Accueil du site >Blog  >Le blog d’Henri Goldman  >Le sénateur Delacroix et la vie privée des fascistes
22.11.2008

Le sénateur Delacroix et la vie privée des fascistes

imprimer
envoyer
337
338
339
340
342
345
commenter (6)

À la table d’à côté, il y avait un homme dont la voix occupait tout l’espace. C’était un écrivain connu pour son engagement démocratique. Je fus un peu surpris quand je captai dans le brouhaha cette phrase : Pour agir comme ça, c’est qu’il devait l’avoir dans les gènes. Je ne sais pas de qui il parlait, ça pouvait être un trait d’humour ou la citation d’un propos tenu par quelqu’un d’autre. Mais je me disais : pour peu que la personne visée par l’allusion fût arabe, juive ou flamande, voilà le genre de phrase qui peut démolir une réputation.

Si cette idée m’est venue, c’est que je viens d’achever la lecture de La Tache, du romancier américain Philip Roth. Le héros, Coleman Silk, est contraint de démissionner de l’université où il enseigne pour s’être demandé à haute voix si deux étudiants inscrits à ses cours mais jamais présents existaient vraiment ou s’ils étaient des zombies (spook). Or, les deux étudiants en question existaient et étaient noirs, ce que Coleman Silk, qui ne les avait jamais vus, ignorait. Mais pour la rumeur travaillée par la political correctness, l’usage de ce mot, zombies, était à l’évidence la manifestation d’une conviction raciste que, pour une fois, il n’avait pas réussi à camoufler.

JPEG - 407.2 ko
Espionnage privé dans « Fenêtre sur cour », le chef-d’œuvre d’Alfred Hitchcock

Comme disait l’autre, avec une citation hors contexte, on ferait pendre n’importe qui. Et aujourd’hui plus qu’hier. Tout qui possède un téléphone portable dispose en même temps d’un enregistreur et d’une caméra. Filmer n’importe qui n’importe quand et n’importe où est à la portée d’un enfant. Et il est à peine plus compliqué de placer une séquence volée sur You Tube et d’informer par ce biais l’humanité entière des éventuelles turpitudes d’un individu.

C’est ce qui vient d’arriver au sénateur Delacroix, nostalgique notoire du IIIe Reich et jusqu’il y a peu président du Front national belge. « On » vient de diffuser sur You Tube une séquence d’une minute filmée sur un appareil photo numérique il y a 8 ans au soleil d’Espagne [1]. Delacroix y chante, avec pas mal de réserve d’ailleurs, un pastiche ridicule de l’Eau vive, de Guy Béart, où il se moque du judéocide [2]. Il n’en fallait pas plus pour déclencher une déferlante de protestations vertueuses contre ce personnage. C’était à qui manifesterait le plus fort son indignation face à un propos lamentable mais qui fut qualifié d’« apologie de la Shoah », ce qui est faire beaucoup d’honneur à ce quatrain de potache.

Je n’ai évidemment aucune compassion pour cette personne. Mais ici je ne joue pas avec. Bien sûr, l’Europe n’est pas l’Amérique. Aux États-Unis, seuls les actes peuvent faire l’objet de poursuites, tandis que l’expression des opinions les plus scandaleuses est couverte par la liberté d’opinion. Dans la tradition juridique européenne, on considère que certaines paroles sont déjà des actes, notamment celles qui incitent à la haine ou à la discrimination. Mais pour cela il faut qu’elles soient publiques et que l’intention soit manifeste. Qui pourrait s’imaginer que cette minable vidéo diffusée huit ans après son enregistrement par on ne sait qui puisse avoir cet objectif ? Ce n’était ni drôle ni convainquant, et ça ne méritait sûrement pas l’inflation de protestations qui s’en est suivie, là où seul le mépris eut été de circonstance.

Le respect de la vie privée est un droit fondamental universel. Et ceci vaut aussi pour les fascistes. Ceux-là, il ne s’agit sûrement pas de les ménager, mais il y a bien d’autres angles d’attaque pour les empêcher de nuire. On frémit à l’idée que la moindre parole émise, le moindre geste réalisé en privé puisse se transformer en pièce à conviction dans un quelconque procès initié par la police de la pensée. À quand des caméras dans toutes les salles de bain et sous toutes les couettes ?


[1] La version la plus complète de la vidéo est visible ici : http://fr.youtube.com/watch?v=Q-W3C.... Elle donne une idée du contexte tout à fait anodin dans lequel la scène se passe : c’est un enfant qui filme, il cherche de la matière pour s’exercer, les convives des autres tables semblent indifférents…

[2] « Ma p’tite Juive est à Dachau / Elle est dans la chaux vive / Elle a quitté son ghetto / Pour être brûlée vive ». Je précise que mon père à été déporté à Dachau, en passant par Auschwitz.

imprimer
envoyer
337
338
339
340
342
345
commenter (6)
  • Le sénateur Delacroix et la vie privée des fascistes Posté par Pierre Verhas, le 26 novembre 2008
    Je partage tout à fait les propos de Henri Goldman. Nous ne pouvons accepter, sous quelque prétexte que ce soit, que la vie privée soit étalée sans l’autorisation de l’intéressé. (...)
    Lire la suite
  • Le sénateur Delacroix et la vie privée des fascistes Posté par Anonyme, le 25 novembre 2008
    Cher Henri, Voilà quelques jours que j’avais l’intention d’écrire au sujet de cette lamentable affaire. Et ce que j’aurais voulu écrire, tu l’as fait bien mieux que je ne l’aurais (...)
    Lire la suite
  • Le sénateur Delacroix et la vie privée des fascistes Posté par H2, le 24 novembre 2008
    Bonsoir Monsieur, Je viens de découvrir votre blog. J’apprécie vos articles ( bien que je n’aie pas tout lu ). L’article ci dessus est hautement précieux dans la période actuelle (...)
    Lire la suite
  • Le sénateur Delacroix et la vie privée des fascistes Posté par Alparslan, le 23 novembre 2008
    La question de savoir laquelle des deux traditions juridiques, états-unienne et européenne, est la plus viable sur le long terme quant à un véritable vivre ensemble est et restera (...)
    Lire la suite
  • Le sénateur Delacroix et la vie privée des fascistes Posté par Luc Delval, le 22 novembre 2008
    Entièrement d’accord pour dire que cette affaire ne méritait certainement pas le tintamarre orchestré par les habituelles belles âmes, qui semblaient assez comiquement découvrir (...)
    Lire la suite
  • Le sénateur Delacroix et la vie privée des fascistes Posté par Jean Daems, le 22 novembre 2008
    D’accord Henri, mais dans certains cas c’est vraiment difficile de faire la distinction. Peut-on être facho en privé sans que...
    Lire la suite

Avertissement

Les commentaires sont modérés a priori. Les intervenants sont priés de communiquer leur véritable identité : on débat ici à visière découverte. Bien que la polémique, même dure, soit admise et même encouragée, l’administrateur du site ne validera pas les messages dans trois cas de figure :

1. En cas de défaut manifeste de courtoisie et de recours à l’injure en lieu et place d’argument.

2. Quand le message sort trop manifestement du cadre du sujet traité.

3. Quand l’intervenant intervient de façon répétitive en utilisant ce blog comme une tribune et non comme un lieu d’échange.


Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?