Accueil du site >Blog  >Le coup de griffe de Carabosse  >Une épine pour Saint-Cavanna
31.01.2014

Une épine pour Saint-Cavanna

imprimer
envoyer
commenter

Au départ, je n’avais pas du tout l’intention d’écrire quoi que ce soit à propos de la mort de François Cavanna. Voilà un homme qui a bien vécu, fait le métier qu’il aimait, été adoré autant que vilipendé et qui, à 90 ans, « tire son irrévérence », comme le titrent joliment certains médias. Rien à ajouter.

Mais voilà, devant le torrent de fleurs qui s’abattent aujourd’hui sur lui, je n’en peux plus. Il aurait été iconoclaste, subversif, impertinent, provocateur (tous termes qui vous valent les pires ennuis de votre vivant, mais qui deviennent des compliments après votre mort) ,« l’anti faux cul » écrit le Monde, qui a invité sept de ses amis et collègues à lui rendre hommage. Sept hommes.

Eh oui. Nous y voilà. Cavanna était sans nul doute un écrivain de talent, un dynamiteur de bonnes manières et d’hypocrisies sociales, tous qualificatifs sympathiques à mes yeux. Mais il était aussi un macho de première classe, ce qui n’apparaît guère dans l’auréole à Saint-Françoise tissée par les médias et les réseaux sociaux. L’indulgence dont bénéficie le machisme a le don de m’horripiler. Jamais le racisme ne bénéficierait d’autant de bienveillance (et tant mieux !), du moins dans les milieux que je fréquente.

Lire la suite ici

imprimer
envoyer
commenter

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?