Accueil du site >Blog  >Le blog d’Henri Goldman  >Du Quick hallal et de quelques autres choses
22.02.2010

Du Quick hallal et de quelques autres choses

imprimer
envoyer
12859
12864
12860
12862
12861
12863
12865
12866
12868
12870
12871
12883
commenter (12)

« Ce sont des Français comme les autres, mais il y a certaines de nos valeurs qui leur paraissent inaccessibles ». Ces propos ciblant les musulmans de France ont été tenus en septembre 2003 par Jean-Pierre Raffarin, alors Premier Ministre français, en commentant l’exclusion des deux sœurs voilées Alma et Lila Levy du lycée d’Aubervillers [1].

Lors d’une conférence donnée à Bruxelles ce vendredi, Laurent Levy, leur père, relevait la merveilleuse contradiction de ce propos. On commence, précaution oratoire, par inclure les musulmans dans la nation, pour immédiatement les en exclure par le jeu très peu subtil du « nos » et du « leur ». Du coup, un amalgame est suggéré qui, effectivement, se trouve derrière la plupart des manifestations d’hostilité à la présence musulmane en Europe. On brandit les valeurs universelles et les droits de l’Homme, mais il ne faut pas gratter loin pour trouver non pas des « valeurs », mais des « coutumes » locales qui n’ont plus rien d’universel, même si elles se vendent comme telles. Bel exemple de cette confusion : les protestations contre l’ouverture de huit Quick ne servant que de la viande hallal. Un maire socialiste – celui de Roubaix – va jusqu’à porter plainte pour discrimination ! Ce ne serait pas du racisme anti-blanc, par hasard ? [2]

Nous avons tous nos interdits alimentaires. Les juifs mangent cachère, les musulmans hallal (ce qui est presque la même chose). Ces derniers ne comprennent pas que « nous » puissions manger de la viande de cheval, cet animal si noble, tandis que « nous » sommes scandalisés que des peuples asiatiques barbares puissent manger de la viande de chien. Les Anglais traitent avec mépris les Français de mangeurs de grenouilles. Les Méditerranéens tournent de l’œil quand « nous » mangeons de la viande quasi crue comme des hommes préhistoriques. Dans le sillage de Brigitte Bardot, il doit y avoir de nombreux Gaulois pour estimer que leurs usages alimentaires sont les plus conformes aux « valeurs universelles » qui interdisent la cruauté envers les animaux. Le gavage des oies ? Les homards ébouillantés vivants ? Là, il s’agit de notre patrimoine culturel, ne mélangez pas tout…

Nous avons aussi de multiples façons de nous saluer. S’embrasser, se donner l’accolade, se serrer la main ou les deux mains, ou simplement incliner le torse. Dans la Flandre profonde, on ne verrait jamais un garçon embrasser son père. À cheval sur plusieurs générations, je dois retenir quels sont les hommes parmi mes connaissances que j’embrasse et ceux pour qui ce serait tout à fait incongru. J’ai bien compris que je dois serrer la main à mes amies musulmanes portant le foulard, pour ne pas les mettre dans l’embarras. Il y a là toute une grammaire de conventions, dont font aussi partie les formules de politesse en bas des courriers (le fameux « veuillez agréer… » et les horripilantes « salutations distinguées »…), le recours au tutoiement et l’usage direct des prénoms, comme dans la tradition anglo-saxonne. Tout ceci est très bigarré et évolue à toute vitesse au sein de chaque culture, au point qu’on a parfois du mal à suivre. Cela n’a pas empêché une ancienne présidente du Sénat campant sur ses « valeurs » de provoquer un incident diplomatique avec un officiel iranien d’une impeccable courtoisie, mais qui n’avait pas voulu lui serrer la main. Ni un ancien ministre libéral flamand de l’intégration [3] de déclarer que le refus de serrer la main était la démonstration d’une intégration ratée qui devrait être sanctionnée comme telle. [4]

Enfin, il y a de multiples façons de manifester dans l’habillement la pudeur et l’envie de séduire, ces deux pulsions qui se contredisent et parfois se combinent. Le point d’équilibre socialement accepté entre montrer et cacher varie lui aussi entre les cultures et au sein de chacune d’entre elles, et les prescriptions religieuses viennent souvent valider des comportements sociaux qui ne leur doivent rien au départ.

