Accueil du site >Blog  >Le blog d’Henri Goldman  >Jamaïcaine à Bruxelles : et pour les Flamands, autre chose ?
20.06.2009

Jamaïcaine à Bruxelles : et pour les Flamands, autre chose ?

imprimer
envoyer
9654
9657
9681
9687
9691
10729
9672
9689
9752
9776
10746
commenter (11)

Le 25 avril se terminaient les États généraux de Bruxelles. Un processus passionnant à travers lequel la société civile bruxelloise envoyait un message fort au monde politique : il faut un projet politique bruxellois, émanant de tous les habitants de la ville indépendamment de leur origine et des langues qu’ils parlent, car s’il y a bien des clivages dans cette ville que n’épargnent ni la fracture sociale ni la fracture territoriale, ce n’est sûrement pas entre francophones et néerlandophones estampillés qu’ils se situent.

Pour le dire autrement : si les différentes familles politiques peuvent légitimement proposer des projets différents pour Bruxelles, on attend d’elles que le projet soit le même quel que soit le sexe linguistique de celui qui le porte. Les politiques à mener à Bruxelles sont indépendantes de la langue dans laquelle est rédigée la carte d’identité (unilingue) des personnes concernées, qu’il s’agisse des questions de mobilité et d’environnement, de santé, d’emploi et de développement économique. Et on pourrait – on devrait – étendre ce constat à l’enseignement et à la politique de la jeunesse, à l’accueil des migrants, voire à la culture. (C’est en tout cas l’avis des principaux acteurs culturels bruxellois.)

Or, sauf à la marge, il n’y a pas de parti bruxellois. C’est pourquoi, le 25 avril, sur la scène du Kaaitheater, en clôture des États généraux, Philippe Van Parijs posa la question suivante aux personnalités alignées deux par deux par famille politique : seriez-vous prêts à vous retrouver dans un parti commun si la loi autorisait à Bruxelles des listes de candidats bilingues ? Aucune réponse totalement affirmative à la question, mais on s’en rapprochait avec le tandem Doulkeridis (Écolo)-De Lille (Groen !) indiquant que, pour leur part, les écologistes allaient aux élections avec exactement le même programme.

La question était loin d’être innocente. Le système électoral bruxellois pousse à un genre de confédéralisme dans une seule ville. Bruxellois francophones et flamands votent pour des listes séparées. Des négociations séparées s’engagent et aboutissent à constituer des coalitions séparées. Une fois que le processus est complètement achevé des deux côtés et seulement à ce moment-là, la majorité flamande et la majorité francophone s’emboîtent pour former le gouvernement bruxellois.

Mais dans l’esprit des États généraux, on pouvait limiter les dégâts de ce système pervers. Il eut suffi qu’on privilégie la constitution de majorités symétriques des deux côtés de la barrière linguistique. Cette option était « dans l’air » depuis quelques mois déjà, puisque les partenaires de l’Olivier francophone ne cachaient pas leur souhait de rempiler tandis que l’existence, du côté flamand, d’un axe SPA-Groen ! rendait possible une évolution dans le même sens.

JPEG - 124.7 ko
Ecolo et Groen ! présentent leurs 56 propositions pour Bruxelles. Photo TVB

Et patatras, dès les lendemains du vote, ce scénario s’effondre du côté flamand, puisqu’on apprend le jeudi 11 juin qu’un pré-accord est signé en vertu duquel Groen ! s’allie avec l’Open VLD et le CD&V dans une coaltion dite « jamaïcaine », sans même donner la moindre chance à un Olivier flamand. Programme commun avec Écolo ? Bruno De Lille proteste de sa fidélité aux 56 propositions de ce programme. Mais à partir d’un point de départ commun, les deux partis verts se sont engagés dans des négociations divergentes, lesquelles donneront évidemment lieu à des compromis différents qui les lieront à ce moment-là.

Car la Jamaïcaine et l’Olivier, ce n’est pas la même chose. Il suffit de penser à la mobilité ou au logement pour s’en convaincre. L’axe de la nouvelle majorité flamande, où Groen ! pèsera moins lourd qu’hier le SP.A de Pascal Smet en devant se contenter d’un strapontin de secrétaire d’État, est plus à droite que dans la majorité sortante. Alors que, globalement, la sociologie électorale bruxelloise évolue vers la gauche à cause de l’exode urbain des classes moyennes aisées, l’accord flamand risque bien de plomber les velléités progressistes du prochain gouvernement bruxellois.

