Accueil du site >Blog  >Le blog d’Henri Goldman  >Cher monsieur Vander Taelen…
9.10.2009

Cher monsieur Vander Taelen…

imprimer
envoyer
12751
12752
12753
12754
12755
12762
12766
12756
12757
12758
12759
12760
12761
12763
commenter (14)

Luckas Vander Taelen était inconnu de la plupart des francophones jusqu’à ce qu’il signe une carte blanche remarquée dans Le Soir du mardi 6 octobre pour dénoncer le comportement des jeunes Marocains de son quartier à Forest. Il s’agissait de la traduction d’un article déjà publié le 30 septembre dans De Standaard où il déclencha un courrier des lecteurs à donner froid dans le dos. Car pour les Flamands, Luckas Vander Taelen n’est pas n’importe qui. Auteur, acteur, réalisateur de télévision, c’est un BV (bekende Vlaming), comme on désigne au Nord les célébrités entrées en politique et qui y transposent souvent des comportements de diva narcissique. Ceci semble également valoir pour Luckas Vander Taelen qui vient d’être élu au Parlement flamand après avoir été député européen (1999-2002) et échevin de sa commune jusqu’à la dernière élection.

Mais le plus étonnant, c’est qu’il n’appartient ni à la Lijst De Decker, ni au Vlaams Belang (qui jubile ; voir son site d’où le dessin ci-dessous est repris), ni à un aucun parti traditionnel. Il est membre de Groen !, le parti vert flamand.

Une fois n’est pas coutume, je reproduis ci-dessous la réplique pleine de sagesse que vient de lui adresser (en français) Johan Leman, ancien directeur du Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme et président du Foyer, institution financée par la Communauté flamande et installée depuis 1974 au cœur de ce Molenbeek qui a tellement défrayé la chronique ces dernières semaines. [1]


Cher Monsieur,

Je réagis suite à votre article paru dans Le Soir qui a fortement influencé les médias flamands et francophones. Ce n’est pas une réaction à un de vos articles en particulier mais sur ce que je retiens de votre message en général. Il parait clair que récemment vous avez eu quelques problèmes avec certains jeunes (leur mode de conduite, leur style agressif : « nique ta mère »…) et votre fille semble aussi vous causer quelques soucis : viendra-t-elle encore dans votre quartier, etc. En parlant de rebels without a cause, vous désignez concrètement certains jeunes d’origine marocaine, et vous vous posez la question si nous osons encore défendre nos valeurs.

Ne pensez pas que je ne sais pas de quoi vous parlez. Je peux compléter la liste : vous oubliez de mentionner les jeunes qui brûlent les feux rouges pour leur bon plaisir, et d’autres qui roulent dans une voiture qu’ils ne pourraient pas se permettre avec leurs revenus, etc. Vous savez, ce genre d’histoires que j’entends aussi chez mon coiffeur, ce qui ne veut pas nécessairement dire qu’elles sont sans fondements. Mais avouez… c’est un genre à part.

Votre opinion parue d’abord dans les journaux flamands a fait fureur. La Flandre fut à nouveau choquée à propos de Bruxelles. Attention : je ne trouve pas illégitime que vous attiriez l’attention sur un groupe de jeunes qui vit de façon cloisonnée et dans son cadre ethnique marginal, avec ses propres codes de conduite et sa moralité. Vous avez raison aussi lorsque vous dénoncez dans certains de vos articles les zélotes islamistes (souvent ce ne sont pas les plus malins) qui pensent mieux savoir qu’Allah ce qui est bon et ce qui ne l’est pas… et qui se conduisent de façon navrante. Pour en venir au fait. (…) Votre parti a [désormais] un Secrétaire d’État au sein du gouvernement de la Région Bruxelloise. Il fait partie de la majorité. (…) Vous savez sans doute qu’en Flandre nous avons déjà deux partis qui font leur business en pratiquant un genre de littérature qui veut rompre à tout prix avec les tabous sans jamais proposer des vraies solutions. Un troisième parti serait un de trop. Puis-je supposer (…) que grâce à la négociation avec Groen !, la Région de Bruxelles présentera [bientôt] une note qui donnera des solutions pour résoudre vos problèmes ? (…) Vous présenterez alors des propositions très concrètes et réalisables, bien négociées et vous serez un politicien selon mon cœur. Si cela n’advenait pas, je ne vous cache pas que vous pourriez pour ma part dire adieu à la politique, car cela signifierait que vous remuez beaucoup de vent, non sans dommages collatéraux (par exemple l’image que vous donnez des jeunes issus de ces quartiers bruxellois et de la vie dans ces quartiers – dont vous ne dites rien de bon), sans que par la suite cela ait eu des répercussions positives (…).