Cette confusion permanente entre les valeurs universelles et nos propres traditions et conventions particulières aboutit souvent à la promotion d’un « communautarisme majoritaire » qui ne s’avoue pas. C’est ainsi qu’on a pu entendre, abasourdis, Marine Le Pen polémiquer avec Éric Besson au nom de la laïcité et de la République. Ou, dans un registre nettement plus comique, le député Denis Ducarme demander l’interdiction des appels à la prière par des muezzins sous prétexte que, contrairement aux cloches des églises, ils délivrent un message « qu’on ne comprend pas ». [5]

PDF - 36.4 ko

Face à la nouvelle alliance paradoxale entre certains militants laïques obsessionnels et les nostalgiques de l’Europe blanche et chrétienne, n’est-il pas temps de remettre le débat serein au centre de l’agora, comme l’ont demandé 32 universitaires dans une carte blanche en soutien avec la jeune chercheuse Fatima Zibouh en butte à une immonde campagne de diffamation [6] ? (Cliquer sur la photo pour ouvrir la carte blanche.)


[1] On trouvera quelques propos du même acabit ici. Ma citation préférée, tout en finesse, est de Philippe de Villiers : Les Français voient l’usine qui se démonte, la mosquée qui s’installe et leur porte-monnaie qui se vide.

[2] Oui, il eut sans doute été plus habile que ces Quick ne servent pas seulement du hallal. Pourtant, personne ne s’offusque que les restaurants couscous/tajine et les pizzerias turques soient 100% hallal, ce qui n’a jamais empêché les non-musulmans d’y manger. Les Quick ne sont pas des cantines scolaires et la possibilité de manger de la viande de porc dans tous les restaurants n’est pas, jusqu’à nouvel ordre, un droit fondamental.

[3] Pour ceux qui n’auraient pas deviné, il s’agit d’Anne-Marie Lizin et de Marino Keulen.

[4] Je précise, si besoin est, que je n’ai aucune sympathie pour le refus de serrer la main qui ne vise que les femmes. Mais ce n’est pas le seul comportement sexiste qu’on rencontre, notamment, dans la diplomatie. « Nous » n’en sommes pas préservés. N’est-il pas d’usage que « nos » excellences emmènent leurs femmes dans les voyages officiels ? Pendant que les hommes discutent de choses sérieuses, elles font du shopping ou de l’humanitaire. Mais quand « nos » excellences sont des femmes – ce qui arrive quelquefois –, leurs maris ne les accompagnent pas, sans doute pour ne pas jouer les potiches. Rien à redire ?

[5] À l’époque de Nols déjà, un échevin schaerbeekois avait proposé d’interdire les inscriptions en arabe sur les vitrines pour la même raison.

[6] L’auteur de l’article auquel ce lien renvoie, qui est un ramassis de calomnies plusieurs fois démenties, est un propagandiste intarissable du nouveau Parti Populaire.

imprimer
envoyer
12859
12864
12860
12862
12861
12863
12865
12866
12868
12870
12871
12883
commenter (12)
  • J’en ai marre Posté par Pierre Verhas, le 24 février 2010
    qu’on fustige les musulmans. Il n’est plus possible d’accepter ces campagnes contre le port du voile suivies maintenant de propagande contre la vente de nourriture hallal dans un (...)
    Lire la suite
  • coutmes et religion Posté par Caroline Sägesser, le 23 février 2010
    Bonjour Henri, Trois rapides observations, à chaud. 1) Le parallèle que tu fais entre des coutumes alimentaires (ex. manger ou non du cheval ou du homard) et des obligations (...)
    Lire la suite
    • Continuons le débat ! Posté par Henri Goldman, le 23 février 2010
      • L’attitude intelligente Posté par Caroline Sägesser, le 23 février 2010
    • alliance laïcisto-raciste Posté par Pierre-Yves Lambert, le 24 février 2010
      • où sont les racistes ? Posté par Caroline Sägesser, le 24 février 2010
        • où sont les racistes ? Ils sont ici ! Posté par Pierre Verhas, le 26 février 2010
          • où sont les racistes ? Ils sont ici ! Posté par nadia geerts, le 27 février 2010
            • Où sont les racistes ? (3) Posté par Henri Goldman, le 28 février 2010
              • Où sont les racistes ? (3) Posté par nadia geerts, le 28 février 2010
            • où sont les racistes ? Ils sont ici ! Posté par Pierre Verhas, le 28 février 2010
              • Alliance ? Posté par Yannic Meerbergen, le 7 mars 2010

Avertissement

Les commentaires sont modérés a priori. Les intervenants sont priés de communiquer leur véritable identité : on débat ici à visière découverte. Bien que la polémique, même dure, soit admise et même encouragée, l’administrateur du site ne validera pas les messages dans trois cas de figure :

1. En cas de défaut manifeste de courtoisie et de recours à l’injure en lieu et place d’argument.

2. Quand le message sort trop manifestement du cadre du sujet traité.

3. Quand l’intervenant intervient de façon répétitive en utilisant ce blog comme une tribune et non comme un lieu d’échange.


Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?