “en soi”. C’est la société qui l’invente à partir d’un trait physique ou culturel érigé en différence irréductible. Aux yeux des islamophobes, les musulmans constituent bien une “race” même si personne n’imagine que leur supposée infériorité trouve son origine dans leurs gênes. Ils sont, de fait “racisés”. [1]

Toutes les sociétés humaines sont structurées par une hiérarchie “raciale”. Dans la pyramide, certains groupes sont au-dessus, d’autres en-dessous, d’autres au milieu. À l’époque où les Juifs constituaient la seule minorité présente un peu partout en Europe, ils étaient définis par leur religion. Puis la biologie s’en est mêlée pour établir scientifiquement l’inégalité des “races”. Aujourd’hui, comme ce n’est plus tenable, on en revient à des justifications par la culture ou par la “civilisation”. Mais les mécanismes de domination persistent sous ce nouvel emballage.

Les antiracistes ont-ils bien pris la mesure de cette évolution ?

•••

[1] Voir aussi le concept de “races sociales” chez Sadri Khiari, une des figures de proue du Parti des Indigènes de la République.

imprimer
envoyer
16716
16717
commenter (2)
  • Un racisme sans races ? Posté par Patris Nathalie, le 27 janvier 2014
    Le terme "xénophobie" est plus exact...La peur de l’étranger, de l’autre, de celui qui n’est pas comme moi, qui ne pense pas comme moi est universelle ! Car celui-là il remet en (...)
    Lire la suite
  • Un racisme sans races ? Posté par Daniel Vanhove, le 27 janvier 2014
    Tout le monde (ou à peu près) sait aujourd’hui que les mots sont des outils qui ont cette particularité de pouvoir dire à peu près tout et son contraire... Cela étant, dans ces (...)
    Lire la suite

Avertissement

Les commentaires sont modérés a priori. Les intervenants sont priés de communiquer leur véritable identité : on débat ici à visière découverte. Bien que la polémique, même dure, soit admise et même encouragée, l’administrateur du site ne validera pas les messages dans trois cas de figure :

1. En cas de défaut manifeste de courtoisie et de recours à l’injure en lieu et place d’argument.

2. Quand le message sort trop manifestement du cadre du sujet traité.

3. Quand l’intervenant intervient de façon répétitive en utilisant ce blog comme une tribune et non comme un lieu d’échange.


Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?