Pour conclure, je voudrais vous demander de ne pas présenter Bruxelles à la Flandre plus dangereuse que ce qu’elle n’est en réalité. (…) Effectivement, Molenbeek et Schaerbeek (tout comme Forest) sont plus complexes que ce que les non-Bruxellois ne le pensent. Pour vous donner un exemple : ma mère a quitté à l’âge de 96 ans la région du sud-ouest de la Flandre pour emménager à Molenbeek, et elle y vit bien et heureuse. Parce qu’elle est une héroïne ? Non, mais parce qu’elle habite dans un quartier de Molenbeek (qui est assez grand, savez-vous) qui ne ressemble pas à l’image que les non-Bruxellois ont de Molenbeek. Pourtant beaucoup de Belges d’origine marocaine y vivent, les « nouveaux Belges ».

Cher Monsieur Vander Taelen, vous me répondrez que tout ça vous le savez déjà et que vos intentions étaient honnêtes. Vous me direz que vous vouliez mettre en lumière une problématique connue afin que quelque chose se fasse pour y remédier. Nous espérons, maintenant que vous faites partie de la majorité, que durant quatre ans vous en ferez l’œuvre de votre vie et que parmi les partis politiques auxquels vous avez accès vous pourrez promouvoir des solutions concrètes, positives et démocratiques. Si cela n’a pas lieu, vous nous épargnerez votre « révélation »… elle nous aura alors plus découragé qu’encouragé.

Bien à vous, Johan Leman


Un dernier mot. Je conviens volontiers que les questions liées à la diversité religieuse sont difficiles et qu’elles divisent profondément le camp des démocrates. Mais ici, avec les propos de Luckas Vander Taelen comme souvent avec ceux de Claude Demelenne, on est dans un autre registre : une tentative d’ethniciser la question sociale. Et là, il y a une ligne qui a été franchie. Je ne sais pas trop si elle est rouge, verte ou noire.


Post-scriptum (11/10/2009). Suite à quelques discussions dont les interventions ci-dessous ne rendent pas compte, j’aimerais apporter trois précisions.

1. Dans les milieux culturels francophones, Luckas Vander Taelen (LV) est nettement plus connu que ce que je laissais entendre au début de mon billet. Ceci ne change rien à la pertinence ou à l’impertinence de ses propos. Il est donc fort possible qu’il bénéficie aussi du côté francophone d’une aura que lui donne en Flandre son statut de BV : quand un BV s’exprime sur une question de société dont il n’est pas forcément spécialiste, sa parole a toujours plus de poids, système médiatique oblige.

2. Je ne prétends pas que LV dit ou pense la même chose que le Vlaams Belang. Je relève simplement que, sur son site, le VB se réjouit de ce qu’un homme de gauche, naguère chantre de la société multiculturelle, l’ait rejoint. D’où ce dessin, dont je cite la source.

3. « Diva narcissique ». Même si mon propos n’était pas catégorique, je n’aurais pas dû l’utiliser à propos de LV. Mais voici à quoi je faisais allusion. LV s’exprime comme un citoyen lambda, qui aurait effectivement bien le droit de faire part de son malaise sans se faire descendre en flammes. Il ne l’est pas. Il est membre d’un parti qui participe à la majorité tant à la commune de Forest qu’à la Région bruxelloise. Plus : il a été lui-même échevin de la Culture à Forest de 2006 à 2009. Dans cette situation, on assume son bilan et on joue collectif. Et on fait des propositions, sans se défiler.

À lire : l’intéressant commentaire de Paul Goossens dans De Standaard de ce week end intitulé De klaagzang van Luckas (La complainte de Luckas). Cet article a été traduit et publié dans Le Soir du 14/10.


[1] L’article est repris ici avec quelques coupures. La version complète peut être consultée sur le site du Foyer.

imprimer
envoyer
12751
12752
12753
12754
12755
12762
12766
12756
12757
12758
12759
12760
12761
12763
commenter (14)
  • Qu’a donc à voir l’analyse du Chicago des années trente avec la situation du Bruxelles des années (...) Posté par François Deschepper, le 16 octobre 2009
    Depuis le début du XX è siècle, l’Ecole de Chicago (qui "inventa" la sociologie urbaine) n’a cessé de produire des analyses sur les questions du vivre ensemble en milieu urbain (...)
    Lire la suite
  • Globalement d’accord avec Vander Taelen, mais... Posté par Pierre-Yves Lambert, le 13 octobre 2009
    Je viens de lire la tribune libre de Luckas Vander Taelen dans le Standaard, ainsi que la réaction de Paul Goossens à la prestation du premier dans une émission télévisée, où il (...)
    Lire la suite
    • Quelques commentaires Posté par Henri Goldman, le 13 octobre 2009
  • La réalité et la ligne Posté par Bernard De Backer, le 10 octobre 2009
    Je viens de découvrir ce billet d’Henri Goldman et je le trouve non seulement douteux dans sa forme (choix de la photo lourdement symbolique et balourde d’un Vander Taelen « (...)
    Lire la suite
    • Kalachnikov Posté par Henri Goldman, le 11 octobre 2009
      • Kalachnikov Posté par Bernard De Backer, le 11 octobre 2009
    • La réalité et la ligne Posté par Luc Delval, le 11 octobre 2009
  • Des problèmes réels et une réponse de Johan Leman de mauvaise foi Posté par Didier Coeurnelle, le 10 octobre 2009
    Je trouve la réponse de Johan Leman ° de mauvaise foi parce qu’il reproche à Luckas Van Der Taelen des choses qu’il n’a pas dites (mais que le coiffeur de Johan Leman aurait (...)
    Lire la suite
    • Le regard du borgne Posté par Henri Goldman, le 11 octobre 2009
      • Le regard du borgne Posté par Luc Delval, le 11 octobre 2009
      • Des aspects socio-économiques certains mais pas uniquement des aspects socio-économiques Posté par Didier Coeurnelle, le 11 octobre 2009
  • Ethnicisation ? Posté par Pierre Verhas, le 10 octobre 2009
    Plusieurs réflexions. La carte blanche de Luc Vander Taelen n’apprend rien. Il suffit d’interroger tous les habitants adultes de ces quartiers, qu’ils soient belges de souche ou (...)
    Lire la suite
  • Cher monsieur Vander Taelen… Posté par annick ferauge, le 10 octobre 2009
    Il y a peu,(laatste week) était encore publié que groen, avec ses tristes scores, était "toujours" de "gauche", mais, comme déjà dit, qu’est ce que être de gauche, sinon souhaiter (...)
    Lire la suite
  • Mais Luckas, tout va bien ! Posté par Stéphane HARCHIES, le 10 octobre 2009
    Cela fait des années que j’ai renoncé à me risquer dans ce "genre à part", ces "histoires qu’on entend chez son coiffeur". Soit l’interlocuteur penche à droite et la suite est connue (...)
    Lire la suite

Avertissement

Les commentaires sont modérés a priori. Les intervenants sont priés de communiquer leur véritable identité : on débat ici à visière découverte. Bien que la polémique, même dure, soit admise et même encouragée, l’administrateur du site ne validera pas les messages dans trois cas de figure :

1. En cas de défaut manifeste de courtoisie et de recours à l’injure en lieu et place d’argument.

2. Quand le message sort trop manifestement du cadre du sujet traité.

3. Quand l’intervenant intervient de façon répétitive en utilisant ce blog comme une tribune et non comme un lieu d’échange.


Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?