Accueil du site >Blog  >Le blog d’Henri Goldman  >Y a t-il une vie après le Mrax ?
31.08.2012

Y a t-il une vie après le Mrax ?

imprimer
envoyer
13747
13748
commenter (2)

Mercredi, le conseil d’administration du Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie (Mrax) rendait publique sa décision prise la mort dans l’âme de licencier son directeur Radouane Bouhlal. Jeudi, c’est le comité de gestion d’Actiris [1] qui décidait, au terme d’une longue instruction, de supprimer sept postes d’agents contractuels subventionnés (ACS) sur les douze actuellement accordés. Parmi ces postes se trouve celui du directeur qui ne peut donc pas être remplacé. Cette décision, qui doit encore être sanctionnée par Benoit Cerexhe (CDH) en sa qualité de ministre de tutelle, suit de quelques semaines celle qui fut prise par le Conseil supérieur de l’éducation permanente (Fédération Wallonie-Bruxelles) de « rétrograder » l’association, avec pour conséquence d’autres pertes d’emplois.

Sur ce blog, j’ai eu l’occasion de commenter la crise du Mrax, une association qui m’est chère, dont j’ai été un temps administrateur et dont ma mère fut une des fondatrices [2]. On approche du dénouement. Avec ceux qui restent, le Mrax n’est sans doute pas cliniquement mort. Mais ce Mrax résiduaire ne peut que rentrer le rang. Plus personne ne pourra désormais encore prendre au sérieux sa prétention au leadership de l’antiracisme. Celui-ci devra se trouver d’autres instruments. C’est ce qu’avait pressenti Fadila Laanan, la ministre en charge de l’éducation permanente à la Fédération Wallonie-Bruxelles, en lançant en février le projet d’une plate-forme antiraciste qui rassemblait quelques dizaines d’associations de toutes tailles et de toutes natures. Elle se proposait d’enclencher une dynamique, puis de se retirer pour ne pas éveiller le soupçon d’une manipulation politique. L’objectif était de faire émerger un nouvel interlocuteur légitime de l’antiracisme associatif qui puisse lui servir de partenaire privilégié, en prenant acte de l’effacement du Mrax qui ne fut même pas invité en attendant que son sort soit scellé.

Pas de manipulation politique ? Il fallait à tout le moins baliser le processus. Conformément à une tradition bien établie dans les circuits qui relèvent de l’éducation permanente, le copilotage fut confié à une « laïque » réputée proche du PS, Eliane Deproost (secrétaire générale du Centre d’action laïque) et à un « chrétien de gauche », Thierry Jacques (président du Mouvement ouvrier chrétien). Rien ne vous choque ? C’est comme si on avait confié à deux hommes l’animation d’une plate-forme féministe. Ces deux personnes sont de grande qualité, mais symboliquement, quel message ! Car la grande mutation de l’antiracisme d’aujourd’hui, c’est que les personnes discriminées ont accédé à la pleine citoyenneté et qu’elles sont désormais en capacité d’être les principales actrices de leur destinée. Le temps du paternalisme, même généreux et bienveillant, est terminé.

À mes yeux, tout doit être fait pour favoriser l’émergence d’une représentation des minorités ethnoculturelles non réduite à leur facette religieuse, à l’instar de ce que la Flandre a réussi avec la mise en place du Forum des minorités. Il faut pour cela renverser le logiciel assimilationniste qui domine toujours au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles [3]. Faute de quoi aucune plate-forme antiraciste ne sera à la hauteur des attentes, aucune n’aura la légitimité pour tenir, chaque fois que c’est nécessaire, la dragée haute aux politiques, aucune n’aura suffisamment d’autonomie pour oser voler dans les plumes d’une certaine bonne conscience progressiste qui s’accommode trop facilement des discriminations systémiques dont notre société est de plus en plus accablée.

•••

Photos : quelques chromos de l’antiracisme bisounours. Mais l’antiracisme n’est pas une affaire de bons sentiments (appels à la tolérance, ouverture à l’autre…). C’est un combat social.

•••

Si vous souhaitez être informé-e des nouveautés de ce blog, signalez-le en cliquant ici. Visitez aussi le site de « Tayush, groupe de réflexion pour un pluralisme actif ».

•••

[1] Actiris est le service public de la Région de Bruxelles-capitale en charge de la politique de l’emploi.

[2] Voir À propos de la crise du Mrax (16.11.2009) et Requiem pour le Mrax ? (26.12.2011).

[3] Voir sur ce blog mon billet Tout le pouvoir aux imams ? (10.06.2012).

imprimer
envoyer
13747
13748
commenter (2)
  • Le MRAX n’existait plus depuis longtemps Posté par Pierre-Yves Lambert, le 31 août 2012
    Le MRAX n’était déjà plus, il y a une quinzaine d’années, qu’un service social parmi d’autres pour la population du quartier Botanique de Saint-Josse et pour des étrangers en séjour (...)
    Lire la suite
    • Le MRAX n’existait plus depuis longtemps Posté par Marcel LEURIN, le 1er septembre 2012

Avertissement

Les commentaires sont modérés a priori. Les intervenants sont priés de communiquer leur véritable identité : on débat ici à visière découverte. Bien que la polémique, même dure, soit admise et même encouragée, l’administrateur du site ne validera pas les messages dans trois cas de figure :

1. En cas de défaut manifeste de courtoisie et de recours à l’injure en lieu et place d’argument.

2. Quand le message sort trop manifestement du cadre du sujet traité.

3. Quand l’intervenant intervient de façon répétitive en utilisant ce blog comme une tribune et non comme un lieu d’échange.


Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?