Accueil du site >Blog  >Le blog d’Henri Goldman  >Une maladie universelle : le « campisme »
6.09.2009

Une maladie universelle : le « campisme »

imprimer
envoyer
12647
12653
12648
12650
12649
12651
12652
12654
12656
12655
12657
12658
12659
12661
12663
commenter (15)

Ne cherchez pas dans le dictionnaire, c’est un barbarisme. Pour les plus nombreux, le « campisme » évoque le camping et le scoutisme. Pour d’autres dont je suis, il renvoie à cette idée que la société serait irréductiblement divisée en deux camps, un « bon » – le nôtre par pétition de principe – et un « mauvais ». Une lecture du monde particulièrement confortable. Pour apprécier tel ou tel comportement, tel ou tel événement, il suffira de répondre à la question : est-il « bon » pour notre camp ou sert-il en dernier ressort le camp adverse ? Adieu la complexité du monde. Les adeptes du « campisme » ont rarement de douloureux problèmes de conscience et ils s’endorment sans difficulté.

Les adeptes du campisme adorent la guerre. La ligne de front délimite clairement les camps en présence. Et les nuances et autres subtilités d’intellectuels n’ont plus lieu d’être sous les balles de l’ennemi. C’est l’heure des unions sacrées : que pèsent nos petites différences, nos ridicules conflits internes quand c’est la survie de tout le groupe qui est en jeu ?

Alors, quand la guerre, chaude ou froide, s’estompe, le fond de commerce des campistes disparaît. Pour eux, la chute du mur de Berlin il y a vingt ans fut une véritable catastrophe. Comment encore penser le monde quand l’ennemi s’est désintégré tout seul ? Cet ennemi tellement commode qu’il permet à tout instant d’occulter ou de justifier ses propres turpitudes qui ne sont rien face aux crimes monstrueux de ceux d’en face…

JPEG - 64.6 ko
Les héros du campisme…

Encore faut-il constituer les camps en présence. En contradiction avec la prophétie marxiste, ces camps ne se délimitent pas fondamentalement sur base des groupes sociaux. Les lignes de front principales restent superposées aux frontières étatiques, sous-étatiques (comme en Belgique) ou, de plus en plus, supranationales. Pour qu’un camp fonctionne, il faut qu’il puisse s’appuyer sur une opinion publique largement homogène et donc aisément mobilisable, où les points de vue qui font consensus ne risquent pas d’être contredits. Quand il s’agit de faire bloc contre les Flamands, Di Rupo et Reynders oublient leurs querelles et se retrouvent dans la défense intransigeante des francophones. Dans l’esprit du campisme, une prime est toujours accordée à celui qui paraît le plus ferme dans la défense des « siens ». Pour dénoncer celui qui ne se sentirait pas à l’aise dans cette coupure manichéenne, l’insulte est toute trouvée : Munichois [1]. Sous-entendu : face à l’ennemi, c’est la fermeté qui paie et l’esprit de compromis n’est que le masque de la trahison [2].

Évidemment, pour conduire le juste combat de son propre camp, on n’évoque jamais la défense mesquine de ses intérêts économiques ou de ses positions dominantes. Il n’y en a que pour des nobles idéaux. La Démocratie contre le totalitarisme. La Laïcité contre l’obscurantisme. Le Monde libre contre l’Empire du mal. Vive donc Ben Laden, qui a permis de nous reconstruire un super-ennemi comme au bon vieux temps. Désormais, ce n’est plus le spectre du communisme qui hante l’Europe (et le monde) mais l’islamisme, cette hydre protéiforme qui dispose même, au sein de notre propre « camp », d’une inquiétante cinquième colonne qui mine notre société de l’intérieur et qu’il importe de mettre au pas avant qu’il ne soit trop tard.

JPEG - 118.2 ko
… et les Munichois. (Munich, 29/30 septembre 1938. De gauche à droite : Chamberlain, Daladier, Hitler, Mussolini et Ciano.)

Pourtant, ces « camps » ne sont que des constructions rhétoriques que la lucidité exige de déconstruire. Chaque camp en présence recèle toujours des éléments contradictoires à prendre en compte, éléments dont les campistes ne s’embarrassent pas. Ceci vaut aussi pour ceux qui ont choisi de prendre le contre-pied systématique du campisme selon Georges W. Bush. Pour ceux-là, le camp anti-impérialiste doit amalgamer tout ce qui s’oppose à la domination de l’Empire sans s’appesantir sur les « détails ». Poutine fait mine de s’opposer à l’hégémonie américaine ? On fera l’impasse sur la boucherie tchétchène. L’Iran dénonce vigoureusement l’écrasement de la Palestine ? On taira le sort fait aux femmes, aux syndicalistes et à l’opposition démocratique sous Ahmadinejad [3]. Cuba résiste envers et contre tout à la domination yankee ? Pas un mot sur le naufrage de la société cubaine sous la férule des frères Castro. Dieudonné dénonce le racisme de la société française ? On passera au bleu son insupportable complaisance à l’égard des antisémites et des fascistes. Évidemment, tous ces raisonnements existent aussi en version réversible.

Et pourtant, face aux injustices les plus criantes, il faut prendre parti. Et, quelquefois, se choisir ponctuellement des alliés auxquels on devra inévitablement s’opposer plus tard dans d’autres contextes [4]. Je sais, c’est un exercice difficile. Est-ce possible sans tomber dans l’aveuglement « campiste », sans sacrifier de justes causes au nom de la « contradiction principale » chère aux maoïstes de naguère ? Je veux croire que oui.

