Accueil du site >Blog  >Religions et laïcités aujourd’hui  >Liberté religieuse, neutralité de l’État et accommodements raisonnables, en (...)
23.06.2009

Liberté religieuse, neutralité de l’État et accommodements raisonnables, en bref…

imprimer
envoyer
11229
12590
commenter (2)

Si comme l’écrit Henri Goldman sur son blog, la liberté d’expression et la liberté religieuse constituent la plus grande conquête du libéralisme philosophique, j’ai envie de rappeler qu’elles ont été conquises en dépit de l’opposition de l’Église, et qu’elles ont permis, avant tout, le droit à l’expression libre de la critique envers la religion, et la liberté de ne pas avoir de religion…

Or, aujourd’hui, on assiste fréquemment au détournement du principe de liberté religieuse pour tenter d’obtenir, non seulement le droit d’exprimer son identité religieuse à travers tout, le droit à des modifications des règles qui régissent le vivre ensemble, mais aussi le droit à un respect de sa foi qui confine à l’interdiction de toute critique.

L’argument de la liberté religieuse est aujourd’hui un argument d’autorité dont la légitimité, hélas, croît : il est invoqué pour justifier n’importe quel accoutrement, n’importe quelle attitude, fut-elle la plus asociale. Au nom de la liberté religieuse, on aurait le droit de se promener en rue le visage masqué, de modifier la composition des menus de la cantine scolaire, de prendre congé à tout moment, d’abolir la mixité dans les salles de sports et les piscines, de refuser d’être examiné par un médecin du sexe opposé, de ne pas vouloir visiter le Musée des sciences naturelles, etc.

Contrairement à Henri Goldman, je ne peux pas souscrire à la conclusion du rapport Bouchard-Taylor selon laquelle En interdisant le port de tout signe religieux dans la fonction publique, nous empêcherions les fidèles de certaines religions d’y faire carrière. C’est un raisonnement pervers : ce serait bien, le cas échéant, les convictions religieuses de certains qui constitueraient un empêchement à leur carrière. La fonction publique a certaines exigences, qui n’ont pas à être modifiées pour s’adapter aux uns ou aux autres. Quant on évoque les « accommodements raisonnables » aujourd’hui, je ne comprends pas qu’on ne vise que les adaptations de la société à la pluralité de convictions qui s’y retrouvent. A mon sens, les « accommodements raisonnables » doivent d’abord être les évolutions que les différentes religions sont prêtes à recommander à leurs adeptes afin de leur permettre de s’insérer harmonieusement dans la société. Ces « accommodements raisonnables » ne seront vraiment raisonnables qu’à la condition d’être réciproques.

imprimer
envoyer
11229
12590
commenter (2)
  • Faire confiance aux femmes musulmanes Posté par Alain ADRIAENS, le 28 juillet 2009
    Je suis d’accord avec celles et ceux qui disent que ce fut un rude combat que celui de la libération de nos sociétés de la domination d’une pensée religieuse. Je suis d’accord (...)
    Lire la suite
  • Resserrons le débat Posté par Henri Goldman, le 23 juin 2009
    Caroline Sägesser a raison de rappeler que la liberté religieuse a été conquise contre les religions. Mais nous vivons une étonnante époque de retournement philosophique où un (...)
    Lire la suite

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?