10.11.2008

Tariq chez les homos

imprimer
envoyer
322
323
326
328
382
710
327
329
455
14751
14752
467
commenter (12)

Pour une bonne partie des laïcs, notamment féministes, Tariq Ramadan est un individu infréquentable. Celui qui a plaidé face à Sarkozy pour un « moratoire sur les lapidations », celui qui, même lorsqu’il prône la tolérance et se pronconce contre les mariages forcés, est accusé de « double discours » : l’un, ouvert et moderne, à l’intention des näifs occidentaux, l’autre, aux accents fondamentalistes, destiné aux siens.

Il se fait qu’un peu par hasard, j’ai assisté à une rencontre [1] avec Tariq Ramadan, sans caméras ni micros, sans le moindre journaliste à l’horizon pour relayer le message du « maître ». D’un côté, une vingtaine de ses amis, dont le très médiatique professeur de religion Yacob Mahi, qu’on entend souvent dans les débats télé, ainsi que plusieurs femmes, toutes avec un foulard, parfois très « sage » mais chez d’autres, vif, coloré, je dirais presque « sexy ». De l’autre côté de la table, en invités inattendus, une dizaine de représentants d’associations d’homosexuels.

« Ni Belges, ni hétérosexuels »

L’homosexualité est un de ces « problèmes de société » perturbateurs pour toutes les religions — bouddhisme compris, n’en déplaise aux fans du dalaï lama [2]. Décider de l’aborder de front, avec les personnes concernées plutôt qu’en seule compagnie de ses propres préjugés, est une démarche aussi rare que courageuse.

Les représentants de Merhaba sont particulièrement bien placés pour le savoir. Cette association de gays et lesbiennes propose accueil et rencontres pour tous ceux qui, selon l’expression de la psychologue qui les écoute, « ne se sentent ni Belges ni hétérosexuels », ne trouvant comme identité que cette double négation. Ils sont principalement d’origine maghrébine ou turque, mais pas seulement. Rejetés par leur communauté, en conflit avec leur propre foi s’ils sont croyants, ils ne se sentent pas non en accord avec la représentation occidentale de l’homosexualité.

On a pu entendre des témoignages accablants : ce jeune qui s’est confié à un imam pour lui demander comment concilier sa foi et son orientation sexuelle et s’est entendu répondre que la seule solution pour lui serait le suicide. Ou cet autre à qui un médecin expliquait que Dieu se trompait parfois dans ses créations... Ou encore ce gay venu courageusement témoigner devant un public de femmes musulmanes, à qui l’une d’elles a lancé : « J’aurais préféré que tu aies des relations sexuelles avec un chien ». Autant de « baffes » destructrices pour des jeunes qui cherchent leur identité.

On a entendu aussi le témoignage bouleversant d’une jeune musulmane travaillant pour une association d’éducation qui, ayant appris qu’une de ses collègues vivait avec une femme, est allée voir la direction pour demander son licenciement. Aujourd’hui, ces deux-là sont assises côte à côte. Celle qui ne pouvait pas imaginer qu’une lesbienne puisse travailler en contact avec des enfants a fait tout un cheminement, qui l’amène à aborder la question de l’homosexualité dans son travail, au risque de provoquer des conflits avec son public ou même des membres de sa famille. Et aux parents qui rejetteraient un enfant homosexuel, elle lance : « Vous dites que vous avez peur de Dieu, mais en réaité vous avez peur du jugement des voisins ! »

Serrer la main du « diable »...

Et Tariq Ramadan ? Il a peu participé à la discussion, il se contentait de distribuer la parole. Il a bien affirmé l’impossibilité, pour l’islam, de « promouvoir l’homosexualité », mais aussi sa volonté d’ouverture et d’écoute. Cette idée de « promotion » reste bien ancrée alors que, quand on voit le prix que paient beaucoup d’homosexuels pour vivre leur vie, tout simplement, on comprend qu’elle n’a pas vraiment besoin d’être « promue ». C’est là une de ces réactions qui laisse ouverte la question de savoir si le message est bien passé ; mais en tout cas, l’attention et l’écoute étaient là, comme en témoignent l’atmosphère à la fois studieuse et chaleureuse et les nombreuses questions.