•••

Post-scriptum. Encore la burqa…

La sénatrice libérale Christine Defraigne (Le Soir, 3/9) déduit, entre autres, de mes prises de position que « les démocrates devraient pouvoir s’accorder sur une interdiction de la burqa ».

Elle sollicite mes propos, car je suis totalement opposé à une telle interdiction, malgré le dégoût absolu que la burqa m’inspire. Voici pourquoi.

1/ Si la burqa est portée volontairement, mon adhésion au libéralisme philosophique m’interdit d’empiéter sur la liberté individuelle de celle qui la porte. Si on l’oblige à la porter contre son gré, qu’elle porte plainte. Les lois existantes contre la violence faite aux femmes sont suffisantes pour la protéger.

2/ Si le but – que je partage – est d’obliger toute personne à être identifiable pour des raisons d’ordre public, les règlements de police en vigueur sont suffisants. On peut éventuellement les harmoniser et les perfectionner. Mais il n’est pas nécessaire de promulguer une loi sur mesure ciblant spécifiquement la burqa qui n’ajoutera rien à l’efficacité du dispositif existant.

La Belgique s’était déjà distinguée en 2007 en votant une loi contre les mariages forcés alors que, là aussi, comme l’avait d’ailleurs relevé le Conseil d’État à ce moment-là, les lois existantes sanctionnant les violences physiques ou psychiques, le viol ou les menaces étaient suffisantes et il n’y avait nul besoin d’en rajouter en alimentant l’inflation législative. Il semble que, pour certains parlementaires, il soit plus important de donner l’impression d’agir plutôt que d’agir vraiment et sans tapage. À moins que ce soit précisément le tapage qui les intéresse, en ce qu’il cible exclusivement des pratiques attribuées à la religion musulmane, selon la bonne logique du « campisme » dénoncée ci-dessus. Décidément, en ces temps de confusion idéologique, une posture de lutte résolue contre le danger islamiste semble parfois tenir lieu d’identité politique à peu de frais. (Voir ici sur ce blog pour un plus long développement.)

•••

[1] En référence aux accords de Munich (1938) où les gouvernements anglais et français autorisèrent Hitler à annexer les Sudètes (zone frontalière de la Tchécoslovaquie comptant une forte minorité de langue allemande) dans l’espoir d’éviter la guerre.

[2] Dans le contexte belge, la proposition d’une circonscription fédérale avait justement pour but de casser la logique campiste. Faut-il s’étonner que, dans sa majorité, le monde politique n’en ait pas voulu ?

[3] Et d’ailleurs, ajoutera-t-on souvent, les faits allégués sont-ils avérés ? N’est-ce pas de la propagande participant de la guerre idéologique ? Et on se demandera rituellement à qui ce genre d’information profite…

[4] Comme le fait, par exemple, la gauche laïque libanaise au sein du Front de la résistance nationale où elle cohabite avec le Hezbollah et le chrétien Michel Aoun.

imprimer
envoyer
12647
12653
12648
12650
12649
12651
12652
12654
12656
12655
12657
12658
12659
12661
12663
commenter (15)
  • Une maladie universelle : le « campisme » : pas toujours une maladie Posté par Pierre Verhas, le 6 septembre 2009
    Il est difficile, dans certaines circonstances, de ne pas être "campiste". Certes, le "campisme" est nuisible dans bien des cas : le premier est cette doctrine nausabonde du (...)
    Lire la suite
  • Porter plainte : un peu trop simple, non ? Posté par Irène Kaufer, le 6 septembre 2009
    Cher Henri, Alors même que ton texte sur le « campisme » plaide pour la complexité des réalités politiques et sociales, ton post-scriptum sur la burqa fait un raccourci qui me (...)
    Lire la suite
    • Porter plainte : un peu trop simple, non ? Posté par Thierry Timmermans, le 6 septembre 2009
      • Porter plainte : un peu trop simple, non ? Posté par Ludovic Delory, le 6 septembre 2009
        • Pavlov Posté par Henri Goldman, le 6 septembre 2009
          • Pavlov Posté par Bernard De Backer, le 9 septembre 2009
            • Qui soutient les dictatures ? Posté par Henri Goldman, le 9 septembre 2009
              • Totalitarisme et dictature Posté par Bernard De Backer, le 9 septembre 2009
                • Totalitarisme et dictature Posté par Alec de Vries, le 11 septembre 2009
                  • Totalitarisme et dictature Posté par Pierre Verhas, le 11 septembre 2009
                    • Totalitaire Posté par Alec de Vries, le 12 septembre 2009
      • Comment faire ? Posté par Henri Goldman, le 6 septembre 2009
    • J’attendais l’objection… Posté par Henri Goldman, le 6 septembre 2009
      • J’attendais l’objection… Posté par Luc M, le 6 septembre 2009
        • Objection retenue Posté par Henri Goldman, le 7 septembre 2009

Avertissement

Les commentaires sont modérés a priori. Les intervenants sont priés de communiquer leur véritable identité : on débat ici à visière découverte. Bien que la polémique, même dure, soit admise et même encouragée, l’administrateur du site ne validera pas les messages dans trois cas de figure :

1. En cas de défaut manifeste de courtoisie et de recours à l’injure en lieu et place d’argument.

2. Quand le message sort trop manifestement du cadre du sujet traité.

3. Quand l’intervenant intervient de façon répétitive en utilisant ce blog comme une tribune et non comme un lieu d’échange.


Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?