Pour comprendre ce revirement, il faut lire dans Brussel deze week [1] les explications particulièrement alambiquées de Bruno De Lille qui ne précise pas s’il a consulté ses amis d’Écolo, aujourd’hui bien embarrassés. Lire aussi le courrier des lecteurs où se manifeste le désarroi des progressistes bruxellois flamands. Un coup de chapeau au talent de Guy Van Hengel (Open VLD) en maître de la manœuvre qui a passé un pacte d’alliance avec le CD&V trop heureux d’empêcher l’émancipation des Bruxellois qui avaient l’occasion de rompre avec la logique schizophrène de l’apartheid électoral.

On me dit que toutes les carottes ne sont pas cuites. L’ouverture de négociations ne garantit pas leur conclusion. Au sein de Groen ! [2] et dans les organisations de terrain qui lui sont proches, la démarche passe vraiment très mal. On espère un sursaut.


[1] Financé par la Communauté flamande, Brussel deze week est un hebdomadaire en néerlandais envoyé gratuitement à tous les Bruxellois qui en font la demande, accompagné d’un agenda culturel rédigé en trois langues. Une excellente occasion pour les Bruxellois francophones d’améliorer leur bilinguisme et de se familiariser avec un autre regard sur leur ville.

[2] Voir par exemple ici l’opinion de Marcel Rijdams, de Groen !, ainsi que de nombreux commentaires, la plupart dans le même sens.

imprimer
envoyer
9654
9657
9681
9687
9691
10729
9672
9689
9752
9776
10746
commenter (11)
  • Jamaïcaine à Bruxelles : et pour les Flamands, autre chose ? Posté par Jean-Paul Gailly, le 22 juin 2009
    Hoe kan Bruno De Lille zich nog in de spiegel bekijken ? en de Brusselse leiders van Groen met hem ? Welke geloofwaardigheid hebben ze nog ten opzicht van hun kiezers ? (...)
    Lire la suite
    • Traduction pour les nuls, les Français et les Suisses Posté par Henri Goldman, le 22 juin 2009
  • Jamaïcaine à Bruxelles : et pour les Flamands, autre chose ? Posté par Orestes, le 20 juin 2009
    Bonjour, L’analyse d’HG me paraît tout à fait pertinente. Puisqu’il n’y avait aucune amorce de grand changement dans le Sud et que dans le Nord l’émiettement et l’Haiderisation (...)
    Lire la suite
    • Aux oubliettes ? Posté par Henri Goldman, le 20 juin 2009
  • Jamaïcaine à Bruxelles : et pour les Flamands, autre chose ? Posté par Demun, le 20 juin 2009
    Ceci est un détail, mais nos cartes d’identité sont bilingues... avec l’anglais. Ma femme, néerlandophone, a une carte en flamand et anglais, moi j’en ai une en français et (...)
    Lire la suite
  • Pro Bruxsel, une régression ? Posté par Caroline Sägesser, le 20 juin 2009
    Bien sûr, la politique est multidimensionnelle, bien sûr, les enjeux socio-économiques demeurent les plus importants... mais, mais... dans des circonstances particulières, il est (...)
    Lire la suite
    • Partis conjoncturels Posté par Henri Goldman, le 20 juin 2009
  • Jamaïcaine à Bruxelles : et pour les Flamands, autre chose ? Posté par Chantal Liesse, le 20 juin 2009
    Il faut parfois savoir lire dans la marge ... pour choisir le changement. Chantal Liesse - Pro Bruxsel
    Lire la suite
    • Pro Bruxsel, une alternative ? Posté par Henri Goldman, le 20 juin 2009
      • Pro Bruxsel, une alternative ? Posté par Alain A, le 20 juin 2009
  • Jamaïcaine à Bruxelles : et pour les Flamands, autre chose ? Posté par Alain Maskens, le 20 juin 2009
    Bonjour. Merci de mettre en exergue cette énième manifestation de la préférence communautaire de nos partis traditionnels : les valeurs socio-politiques ou la cohérence régionale (...)
    Lire la suite

Avertissement

Les commentaires sont modérés a priori. Les intervenants sont priés de communiquer leur véritable identité : on débat ici à visière découverte. Bien que la polémique, même dure, soit admise et même encouragée, l’administrateur du site ne validera pas les messages dans trois cas de figure :

1. En cas de défaut manifeste de courtoisie et de recours à l’injure en lieu et place d’argument.

2. Quand le message sort trop manifestement du cadre du sujet traité.

3. Quand l’intervenant intervient de façon répétitive en utilisant ce blog comme une tribune et non comme un lieu d’échange.


Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?