Accueil du site >Blog  >Le blog de Jean-Paul Gailly  >Hiver 2009 : guerre juste, cynisme, et tartufferies
Le blog de Jean-Paul Gailly

Chronique toute personnelle selon ce qui captivera mon attention dans l’actualité (politique ou non) pour susciter le débat.

Mon approche est celle d’un libre examen. Comme l’écrivait Rosa Luxembourg, « la liberté c’est toujours celle de celui qui pense autrement ».


pub
27.12.2009

Hiver 2009 : guerre juste, cynisme, et tartufferies

imprimer
envoyer
commenter

Belle fin d’année en vérité !

Barack Obama, Prix Nobel de la Paix, réinvente la théorie de la guerre juste et envoie 30.000 soldats en plus en Afghanistan.Depuis le Cardinal Spellman bénissant les bombes et le napalm au Vietnam on avait plus fait aussi fort. Au fond, c’est la novlangue du livre 1984 de Georges Orwel : la paix c’est la guerre, la liberté c’est l’escalavage,etc. Il fallait oser. Yes he can !

Dans son ouvrage "L’oiseau peut-il suspendre la tempête" (Editions du Cerisier), Roland De Bodt relève que le cynisme est le poison culturel d’une démocratie inégalitaire. Prix Hiver 2009 du cynisme en politique : Herman De Croo. Dans De Morgen du 19 décembre, il espère qu’on se souviendra aussi de lui comme celui qui a fermé 150 petites gares, introduit le programme IC/IR à la SNCB, fait faire des bénéfices à la Sabena, et en a licencié 3000 travailleurs. Il fallait oser. Ja, hij durft !

Enfin,les politiques Belges , à quelques notables exceptions près comme Yvan Mayeur et Zoé Genot, en appellent à la solidarité, au monde associatif, découvrant subitement que des milliers de gens vivent dans la rue. Il fallait oser. Ils l’ont fait.

Je pense qu’il vous faut à cette tartufferie un antidote. Je ne vois rien de mieux que des extraits du livre de Patrick Declerck "Le sang nouveau est arrivé. L’horreur SDF.(Editions Flammarion) :

"La rue est une horreur. La rue est une terreur. La rue est une torture. La rue est un crime ignoble commis à chaque heure du jour et de la nuit contre des faibles et des innocents. Innocents de tout sauf de leur malheur. Un crime commis dans et par l’indifférence générale....Il faut que cela cesse. Il faut appeler le crime par son nom. Il faut, par la loi, rendre illégale la mise à la rue. Asile, asile, au nom des hommes !"

Je ne sais pas pourquoi, mais à mi-chemin dans cette période dite festive j’ai une solide gueule de bois...

imprimer
envoyer
commenter

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?