Athée convaincue, ayant même une sainte horreur pour tout ce qui est communautaire, j’avoue avoir ressenti cette rencontre comme à la fois un peu surréaliste et terriblement émouvante. Et je me demandais, en sortant, tandis que je serrais la main de Tariq Ramadan qui nous remerciait d’être venus, si j’avais été une victime de plus de son « charme vénéneux » ou si, tout simplement, la vie n’était pas beaucoup plus complexe que tous nos beaux principes. Et où est la grande autorité morale catholique ou juive qui aurait su faire preuve de la même ouverture d’esprit, pour provoquer ce type de rencontre, non pas dans l’idée d’« accueillir les frères et soeurs souffrants », mais pour chercher ensemble comment, chacun dans sa position, on peut essayer de faire un pas vers l’autre et même chercher des réponses communes pour aider les gens à vivre ?

Alors oui, sauf à se résigner à couper les ponts avec toute une partie de la population, oui, il faut accepter de parler, fût-ce avec le « diable ».

[1] Organisée par Zoé Genot et « Ecolo nous prend Homo ».

[2] L’homosexualité « fait partie de ce que nous, les bouddhistes, appelons ’’une mauvaise conduite sexuelle’’. Les organes sexuels ont été créés pour la reproduction entre l’élément masculin et l’élément féminin et tout ce qui en dévie n’est pas acceptable d’un point de vue bouddhiste ».Devant le tollé provoqué par ces décalarations, il a par la suite nuancé ses propos. Voir article complet.

imprimer
envoyer
322
323
326
328
382
710
327
329
455
14751
14752
467
commenter (12)
  • Tariq chez les homos Posté par RONDL, le 12 décembre 2008
    Tariq est un bisexuel
    Lire la suite
    • Tariq chez les homos Posté par elle, le 9 janvier 2009
      • Tariq chez les homos Posté par Irène Kaufer, le 12 janvier 2009
    • Tariq chez les homos Posté par Leinaa, le 18 février 2013
    • Tariq chez les homos Posté par Leinaa, le 18 février 2013
  • Tariq chez les homos Posté par Yacob MAHI, le 13 novembre 2008
    Bien à vous, Est il possible de rectifier le fait que cette rencontre n’a jamais été organisée par Zoé Genot ni aucune autre couleur politique. Elle y était présente certes, car (...)
    Lire la suite
    • Tariq chez les homos Posté par Irène Kaufer, le 15 novembre 2008
  • Tariq chez les homos Posté par dani frank, le 13 novembre 2008
    et bravo à Zoé Genot qui l’a organisé. mais j’ai entendu parler de réunions aux CCLJ plus ou moins du même ordre, donc il ne faut pas juger trop vite, iréne. Il y a des gens ouverts (...)
    Lire la suite
    • Tariq chez les homos Posté par Irène, le 13 novembre 2008
  • Qui a peur du diable ? Posté par Marc Jacquemain, le 10 novembre 2008
    Un texte remarquable de courage et de nuance. Je ne connais pas Tariq Ramadan, ne l’ayant jamais rencontré ni entendu et n’ayant pas encore trouvé le temps de le lire. Je ne sais (...)
    Lire la suite
  • Tariq chez les homos Posté par myriam, le 10 novembre 2008
    joli résumé de cette rencontre ... pour y avoir participé, je reste sceptique aussi, même si nous avons tous senti que certaines éléments ont réellement touché la fibre humaniste (...)
    Lire la suite
    • Tariq chez les homos Posté par Pierre-Yves Lambert, le 27 février 2009

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?