3.02.2010

Les cathos d’Écolo

imprimer
envoyer
12838
12839
12840
12841
commenter (4)

Rétroactes. Surfant sur la vague d’un intérêt renouvelé pour l’Église catholique suite à la désignation d’André Léonard à la tête de l’archidiocèse de Malines-Bruxelles, Le Soir s’est lancé dans une vaste enquête sur le monde catholique belge. Dans ses éditions du week-end dernier (30 et 31 janvier 2010), le quotidien a proposé un surprenant hit-parade des catholiques belges les plus influents. Surprenant, à double titre. Tout d’abord dans la démarche, qui a consisté à solliciter vingt observateurs « avisés » du monde chrétien (tiens, pourquoi « chrétien », subitement ?) en leur demandant de désigner les vingt personnes « qui ont une influence positive ou négative sur l’Eglise ou la société, en tant que catholiques ». Mélanger l’influence sur l’Église et la société en général était un choix curieux, tout comme était celui de supposer que bon nombre des personnes citées soient catholiques (sur base de quoi ? la notoriété publique ? La fonction occupée, comme pour Joëlle Milquet ?). Établir et publier une liste de catholiques (tout comme l’aurait été l’établissement d’une liste de protestants, de Juifs, de francs-maçons, tiens, dans ces hypothèses-là cela devient tout de suite plus problématique…) me paraît une démarche dangereuse et attentatoire à la vie privée des personnes concernées. Supposer enfin que parce qu’elles ont une foi religieuse, qu’elles peuvent souhaiter voir demeurer du domaine de leur vie privée, leur action publique en est automatiquement imprégnée n’est pas non plus légitime.

Soit. Puisque classement il y a eu, on peut bien observer que les résultats sont, eux aussi, surprenants. Dans les places de tête, c’est bien évidemment l’arrivée du porte-parole de l’Église catholique, Eric de Beukelaer, devant le roi Albert II, qui étonne. L’abbé de Beukelaer a eu l’excellente réaction de souhaiter que si un jour il devenait lui-même convaincu d’être plus influent que le souverain un des ses proches amis lui rende le service d’appeler une ambulance… Il y a ensuite des rapprochements amusants, comme celui de Philippe Van Parijs et d’Eddy Merckx, au coude à coude avec 20 et 19 suffrages. Mais ce qui a suscité le plus de commentaires, c’est la présence du coprésident d’Écolo, Jean-Michel Javaux, à la treizième place du classement, et à la troisième des personnalités politiques, derrière les CDH Clotilde Nyssen et Jean-Jacques Viseur, accréditant ainsi la vision d’Écolo, deuxième parti « catho ».

Loin de s’en offusquer, le coprésident d’Écolo a choisi de se livrer dans un entretien fleuve publié par le Soir sur deux pleines pages, « la confession d’un écologiste ». A sa lecture, j’ai ressenti un double malaise. D’une part, il me semble qu’il y a une grande impudeur à livrer ainsi au public des événements douloureux de sa vie privée, même – et surtout - si le récit suscite sympathie ou compassion. L’interview verse franchement dans la peopolisation quand le journaliste choisit de mettre en chapeau du texte « C’est dans une pharmacie de Lourdes que m’a femme a acheté le test de grossesse » ! D’autre part, Jean-Michel Javaux semble donner des leçons à ceux qui, contrairement à lui, choisissent de maintenir leurs convictions dans la sphère privée. Il s’offusque ainsi de voir des gens qu’il sait croyants rester assis pendant la communion durant des cérémonies publiques ou semi-publiques. Il me paraît totalement légitime que des personnalités choisissent de ne pas étaler leurs convictions personnelles. Le coprésident d’Écolo va plus loin encore, lorsqu’il expose la foi catholique de certaines personnalités des autres partis (son ami Didier Reynders, tiens, ceci expliquerait-il cela ?), suggère qu’Elio Di Rupo n’y est pas tout à fait fermé, et qu’il a des doutes sur les convictions de la présidente du CDH. Outre que cela peut ressembler à du racolage électoral vis-à-vis des électeurs CDH – mais cela n’était sans doute pas l’intention, cette mise à plat est inélégante pour les personnalités concernées. Et, sur le fond, on s’interroge : Jean-Michel Javaux souhaite-t-il que demain chacun soit obligé de rendre des comptes sur ses convictions philosophiques ou religieuses ? Que la présentation des candidats aux élections contienne cet élément ?

Ce « coming-out », qualifié d’exemplaire et qui a suscité le « respect » de la rédactrice en chef du Soir Béatrice Delvaux s’est avéré, comme elle l’évoquait également, risqué. Au sein d’un parti dont l’aile laïque a mal vécu le choix des ministres wallons et de la présidente du Parlement wallon, la profession de foi du coprésident ne pouvait que susciter des réactions. Josy Dubié, au micro de la RTBF ce mardi, a estimé l’interview maladroite, parce qu’elle « risque d’accréditer la thèse qu’Ecolo est un parti de calotins, ce qui n’est pas vrai ». Dans La Libre, il réclame également « un rééquilibrage des postes clés entre laïcs et croyants chez Ecolo ».

Et c’est l’évidence. Dès le moment où on expose ses convictions sur la place publique, elles deviennent un facteur à prendre en compte. Car de deux choses l’une : ou bien on se situe dans un schéma, celui que Jean-Michel Javaux semble défendre par ailleurs, où les partis sont déconfessionnalisés et pluralistes, où chacun a sa pleine liberté de conscience, et où l’on feint de croire que les convictions religieuses sont sans influence sur l’action politique, et dans ce cas on maintient strictement sa foi et ses pratiques religieuses dans la sphère privée ; ou bien, on estime qu’elles sont importantes, et donc forcément y compris dans l’action politique, on choisit de les étaler en place publique, mais alors on a soin, c’est élémentaire, si l’on évolue dans un parti pluraliste, de veiller à une juste répartition des responsabilités entre croyants et laïques. Sous peine, dans le cas contraire, de se décrédibiliser sérieusement. C’est le moment pour Écolo de donner de sérieux gages à ses membres et à son électorat laïque…

imprimer
envoyer
12838
12839
12840
12841
commenter (4)
  • Les cathos d’Écolo Posté par christophe derenne, le 3 février 2010
    Bonsoir, Je suis franchement interloqué par une partie de votre analyse. Vous parlez d’Ecolo comme d’un parti "dont l’aile laïque a mal vécu le choix des ministres wallons et de la (...)
    Lire la suite
    • Les cathos d’Écolo Posté par Caroline Sägesser, le 4 février 2010
      • Les cathos d’Écolo Posté par Henri Goldman, le 4 février 2010
        • catho = minorité ?? Posté par Caroline Sägesser, le 5 février 2010

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ?